Une nouvelle utilisation pour les imprimantes 3D

imprimante-3D

Après la création d'objets divers et variés, après la confection de gâteaux, de chocolats, des chimistes de l'Université de Glasgow semble avoir trouvé une nouvelle fonctionnalité à l'imprimante 3D : réaliser un environnement confiné capable de se re-sceller une fois ouvert.

Explication : la chimie requiert de nombreuses manipulations, de nombreux transvasements d'un conteneur à un autre, chacun ayant des formes, des volumes, des matériaux différents (si les mots becher, erlenmeyer, verres à pied, burettes, fioles jaugées, etc vous parlent, vous voyez de quoi il est question). Cette imprimante 3D, couplée à un logiciel open-source, est capable de concevoir tout type de verrerie, de les sceller, ouvrir et re-sceller le cas échéant.

Un autre gros intérêt de l’utilisation de cette imprimante est qu’elle est capable de créer aussi des conteneurs sur mesure, embarquant des sondes, d’autres appareils électroniques, etc. Le gain de matériel et de manipulations, et donc de temps et d’argent, est significatif.

Pour autant, même si ce procédé est prometteur, il ne rivalise absolument pas face aux productions massives de verreries et aciers. Mais pour des laboratoires de petite envergure par exemple, le jeu pourrait en valoir la chandelle.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce serait oublier un peu vite que les labos de recherche travaillent avec des souffleurs de verre spécialistes pour leurs montages custom. La technique de travail du verre est primordiale pour que le produit ait une bonne tenue et soit le plus précis possible.

  2. mm … technique non viable pour les réactions chimiques pour une raison simple le contenant peut réagir avec le contenu (c’est pas par hasard que depuis le début de la chimie on n’utilise que le verre ;o)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité