Essai : Mia, la citadine électrique à la française

Mia Electric

Mia ElectricNée en 2010, la marque française Mia Electric nous a invité à essayer son premier modèle sorti en septembre 2011, la Mia. C’est dans une concession automobile située sur le boulevard Saint Germain à Paris que nous avons pris en main, ce drôle de véhicule, très innovant, à peine plus grand qu’une Smart, pensé pour un usage urbain et offrant au minimum trois places. Bienvenue à bord.

En juillet 2010, alors que la société Heuliez est dans une situation financière catastrophique, le groupe allemand Kohlpharma reprend la branche électrique de l’entreprise basée à Cerizay dans les Deux-Sèvres en investissant 33 millions d’euros. La société Mia Electric était alors créée. Un an plus tard la marque française à capitaux allemands dévoilait son premier modèle.

Mia, l’autre Smart

Résolument urbaine, la Mia ne mesure que 20 cm de plus qu’une Smart (2,87m ou 3,19 mètres pour la version longue, 4 places) pour un poids de 765 kg. Vu de l’extérieur, ce véhicule est donc très compact. Et tout est fait pour qu’il passe partout, notamment son rayon de braquage de 4,50m. Mais intérieurement, l’habitacle est très spacieux. Et pour cause, le conducteur bénéficie d’un très grand poste de pilotage, puisqu’il n’y a pas de siège passager à l’avant de la voiture. En revanche, il y en a deux (ou trois) à l’arrière, disposés de telle sorte que l’on puisse étaler ses jambes. Et même avec ce dispositif, il reste un peu de place dans le coffre.

L’intérêt de ce positionnement est évident : la conduite est très agréable, d’autant plus que la visibilité est excellente, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière grâce aux rétroviseurs. Et le confort est optimal. Notons aussi, que le conducteur peut poser (et recharger grâce à deux prises 12v) son GPS ou sa tablette tactile sur l’un des deux espaces prévus à cet effet, de part et d’autre du volant. Enfin, étant donné que le pilote est au centre du véhicule, il peut sortir soit par la porte coulissante de gauche, soit par celle de droite.

Mia Electric intérieur

L'extérieur est compact mais l'intérieur est spacieux

1€ au 100 km

Etant conçue principalement pour un usage en ville, la Mia affiche des performances raisonnables. Au niveau de la puissance, elle se situe entre un Twizy et une Smart, puisqu’elle peut circuler sur une autoroute mais ne peut atteindre une vitesse que de 100 à 110 km. Quant à l’autonomie, elle varie de 80 à 125 km, en fonction de la batterie choisie (8 kWh ou 12 kWh), pour un temps de charge de 3 heures (sur une prise secteur ou une borne Autolib’). Mais un mode recharge express permet de bénéficier de 8 km d’autonomie après seulement 10 minutes de charge.

Evidemment, avec ce véhicule, vous n’irez pas bien loin, mais en contrepartie votre consommation d’énergie sera très faible. Mia Electric estime que l’utilisateur dépensera seulement 1€ d’électricité pour parcourir 100 km, en se basant sur le prix moyen du kWh en France. Pour un citadin c’est donc un compromis très intéressant.

Mia Electric 2

Les portes coulissantes, un véritable atout

Conclusion 

Pensée pour la ville, la Mia s’adresse en priorité aux citadins. Dans une circulation dense, ce véhicule se faufile partout et il est très manoeuvrable. Installé dans son grand poste de pilotage, le conducteur se sent réellement bien et bénéficie d’une excellente visibilité. Quant aux passagers, ils ont suffisamment de place pour s’installer.

Au niveau du design, tout le monde ne sera pas séduit. Il est vrai que l’aspect extérieur n’est pas le principal atout de la Mia. Mais de nombreux détails (notamment les portes coulissantes, les 3 ou 4 places) rendent ce véhicule très séduisant. Son prix est aussi relativement intéressant puisque la Mia est proposée à partir de 15 828 euros, bonus écologique de 5 000 euros déduit (selon les finitions le tarif peut monter jusqu’à 34 898 €).

Mia Electric nous propose donc une véritable alternative au Twizy de Renault et aux autres citadines électriques actuellement sur le marché. Même si l’implantation de la marque en France n’est pas encore comparable à celle de ses concurrents (seulement 40 boutiques dans l’Hexagone), le premier véhicule présenté est prometteur. La marque pourrait alors se développer rapidement dans les prochaines années et pourquoi pas devenir un Tesla Motors à la française …

Mia Electric 3

Le poste de pilotage

[MiaElectric]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité