Test : Alan Wake : American Nightmare

03

Remedy avait à l'époque bien tardé pour nous sortir son Alan Wake. Mais le développeur finlandais nous avait livré un titre fort, qui sortait du carcan imposé par ses défauts. Un gameplay linéaire, répétitif et des combats maladroits qui devenaient accessoires face à une intrigue menée d'une main de maitre et une narration délicate et parfaitement calibrée. Aujourd'hui, c'est au stand alone Alan Wake : American Nightmare de pointer le bout de son nez sur le Xbox Live Arcade pour 1200 points. Mais si le titre nous rappelle l'écrivain en panne d'inspiration, une fois l'aventure commencée, c'est un autre son de cloche, nouveau, qui résonne dans nos oreilles. Décryptage d'un titre en opposition avec son aîné, digne d'une mauvaise crise d'adolescence.

Aziz, Lumière

American Nightmare n’est pas la suite d’Alan Wake. Spin-off basé sur un scénario alternatif, le titre se contente de reprendre le héros en le transposant dans les rocheuses, cette région des États-Unis pleine de cailloux, de motels crasseux, avec quelques puits de pétrole à droite à gauche. Notre écrivain à succès devra combattre son double maléfique, Mister Scratch (Grincement en français), tout en récoltant des pages qu’il a écrit pour expliquer comment il en est arrivé la. Hélas, si le pitch est correct et l’ambiance prometteuse dans ces canyons de nuit, le gameplay gâche d’emblée tout les acquis de la licence en introduisant de l’action à gogo et suffisamment de munitions pour alimenter la mitrailleuse dans la scène de fin de Rambo 4. Ce ne serait pas vraiment un problème si c’était bien mené, cependant, le jeu souffre du syndrome coursier et on passe son temps à aller chercher des items à droite à gauche, ponctué d’affrontement avec les possédés qui sont présent en nombre. On rajoute l’excuse du paradoxe temporel pour vous faire explorer 3 fois le jeu avant de le finir, et il devient difficile sur le papier de vous convaincre de se lancer dans l’aventure. Pourtant, et heureusement, tout n’est pas si noir.

Parfois, la fuite s'impose

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. tres bon test.Moi meme deçu par ce DLC.
    La repetivité et le manque de pnj ne donne meme plu envie de lire les pages du manuscrit qui s’oriente seulement autour d’Alan,ce qui n’est pas le cas dans le jeux ( AW 1 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité