NASA : du pipi d’astronaute à la détection de l’ostéoporose

scott_listfield_01

Quand les astronautes séjournent dans l’espace, leurs os se dégradent à cause de la microgravité dans laquelle ils évoluent. Jusqu’à aujourd’hui, cette dégradation osseuse était diagnostiquée par des radios. Alors la NASA a développé un nouveau test qui analyse l’urine pour détecter la perte osseuse dès ses débuts.

La nouvelle technique, développée par les scientifiques de Université d’Arizona State en conjonction avec la NASA, consiste à chercher des traces de calcium d’os dans l’urine. Plus précisément, ils cherchent les différentes concentrations d’isotopes de calcium car le ratio change avec la dégradation osseuse.

Pour vérifier que le test fonctionnait bien, les chercheurs ont confiné une douzaine de volontaires en bonne santé et les ont mis au lit pendant 30 jours sans bouger. Ce procédé déclenche la perte osseuse. Etonnamment, les tests d’urine peuvent identifier les états initiaux de perte osseuse après une seule semaine, soit bien avant qu’une radio conventionnelle puisse détecter un changement. Les résultats sont publiés par PNAS.

Cette découverte est une excellente nouvelle pour les astronautes et ceux qui souffrent d’ostéoporose. Pourtant les chercheurs ne sont pas satisfaits. Ils veulent développer le test pour qu’il puisse être utilisé pour analyser la structure des changements osseux, et non pour simplement mesurer les réductions de masse osseuse. S’ils y arrivent, ce test pourrait être utilisé pour diagnostiquer et surveiller d’autres maladies affectant les os, à commencer par le cancer. [PNAS via Science-Magazine]

Illustration : Scott Listfield

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité