Chlamydia ou gonorrhée, Facebook vous dit qui à quoi !

Microbe

Vous trouviez les réseaux sociaux intrusifs, ce n’était rien à côté de ça. Facebook pourrait accueillir une application permettant de connaître le listing de vos partenaires sexuels et surtout … d'indiquer qui a une MST.

Un groupe de chercheurs espère exploiter la puissance du réseau social pour lutter contre la propagation des maladies sexuellement transmissibles, parmi eux se trouve Peter Leone, professeur de médecine à l’Université de Caroline du Nord.

En effet, la transmission de MST se fait par voie sexuelle via des personnes que l’on peut qualifier de proches. Le risque d’infection est donc d’autant plus important pour les cercles d’amis plus ou moins larges, ce qui correspond parfaitement à un répertoire Facebook. Sans même parler de sexe, que celui qui n’a jamais ajouté une connaissance d’un soir jette la première pierre.

Par exemple, si réjouissant que cela soit, la Caroline du Nord a subit une véritable épidémie de Syphilis et les chercheurs ont réussi à connecter 80% des malades grâce aux réseaux sociaux. L’équipe incite les patients récemment atteint du Sida à regarder de près leur liste de contacts et à prévenir les ‘amis’ potentiellement atteint.

Comme le dit le chercheur, l’approche ne serait pas différente avec un cas d’intoxication alimentaire lors d’un pique-nique. Tous les gens présents au repas sont susceptibles d’être préoccupants et méritent d’être prévenus.

Seulement diffuser des informations aussi intimes est au-delà de la gêne. Les cas de stigmatisation et de rejet pourraient être bien nombreux, sans parler du fait que ce genre de nouvelles se cantonne rarement à un proche cercle d’amis. Une véritable traînée de poudre tout au plus, particulièrement lorsqu’il s’agit ‘d’amis’ au sens de Facebook.

Si une application de ce type voyait le jour, les scientifiques précisent qu’elle serait à des fins médicales et utiliserait des mots clefs pour garantir la discrétion. Leone insiste sur le fait qu’une telle appli permettrait de dédramatiser les maladies, de les prévenir et d’en débattre pour aider à l’acceptation.

Reste qu’il s’agit bel et bien d’un listing des porteurs de MST plus ou moins graves, qui plus est, conservé sur le web … Facebook, le prochain outil dans la lutte contre les MST ? Sous couvert de la santé ou non, la nouvelle comporte déjà de nombreux points litigieux. Au pire des cas, personnes ne sera forcé de s’inscrire, ne serait-ce que par respect du secret médical.

[Jezebel] © julien tromeur – Fotolia.com


Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. On a aussi une petite idée à ton encontre, pour balancer ça sur un post, qui n’a strictement rien à avoir avec l’article… Et en plus en première position…

      A méditer.

  1. Si cette application voit le jour, j’ajoute toutes les ist possibles histoire que ça ne serve vraiment plus à rien ce genre de connerie…

  2. pourquoi ce site banni pas des cons comme champignon a s’amuser a juste troller sur des news.
    c’est toi le con champignon si t’aime pas les commentaires de airtux ou yunyun passe a lautre point final

  3. J’imagine mon nouveau statut.

    Statut : Sain.
    Amis : Propres : 25.
    Amis désirant être propres : 255.
    Amis sales : 0
    Commentaires : Faut que je rachètes du détergeant…

  4. Bonjour le secret médical dans tout ça. L’idée de préserver est séduisante, mais à quel prix, va y avoir des morts
    Au fait je peux jeter la première pierre ? (facebook n’existait pas en ce temps là :) )
    La mycose à fini de troller ?

    1. Le secret médicale, c’est les médecins et les métiers associés.

      Les autres n’y sont pas assujettis.
      Donc si tu mets que tu as la syphilis sur ta page facebook, c’est un peu ton problème.

      En tout cas, cela devrait vous permettre de faire le tri dans les amis, pour ne garder que les véritables, ceux qui restent dans les moments difficiles…

  5. Il faut que vous vous arrêtiez tous autant que vous êtes… Don’t feed the troll, y’a une raison à ça, donner de l’importance à un troll, c’est en voir fleurir plein d’autre, mais plutot que de les chercher, laissez les dans leurs coins, c’est le plus grand mal que vous puissiez leur faire…

  6. Hm, la comparaison est totalement debile. Imaginons ce fameux pique nique. Les individus sont prevenus de l’alimnt toxique, donc ils l’identifient puis le jettent. Et les victimes du VIH ? On les jette comme des aliments avariés ? Bravo la mentalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité