Test : Diablo 3, le mal du siècle

Guide Diablo III

C'est à l'occasion d'une soirée de lancement sur les champs que Gizmodo était convié par Blizzard à passer aller chasser les démons de l'enfer sur le dernier titre du studio américain : Diablo 3. Annoncé en juin 2008 à la Worldwide Invitational Blizzard à Paris, il aura fallu presque 4 ans de gestation pour que le jeu arrive sur les étals, 12 années après son petit frère Diablo 2.

Si le genre Hack'N'Slash a connu de sympathiques itérations depuis, aucun titre n'a eu le succès de Diablo 2 en son temps (RIP Hellgate London, tu m'étais pourtant sympathique.). Autant dire que le dernier rejeton infernal de Blizzard est attendu au tournant, d'abord par les fans de la licence, obsédé à l’idée de looter du légendaire, mais aussi par la nouvelle génération, curieuse de découvrir ce titre qui a entraîné un véritable génocide de boutons gauche sur les souris du PC Dell tout neuf de papa en son temps. Il est donc plus que temps après une semaine passée à arpenter Sanctuaire de vous livrer quelques impressions sur Diablo 3, qui s'avère être un pur produit Blizzard. “Mais c’est quoi un pur produit Blizzard ?” Explications.

NDLR : Le test est présenté sur plusieurs pages accessibles à la fin de chacune d’entre elles.

La puissance

Le Diablo menthe ou diablo Grenadine ?

Si vous n’avez jamais touché à un Hack’n’Slash, pas de panique, le principe est simple. Vous dirigez un avatar qui va devoir passer sur le corps de hordes de monstres dans des donjons, récupérer de l’équipement plus puissant et monter en level afin de combattre des ennemis de plus en plus fort dans des nouveaux donjons de plus en plus compliqués et on répète jusqu’à plus soif. Diablo 3 poursuit donc la tradition de ses 2 grands frères : On choisit un héros parmi plusieurs, et on se lance dans une aventure au bout de laquelle on finira par botter le derche du grand méchant. Pour le 3ème épisode, on a le choix entre 5 classes différentes, qui reprennent les poncifs du genre en se permettant quelques mélanges assez sympa, le chasseur de démon par exemple combine quelques pièges d’assassin avec l’utilisation d’arme de jets comme l’amazone. Cerise sur le gâteau : En plus de choisir le sexe de votre aventurier, quelques petites gâteries visuelles modifient le look de votre personnage au fur et à mesure de l’aventure avec des armures de plus en plus ouvragées et massives. Chose assez curieuse, cette étape de création du personnage est tout à fait représentative du titre : on est en terrain connu, mais c’est le soucis du détail qui fait clairement la différence

Prévoyez de l'or pour réparer votre équipement en mode enfer

Black & Deckard

20 ans sont passés depuis que les pierres esprit de Mephisto, Baal et Diablo ont été brisées. Mais par une étonnante facilité de scénario, il fallait bien relancer la machine : la cathédrale de Tristam est frappée par la chute d’une étoile et les morts se réveillent. Deckard Cain, accompagné de sa nièce Leah, continue inlassablement ses recherches sur la fin du monde et sera de nouveau votre guide au début de l’aventure. Vous arrivez sur place, attiré par la météorite. Si le scénario du jeu n’est clairement pas indispensable, on note un gros travail de la part de Blizzard pour étoffer l’histoire avec un contenu quasi permanent tout au long de l’aventure, de nombreux documents à récupérer un peu partout vous permettront d’en apprendre sur les prémices de la saga, sur l’enfer, le paradis, les démons et les anges, en plus de vous offrir un bonus d’expérience.

Les fans de la licence trouveront un certain plaisir à écouter Deckard Cain parler de la mythologie du Sanctuaire surtout que les références aux 2 précédents épisodes sont nombreuses et les néophytes pourront étoffer un peu le background du jeu si ils ont raté les 2 premiers épisodes. Comptez 10 à 15 heures pour terminer le jeu une première fois pour un joueur normal qui ne pratique pas le rush à outrance mais connait déjà les bases du genre, le tout réparti en 4 actes. Si les environnement sont variés, on est en revanche déçu de certaines similitudes avec Diablo 2. L’acte 1 à Tristram a beau être un classique, il n’en demeure pas moins redondant, pareil pour l’acte 2 et son désert, la sensation de déjà vu est toujours là, mais vu qu’il n’y a aucune véritable repompe et que malgré tout chaque acte propose une tripotée d’environnements différents, on a tôt fait d’arrêter de râler pour se laisser porter par le rythme du jeu.

Tirer dans le tas, c'est jouissif

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. juste une suggestion…

    TERA

    j ai acheté les 2 et diablo est retourné dans sa boite suite a une lassitude des erreurs diverse et variées…

    TERA personne en parle et c est pourtant une des rare sortie(qui plus est completement Fr) des MMORPG 2012 qui le mérité!!

    1. En même temps on parle pas vraiment de MMORPG pour le coup là… et Tera complètement Fr? Oui dans ce cas WoW aussi, quitte à extrapoler.

  2. N’oublions pas effectivement l’erreur 37, la nécessité d’avoir une connexion à internet pour jouer (d’accord je jouais sur B.Net en général, mais parce-que j’en avais envie et quand j’en avais envie, pour jouer en LAN je joue local et seulement local), la disparition de l’arbre des compétences, la casualisation complète de Diablo…

    J’ai fait la beta, c’est suffisant pour me dire que j’y ai joué dans les premiers temps comme un gros con de hipster, mais c’est aussi suffisant pour me dire que j’irai pas faire autant de rerolls que j’en ai fait sur D2 et que j’ai pas l’impression de jouer à Diablo. Qui plus est dans Torchlight le perso il ferme plus souvent sa gueule que dans D3, ce qui m’a bien pété les burnes d’ailleurs vu qu’aucun perso de D3 ne semble avoir ni inventé l’eau tiède, ni une voix classieuse, ce qui casse l’immersion toussa toussa…

  3. Graphiquement moyen, des persos qui se ressemblent comme deux gouttes de pisse, un scénario grandiloquent pour mongoliens (et encore), du bashing répétitif très lassant, une aventure hyper courte (j’ai été très étonné de voir d’un coup le générique). L’aventure est faites pour être rejouée plusieurs fois, l’intérêt venant de la difficulté exponentielle, mais aucune variation dans le scénario, c’est exactement la même partie.
    C’est vraiment très, mais très, léger pour un jeu de 2012 a 60€.
    Pourtant, j’ai commencé a trouver un intérêt au jeu dans le deuxième mode, tout devient plus technique, on meurt hyper facilement. Autant le premier mode se fait d’un oeil morne en regardant la tv en même temps, autant la suite est plus intéressante.
    C’est du hack n slash basique, un genre qui n’a plus le droit d’exister aujourd’hui – a plus de 10€ – mais il est marrant de jouer a l’apprenti technicien des statistiques, pour finir des packs de 40 mobs en moins de 20 secondes et a plus de mid life en inferno.
    En résumé : ils se sont vraiment pas foulé, mais ya un truc qui peut rendre accro

  4. DiAblo 2 durée de vie 12 ans. Diablo 3 durée de vie 3 semaines. Aucun challenge, le malus sur la mort est insignifiant (perdre 5k en repa toute les 10 morts…). Les loots inutiles et l hv à tuer l aspec social et la fièvre du négoce. L effet wahou de la découverte redescend très vite à l approce du endgame. Bizarrement a l inverse des autres jeux, c est ici lorsque que ça se corse et que l on titille l arma, on se rend vite compte que le jeu est lassant et ne présente que très peu d lnterets.

  5. connexion internet obligatoire pour le mode solo
    sortie foirée a coups d’erreur 37
    graphismes risibles pour 2012
    autant dire pas de scénario
    items légendaires qui se négocient sur paypal
    classement pvp? ah non y a pas

    …attendu depuis 10 ans par ses fans
    resultat :
    la plus belle arnaque de cette année ou un graal pour les lobotomisés du clic :)

    1. H je crois que tu as tout dit !
      Ofororor aussi sauf pour devenir accroc…. A moins de ne vraiment rien d’autre avoir à faire !!!
      Perso je ne l’ai même pas fini ne serait ce que dans le premier niveau de difficulté…. Il est retourné dans sa boîboîte…
      Aucune maîtrise du perso. Alors oui c’est du hack n slash mais quand même ! Dans D2 on pouvait personnaliser presque à l’infini un perso ! Telle compétence à 3 l’autre à 12 et l’autre 20 ! Ici il n’y a que quelques compétences qui se battent en duel, on en choisit une et derrière il se passe quelque chose mais on ne sait pas vraiment quoi….
      C’est juste une HONTE ce jeu…. Le plus gros HOAX de 2012 !!
      Malheureusement pour moi j’étais à l’étranger et dans l’impossibilité de tester la Beta (qui n’a jamais aussi bien portée son nom……..) car j’aurais économisé 60 euros….
      Triste fin….

  6. Bonjour à l’équipe. :)
    Lecteur occasionnel de Gizmodo, j’ai pris plaisir à parcourir le test, qui a le triple mérite d’être exhaustif, structuré et stylé (GG pour les intertitres). Je trouve dommage simplement qu’aucun des défauts du titre ne soient signalés :
    – compétences inutiles (genre la tornade de la sorcière),
    – erreurs/manques ergonomiques (limitation artificielle du coffre, impossibilité de gérer son inventaire depuis l’auction house alors que « tout est prêt pour »),
    – crafting inutile par rapport à ce qu’on peut trouver sur l’auction house
    – idem pour le loot (outre le fait que la quantité de trucs inutiles qu’on loote – même magiques- ne sont que perte de temps. Il eut mieux valu 10x moins de loot mais 65% de loot intéressant pour son perso, au pire pour d’autres classes).
    – nombreuses incohérences, détails qui nuisent à la cohérence et à l’immersion (porter une épée augmente les dégâts magiques de la sorcière, pièges à dégâts sélectifs).
    – connexion obligatoire qui représente, selon la difficulté, au mieux une gêne, au pire un obstacle au jeu (et je ne parle pas de « l’intelligence » de Blizzard qui immobilise les serveurs aux heures les plus importantes pour les joueurs, à savoir soir et week-ends).

    Ah et sinon, j’aime pas faire de la basse délation, mais là on est au-delà du plagiat, c’est un scandale pur et simple : 20minutes a repris votre test en verbatim, sans la moindre indication de la source. Sans le premier paragraphe, nul ne pourrait deviner que c’est bien Gizmodo l’auteur. Je vous suggère de ressortir votre bonne vieille règle en métal, il y a des doigts qui attendent (j’aurais bien dit l’AK47 mais il paraît que c’est pas civilisé)…

    1. Arf, au temps pour moi sur la resucée de 20mn, j’avais lu trop vite ils ont bien votre accord apparemment « en partenariat avec Gizmodo » (ils pourraient le mettre au début, et pas à la fin, mais bon il y est c’est l’essentiel).
      Bref, bonne continuation à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité