Indemnisation pour les investisseurs Facebook ?

Bourse dans le rouge

Faceboon, Nasdaq, indemnisationJouer avec la bourse c'est prendre des risques tant cette petite est capricieuse. Demandez donc aux actionnaires de Facebook ... Remarquez, ils devraient se faire indemniser par le Nasdaq, du coup, on relativise.

L’entrée en bourse de Facebook est proche du pugilat. L’action FB estimée à 38$ le 18 mai dernier poursuit sa descente aux enfers en frôlant les 25 douloureux dollars. Résultat les investisseurs ont le sourire qui s’étiole et s’en prennent à tous les acteurs, notamment le Nasdaq.

Le Nasdaq a sa part de responsabilité dans cette introduction chaotique. Le jour même de l’IPO de Facebook, le Nasdaq OMX Group, opérateur de la Bourse électronique a eu quelques soucis informatiques. La plateforme boursière annonce donc des mesures pour indemniser les investisseurs des pertes qu’ils ont subies.

En effet, l’engouement a été tel que l’opérateur boursier s’est retrouvé dans l’incapacité de traiter les demandes qui se sont inévitablement accumulées, laissant les investisseurs dans le flou le plus total. Si ça n’a pas l’air dramatique, il faut pourtant imaginer que les ordres ne portent pas sur quelques anodines actions. On parle de transferts de milliers, voir de millions d’actions et par voie de fait, de dollars.

Inévitablement de nombreuses plaintes individuelles et collectives sont tombées dont une bonne part à l’encontre du Nasdaq, elles sont estimées à la coquette somme de 100 millions de dollars. Une somme que le Nasdaq … ne possède pas ! Il ne dispose ‘que’ de 13,7 millions de dollars pour indemniser les investisseurs.

Le processus risque d’être long, lent et fastidieux. Pendant ce temps l’action FB continue gentiment de sombrer.

[Gizmodo] © Thomas Pajot – Fotolia.com

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. – Aucune corrélation entre les ratées du Nasdaq lors de l’IPO et du cours actuel de FB à $25.

    – L’article de Gizmodo US « mal traduit » ne reprend pas les mêmes infos. Le WSJ estime à $100M les pertes occasionnées; le Nasdaq les estime à $13.7M et ses règles internes n’autorisent un versement des indemnités qu’au rythme de $3M/mois (d’où le « process will be long & slow ». Enfin, non, le Nasdaq ne dispose pas « que de $13.7M ». Un rapide coup d’oeil aux comptes du Nasdaq OMX indique qu’ils ont $607M de cash disponible.

    Désolé de le dire aussi crument mais vous écrivez vraiment de la merde Florence.

  2. Je serais tenté de dire « bien fait ».
    La règle #1 quand on est un connard de boursicoteur (notez le pléonasme), c’est de pas savoir perdre.

  3. merde les gars, maintenant elle chiale recroqueviller sous la table en balbutiant : je suis journaliste, je suis journaliste, je suis journaliste…

  4. Vous êtes vraiment crus les gars, ça se fait pas. Même si elle a écrit de la « merde » comme l’a si bien fait remarquer Plops, il y a un minimum de respect bande de tarlouzes (ben oueh la violence par la violence)

  5. Quelqu’un saurais l’expliquer un peu comment fonctionne la bourse? Je fai partie des gens debile qui pensais que vus le succes de facebook, les actionnaire allais bien gagner en achetant les action, et c’est tou le contraire alors je le rend compte que je ne comprend absolument rien a la bourse.
    En faite, une entreprise dois obtenir un certains chiffre d’affaire pour entree en bourse?
    Les actionnaires touche un pourcentage des benefice?

  6. Le plus gros problème et à la fois la meilleure chose qui soit arrivé à Facebook: Zuckerberg.

    La bourse à l’origine (genre quand il y avait pas tout l’informatique derrière) était une place physique ou l’on évaluait le prix de marchandises. La première bourse a été créée en Hollande pour « coter » le prix des tulipes (true story). Avec les révolutions industrielles est venu le capitalisme et des places dématérialisées ont vu le jour dans le but d’apporter des capitaux. Ce capital financier servait alors à faire fonctionner une entreprise qui engrange un bénéfice. Avec ce bénéfice, on paie les gens (travailleurs, investisseurs).

    Pour revenir à Facebook, oui c’est une entreprise qui marche bien, donc des investisseurs ont décidé de miser dessus. Le problème, c’est Mark qui a se voyait déjà en haut de l’affiche, plus grosse introduction en bourse pour une entreprise liée à internet, et patati et patata… Du coup, il a sur-évalué son entreprise (et quand je dis sur-évalué, c’est uber sur-évalué…). Il a même remis d’autres actions supplémentaires en bourse juste pour avoir plus de capitaux (et pour lui des sous donc).

    Aujourd’hui, on connait très mal le business model de facebook et hélas, il s’avère que ce n’est pas si simple que ça. Facebook rencontre avec difficulté le capitalisme et ses conseils d’administration et l’on voit déjà le petit Mark plancher sur des solutions pour faire rentrer des sous : donner accès aux enfants de moins de 13 ans, extorquer encore plus d’informations pour les revendre, faire de facebook un véritable outil pour les entreprises, etc.

    En bref, fermez vos comptes et laissez Mark dans la merde ! (Et guizmodo, retirez tous les boutons facebook intégrés partout sur le site).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité