Tester des composants spatiaux sur une moto

Le Lynx

Dès qu'il est question d'envoyer quoi que ce soit dans l'espace, cela nécessite d'être certain que tout le matériel est infaillible, ou du moins que le taux d'erreur est infime. On ne répare pas un satellite en orbite comme une moto dans un garage.

Il faut éprouver chaque pièce, chaque composant selon un banc de tests rigoureux. Mais XCOR, un constructeur d’avion spatial, a trouvé un bon moyen. Pour tester sa nouvelle technologie de pompe à piston, le fabricant du futur Lynx Suborbital Spacecraft, un avion qui, d’ici peu, effectuera des vols spatiaux pour traverser en des temps records la moitié de la planète, a décidé d’intégrer ce fameux piston dans une moto.


En effet, l’ingénieur en chef Dan DeLong affirme que « le moteur de la Triumph Street Triple a la même puissance et le même arrangement de cylindres » que les pompes du Lynx. Ils ont donc intégré cette pompe à piston dans la moto et l’ont envoyée rouler pendant 20 heures, de Roswell, Nouveau Mexique, à Mojave, Californie. Un seul de ces voyages aura produit suffisamment de données pour simuler 400 vols du Lynx. Et tout s’est bien passé !

Alors, si vous voulez réserver un vol dans un appareil testé sur le plancher des vaches, il ne vous reste plus qu’à débourser les 95 000 $ demandés !

[cnet]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le marché du tourisme spatial commence à se contourer. On compte aussi Virgin Galactic, la compagnie spatiale du milliardaire Richard Branson, qui planifie de vendre des vols sub-orbitaux au public au coût de 200 000 $US chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité