Koss Striva, les premiers écouteurs WiFi

PRO_2_1500x1500

Koss est le premier fabricant d'accessoire audio à annoncer des écouteurs utilisant le WiFi pour écouter de la musique directement depuis Internet.

Pour le lancement de ce produit d’un nouveau genre, Koss sort les Striva, disponibles en deux modèles : le TAP, des intraauriculaires, et le PRO, un casque à arceau. Pour pouvoir diffuser la musique directement depuis Internet, ces casques sont vendus avec un module, le Striva Content Access Point, sorte de « hub » de la taille d’une boîte d’allumettes.

Koss travaille sur ce projet depuis plus de quatre ans. Il s’articule autour de trois modules. Le premier, le Striva Core, est un ordinateur miniature, il possède un module WiFi et une taille suffisamment petite pour tenir sur une pièce de dix cents. Avec lui, tout peut fonctionner sans fil. Le second, le Mykoss Online Server, a pour rôle de connecter les produits Striva à Internet et de scanner le web à la recherche de streaming musical, de web radio, etc. Enfin, le Striva CAP sert de point d’accès et de convertisseur de la musique en des paquets numériques transmissibles aux casques.

Toute cette débauche de technologie a (malheureusement) un prix. Le TAP coûte 500$, le PRO 450$, déjà disponibles sur le site de Koss.

[slashgear]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Utile.
    J’attend qu’on puisse ENFIN ne plus avoir ce fil chiant qui pendouille et qui s’emmêle au XXI siècle.
    Il y a bien déjà des casques sans fils, mais la qualité du son est vraiment à chier, il faut donc continuer a se trimballer avec le même câble que papa en 1980.
    La révolution devait venir du bluetooth, mais ce format est useless depuis sa création, avec un débit insuffisant même pour une oreillette mono de VRP de province qui crachouille. Et un protocole bancal qui rend les périphériques aussi compatibles entre eux qu’un lecteur de blog de geeks et un dictionnaire.

    J’ai comme un doute sur la qualité de la chose, le bouzin venant de la marque des utilisateur de « mon premier sampler » , et de la méthode « faire du M Pokora pour les nuls ». Il ne faut pas avoir peur de se trimballer fièrement avec cet énorme logo. En même temps le design de la chose serait du plus bel effet dans un tank d’Allemagne de l’est avant la chute du mur, ce qui n’est pas pour me déplaire.

    J’achète dès qu’un produit équivalent sort, avec une qualité suffisante pour écouter les musiques massacrées par le format d’Itunes, et suffisamment petit pour pouvoir mettre par dessus un casque de moto et écouter Highway to hell sur l’A9.

    1. En même temps vu la taille du truc on a avantage a directement se mettre l’iphone ou le galaxy autour du crâne avec un élastique et un petit câble pour les écouteurs. C’est plus économique, aussi pratique, et guère plus ridicule que cet énorme machin…

  2. Utile.
    Je suis pour dans le sens où j’imagine bien le fait de me connecter en Hotspot partout non stop et de streamer Deezer ou autre avec ce genre de casque.
    Maintenant deux choses : Le prix, non merci, je vais attendre que ca devienne commun. La rareté fait flamber, c’est connu. Ensuite, à voir si le fait de pomper le wifi depuis les oreilles ça rend pas un peu cinglé. Des cobayes ? =D’

  3. – Wifi au max. à 2 cm du cerveau. Mwui … Dans le doute, je passe.
    – Quid de la qualité audio ?
    – Quid de l’autonomie ?
    – Et quid du poids ?

    A ce prix-là, on peut s’offrir des top-top-casques (B&W P5 & consort).
    Alors payer 500$ pour du streaming en 128 kbps …

  4. Projectionniste de profession, je peux vous assurer que ça ne va pas changer grand chose. Par exemple la majorité des films d’animation (enfin ceux d’il y a quelques années) sont en 12 images secondes (c’est du 24 images/sec mais elles sont toutes doublées). En gros c’est juste du business.
    Ils ont réussi à nous la mettre bien profond avec le numérique une fois que tout le monde a été équipé en 2k, ils ont sorti le 4k, mainten, et là ils rajoutent juste une couche.

  5. Ouais bin tout ça c’est juste du commercial et rien d’autre. Projectionniste de profession, je suis attentivement toutes les ‘nouvelles technologies’ dans le milieu du cinéma. Du 48 images secondes ne va quasi rien changer. à partir de 20 images secondes le cerveau n’est pas capable de distinguer les différentes images, cela s’appelle la persistance rétinienne. Alors, mettons 400 images par seconde mais ça ne changera rien.
    C’est comme le numérique, le 2k est arrivé, tout le monde s’est rué dessus sans se demander si c’était pas un peu trop jeune comme technologie ‘ce qui est le cas, il y a énormément de problèmes). Toutes les salles ou presque se sont retrouvées équipées en 2k, et hop, le 4k arrive. Du coup toutes les salles changent de projo (il faut savoir que c’est plus de 100.00 € le projo), elles achètent toutes du 4k. Et hooooo ! Surprise ! Le 6k est arrivé, toutes les salles vont devoir jeter leur ancien matos. En gros avec le numérique et consorts ils se foutent bien de notre gueule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité