Solar Curve : les passagers descendent, le bus se recharge

Solar Curve

Solar CurveImaginé par le Studio Mango, l'arrêt de bus Solar Curve est une solution très innovante. Le principe est simple, lorsque l'engin électrique s'arrête pour laisser descendre les passagers, ses batteries sont rechargées grâce à l'énergie solaire captée par l'installation. Révolutionnaire ! 

Conçu pour la ville de Noord-Brabant au Pays-Bas, Solar Curve est à ce jour l’un des meilleurs dispositifs existants grâce auquel il serait possible de remplacer les bus thermiques par des modèles électriques.

En effet, grâce à 15,5 m2 de panneaux solaires installés sur tous les toits des arrêts de bus, les véhicules électriques récupèrent de l’énergie par induction à chaque passage en dessous du dispositif. Résultat plus besoin de se rendre à la pompe à essence.

Reste à savoir si cette solution permet de recharger les batteries électriques suffisamment vite, car l’énergie solaire n’est pour l’instant pas la plus efficace.

Solar Curve 2

[StudioMango via Tom’s Guide]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Mouais… Vu les temps de chargement de nos batteries, je ne conçois pas la viabilité du système! A moins que ce soit installé aux terminus, et que le bus / car ne soit pas sollicité pendant au minimum une demie heure..

    1. Bonjour

      Et ben moi je la conçois la viabilité du système.
      Si ton bus est équipé d’un système de récupération d’énergie lors du freinage tu n’as que peu d’énergie à fournir entre chaque arrêt.
      Et avec un système de stockage similaire à des condensateurs cela est réalisable (avec une transmission à induction).
      En plus au terminus les bus ne repartent souvent pas immédiatement. Cela laisse donc du temps suplémentaire pour la recharge.

      A+

      Olivier

  2. Ce concept « révolutionnaire » implique que les panneaux soient correctement exposés. Dans ce cas difficile d’imaginer l’ensemble des arrêts de bus d’une ligne respectant ce principe de base vue leur forme…

      1. Mieux encore, il y a le bon vieux trolley (non, pas « troller »). Simple, pratique, efficace, pas cher, recyclable à l’infini, bref tout l’inverse de ce système. Un système de recharge par induction, avec des batterie ion-lithium et des panneaux solaires ça coûte à peut près un œil et la moitié d’un bras (à peu près), et utilise des produits extrêmement rares, comme le lithium qui n’est présent que dans deux mines au Chili alors que le trolley c’est juste des bêtes câbles tendus entre des poteaux, avec un moteur électrique.

  3. les arrêts doivent quand même être reliés au réseau électrique.
    pour la vitesse de rechargement, quand on regarde la logistique du bus :
    _Il passe la nuit au dépôt et se recharge ras la gueule. Un bus c’est gros et ça peut embarquer pas mal de batterie (arrière, toit, sol), l’esthétique est très secondaire.
    _la distance entre 2 arrêts est généralement courte, il n’a pas besoin d’avoir 50km d’autonomie entre 2 charges aux arrêts
    _Il s’arrête plus longtemps au terminus avant de repartir dans le sens inverse (quand il ne rentre pas au dépôt), ce qui lui permet de recharger plus longtemps.

    A mon avis l’autonomie du bus descend doucement. Les arrêts sont là pour ralentir un peu la baisse jusqu’à la fin du service. D’autre part il n’est pas déconnant de faire des services plus courts, avec plus de bus. ça devrait être vite rentable vu le prix du diesel. ça m’est déjà arrivé de faire un stop pour changer de bus (plus de diesel?) dans un dépôt urbain.

    Donc c’est viable à mon avis, et c’est même plutôt prometteur. J’aurais trouvé ça plus simple de faire de l’induction non pas par le toit mais par le sol (dangereux pour les passants ?) ce qui évite des efforts mécaniques et un entretien additionnel des stations, mais bon… moins stylé c’est sur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité