Madame Figaro n’a vraiment pas la classe

Madame Figaro a mis en demeure une institutrice de changer le nom de son site qui s’appelle : « La classe de Mme Figaro

Madame Figaro a mis en demeure une institutrice de changer le nom de son site qui s’appelle : « La classe de Mme FigaroVous connaissez Madame Figaro ? Oui, le supplément gratuit qui parle de mode et de beauté à la ménagère fortunée et qui traîne dans les salles d’attente de médecin. Et bien, les avocats de ce magazine ont mis en demeure une institutrice de changer le nom de son blog qui s’appelle : « La classe de Mme Figaro ».

Forcément, le site de l’institutrice, qui a la malchance de s’appeler Figaro, est une véritable menace pour le supplément gratuit du grand quotidien. Sur son site l’institutrice parle d’école, d’enseignement, et pas de mode débile, ou de tendance beauté répugnante. Le design de son site n’a rien à voir avec celui du quotidien et elle ne fait aucun profit, il n’y a pas une seule bannière de pub ! Un cauchemar pour les commerciaux.

Depuis que l’affaire a éclaté, la page Facebook du magazine Madame Figaro est assiégée. Mais Madame Figaro ne veut pas d’ennuis. Elle a décidé de se résoudre à renommer son site en « Les chantiers de l’apprentissage ».

Mais face à ce super bad buzz, Madame Figaro (le quotidien) essaie de revenir sur sa décision. Ils se seraient bien passés de cette mauvaise pub qui se propage sur la toile comme une traînée de poudre. L’éditrice du magazine a même écris à Madame Figaro pour l’amadouer, genre : « On pensait pas que ça prendrait tant d’ampleur, on va voir ce qu’on peut faire, vous allez pouvoir récupérer votre nom… peut-être ».

Je n’ai qu’un conseil à donner aux avocats du journal : quand vous défendez les intérêts de vos clients, dites-leur qu’il est parfois aussi dans leur intérêt de ne rien faire. Il y a quelques années, l’affaire Milka avait donné une mauvaise image de la marque de chocolat sucré. Je suis certain que la même chose est en train de se produire avec Le Figaro et que nous nous en souviendrons longtemps après. [Rue89 via Korben]

J’espère que tous les liens pointant vers le site de Madame Figaro la feront passer devant sur Google.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. A l’époque de l’affaire Milka il n’y avait pas ces réseaux sociaux, les internautes n’avaient pas ce « pouvoir ».
    Ce qui m’étonne le plus c’est que « à notre époque » les grands groupes et marques n’ont toujours pas pris la mesure de ce pouvoir.
    Plus que jamais c’est le consommateur qui décide et qui influe sur les choix des marques.

    Gros bad buzz pour le Figaro en tout cas, surtout quand on voit la gestion et la censure monstrueuse qu’impose le figaro sur sa page Facebook. Dans la soirée il y a du avoir plus de 1000 commentaires mis à la poubelle. C’est hallucinant cette réaction !

  2. « mode débile, ou de tendance beauté répugnante »
    Non mais t’es sérieux là ?! Tu critiques les actions du magazine et au passage tu insultes toutes ses lectrices ? Quel talent journalistique !

      1. c’est aussi con que si une lectrice du Figaro parlait de Gizmodo en disant Geek à la con, Gadget stupides fabriqué par des enfants en chine…
        (Ps j’adore Gizmodo mais je ne comprend pas ce parti pris idiot et loin de la ligne éditorial, de plus comment réagiriez vous si qq’un créait un site comprenant Gizmodo? vos patrons Américains serait ravi je pense et ne ferait rien pour l’empêcher…)

    1. Oui, très sérieux. Ce magazine destiné aux bourgeoises de droite me fout la gerbe, comme toutes les publications du Figaro d’ailleurs. J’ai le droit de penser ça, comme t’as le droit d’être militant UMP et d’apprécier la propagande de Dassault.

  3. Bon article bravo (et au poteau les boufonnes pseudo-bourgeoises qui se la pètent, ça court bien trop les rues à Paris…).

    1. Au poteau c’est plutôt les cons de ton genre qu’il faudrait mettre.
      Tu devrais plutôt lire le nouvel obs ou l’ huma, c’est plus ton style bouffon !

      1. C’est toi la bouffone en lisant ce type de magazine torchon qui n’apporte absolument rien, bourré de conneries et niaiseries insupportable pour qqun aillant plus que 2 neurones.
        Alors que le nouvel obs ou l’huma (meme si je ne les lis pas) apportent beaucoup avec de vrai articles de sociétés.

  4. Déjà que le quotidien dont il est question n’a jamais fait preuve d’une très grande intelligence ni d’une très grande ouverture d’esprit…
    Une sacré bande de c**

  5. Rien à voir avec le sujet, mais j avais juste envie de dire que j avais envie de frapper la gueule de con de la pub babyliss qui arrete pas de s afficher sur mon smartphone en allant sur ce site… Vous abusez!!!!

    1. Pas mal les fautes ^^ j’adore le  » cela permet à des « petit » d’être moins petit que des « gros »  » Agence de com’? sérieusement??? Vous êtes mal barrés là….je plains vos clients
      Un petit tour chez http://www.onandlo.com/website.php montre qu’il faut vraiment se méfier des « communicants »
      Au fait vous avez bien payé les droits pour la musique d’intro de votre site? ^^

  6. Madame Figaro étant une marque déposée, il est naturel de faire respecter la loi. Ne vous en déplaise… et même si Madame Figaro (la prof) est une dame sympathique…
    Sinon toutes les bolos prénommées Chanel par des parents stupides pourraient revendiquer ce nom.

    Les propriétés industrielle et intellectuelle doivent être respectées!

    1. Non mais faut arrêter avec ce genre d’excuse… C’est pas comme si le petit site de cette prof menaçait le magazine quoi.
      C’est juste une histoire de buzz et un peu de pognon, les grands groupes n’hésite jamais à piocher même chez ceux qui n’ont que peu de moyens.

      1. Il n’es pas question de menacer… mais bien de respect de la propriété intellectuelle…
        Il y a risque de confusion, et cela suffit.

        Apparemment le droit de la propriété intellectuelle vous est étranger, et c’est pour cela que vous répondez avec les tripes et non le sens de la loi.

      2. Woah! Quelle répartie, Bénédicte, docteur en propriété intellectuelle!
        Woah, c’est vrai, que ferait-on si une parisienne décérébrée à la place d’acheter son torchon en kiosque se retrouvait sur un blog intéressant(!) s’appelant « La Classque de Mme Figaro ».
        D’un côté, elle est tellement idiote qu’elle y chercherait la page Mode….

      3. Pour ce qui est du droit de la propriete industrielle ne peut jouer la dessus…
        Sa mère et sa grand mère etc… se prénomaient déjà Mme Figaro…
        Donc même si la marque a été déposée à l’INPI, l’usage est bien antérieur à ce dépot donc cette plainte devrait être caduque d’autant plus que la confusion n’est pas possible, le figaro ne parle jamais d’éducation
        =)

    2. Quand il s’agit d’une société envers une autre société !!! Pas quand il s’agit du blog d’une institutrice !!!
      surtout que je ne pense pas qu’au niveau du référencement dans les moteurs de recherches, quand tu tapes madame Figaro, ce soit le blog de l’instit’ qui sorte en tête de liste..!
      Il faut savoir faire la part des choses et ne pas tout mélanger !!!

    3. Il me semble que le nom de Figaro n’est pas vraiment une création de l’esprit du magazine Figaro. Figaro est nom assez usuel.
      Il y a clairement de l’abus dans le dépôt des marques. Copyrighté un nom porté par des milliers de personnes, c’est clairement une connerie.
      Si je créé une marque nommée Bénédicte (je suis sur qu’elle existe déjà), je pourrais alors vous menacer de représailles judiciaire sur le simple fait que vous postiez au nom de ma marque déposée. C’est débile. Ils n’ont pas à nous dire quelle utilisation on à le droit de faire de notre nom. Si Mme Figaro veut se log en tant que Mme figaro, le mag n’a qu’un droit, celui de fermer sa g*****. Je suis curieux de voir si leur argument peut tenir devant un jury. En tous cas il ne tiendra pas devant l’opinion publique.

    4. pfffffffffffff… si c’est pas un raisonnement bien orienté, ça.
      Tu es une taupe du Figaro pour raconter des âneries pareilles ? Parce qu’ici, « Figaro » c’est son nom de famille, et non pas un prénom-caprice de parents en mal d’exotisme. Donc, en quoi un torchon rempli de prouts d’idées est-il plus légitime que son état civil ?
      Quant à la conclusion visant à nous expliquer que les intérêts de la marque passent avant une personne lambda (donc avant l’humain), ça sent l’astroturfing tout ça…

    5. Ah oui et si Bénédicte (supposons que c’est ton nom) devient une marque de cosmétiques et te demande de fermer ton blog bénédicte.fr pour contrefaçon alors qu’il n’intervient pas dans le même domaine d’activité, tu dirais quoi ? Amen ?
      Il y a chez certaines marques une volonté de « sanctuariser » leur image d’une manière que je trouve ni légitime ni acceptable !

      1. Oui, je serais obligée par la loi de stopper mon blog.

        Sauf:
        – si lors du dépôt de la marque « bénédicte » j’oppose un recours dans les 6 mois du dépôt en argumentant
        – si je prouve que l’usage était bien antérieur au dépôt de la marque

        Ce n’est aucunement le cas pour cette dame.

        Donc, la procédure du magazine (au delà du jugement que vous portez sur lui) est fondée.

    6. Non madame,

      La menace du groupe Figaro n’est pas fondée en droit. Le patronyme prend le dessus.
      L’Institut national de la propriété industrielle a même donné son avis sur cette affaire.

      Par contre, je ne suis pas sur que le groupe Figaro est demandé l’autorisation lors du dépôt de marque aux descendants de M. Beaumarchais

      1. Non Monsieur,

        le patronyme ne « prend pas le dessus » sinon Madame Milka aurait obtenu grain de cause en son temps.

        Quant à Beaumarchais, il s’agissait de Figaro et non de: Le Figaro
        Et au moment du dépôt de la marque, Figaro était déjà tombé dans le domaine public.

        Et oui, le droit de la propriété intellectuelle est un vrai métier. C’est pour cela qu’il y a des avocats spécialisés.

        Sans rancune.

    7. N’importe quoi. Vous faites bien de citer l’INPI, celui-ci a déjà donné son avis sur la question, avis qui semble parfaitement logique à n’importe qui avec un minimum de culture juridique (en particulier au regard du Code du commerce), et à défaut, avec un minimum de bon sens, de morale et de bonne foi :

      A l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), on confirme que dans ce cas précis, la menace du groupe Figaro ne semble pas fondée en droit :
      – le blog utilise un nom patronymique (« elle ne va pas l’appeler La Classe de madame Tartempion »),
      – il n’a pas de but commercial,
      – il a des activités bien différentes du site « mode, beauté, société ».

      Par ailleurs l’antériorité n’a rien à voir non plus, deux noms commerciaux identiques peuvent cohabiter pour peu qu’ils respectent certaines conditions.
      Alors avant de « donner son avis », on prend la peine de vérifier qu’on ne raconte pas de conneries, si on ne veut pas être ridicule.

      1. cher Tral, je vous souhaite d’appliquer à vous-mêmes vos bons et précieux conseils.

        la marque Madame Figaro étant déposée dans les classes 9, 16, 35 et 41 concernant tous types de publications, y compris magazines et : Divertissements notamment divertissements télévisés, radiodiffusés, multimédia et/ou sur les réseaux mondiaux de télécommunication (de type Internet) ou à accès privé ou réservé (de type Intranet) ; conception, production et montage de programmes radiophoniques et de télévision et d’œuvres audiovisuelles ;

        1- il n’est donc nullement question de mode, beauté, société… puisque l’on parle de support multimédia
        2- le but non lucratif n’a pas de mise dans la propriété intellectuelle.
        Vous comprendrez bien que vos arguments ne tiennent pas la route.

        Laissez donc aux professionnels de la propriété intellectuelle le soin de gérer ce cas qui véhicule trop d’émotions.

        Mais si je me trompe à ce point et si vous aviez tellement raison, je vous laisse le soin de créer un blog qui s’appellerait Chanel ou Dior et qui parlerait de moissonneuses batteuses.

    8. Au détriment des gens…c’est son nom de famille point barre.
      Elle s’occupe d’éducation ,rien à voir avec ce torchon !!!! Et vous pouvez être certaine que ldit torchon va devoir s’excuser platement….

    9. @Bénédicte
      Vous êtes d’une mauvaise foi assez lamentable, puisque j’ai précisément cité l’avis de « professionnels de la propriété intellectuelle » comme vous dites, à savoir l’INPI, qui est la structure administrative d’Etat s’occupant de la propriété intellectuelle industrielle en France. Alors vous m’excuserez si j’accorde plus de crédit à leur opinion qu’à la votre, hein. Entre votre opinion personnelle que vous martelez dans les commentaires d’un article, et l’avis de l’instance dédiée étayé par plusieurs articles du code de la propriété intellectuelle (et par ma propre expérience pro dans ce domaine, en sus des souvenirs de Droit du commerce qu’il me reste de mes études), j’ai vite fait mon choix.
      —–
      Et puisque vous prétendez vous y connaître, dans la mesure où Le Figaro a voulu attaquer cette femme sur la base de la propriété commerciale, je vous renvoie à l’article L713-6 du CPI. Dans le cas présent, la simple homonymie ne suffit pas, et en se rendant sur le site de cette femme, n’importe quelle personne de bonne foi peut constater qu’il n’y a aucune, AUCUNE confusion possible entre ce qu’elle y publie et ce qui est publié par la revue Madame Figaro, tant dans la forme que dans le contenu. Et encore, j’ai un doute sur la validité d’une plainte ayant cette base juridique dans un cas comme celui-ci.
      —–
      Quoi qu’il en soit, dans le cas -avorté maintenant- où Le Figaro aurait porté plainte, je leur aurais souhaité bien du plaisir à démontrer à un juge le préjudice subi à cause de cet obscur site non-commercial, nommé d’après le nom de son auteur, traitant un sujet complètement différent, ne faisant aucune mention directe ou indirecte de la revue, ne reprenant aucun de ses codes graphiques, et n’ayant, en fait, tout simplement AUCUN rapport, volontaire ou involontaire, de près ou de loin, avec la revue ; à part l’usage de ce titre homonyme, circonstance parfaitement prévue en Droit français. Et j’aurais beaucoup ri à lire le verdict, puis à relire toutes les sottises que vous avez écrites ici.
      —–
      La démarche du service juridique du Figaro n’est qu’un coup de pression pour verrouiller le contrôle de sa marque, en sachant que le plus souvent les cibles de ce type de manœuvres sont effrayées et ne vont pas jusqu’au procès. Dommage pour eux, et ne vous en déplaise, ils ne sont pas les seuls à avoir des droits. Car dans un état de droit, l’argent et la notoriété ne font pas la pluie et le beau temps.
      Enfin bref, vous n’y connaissez manifestement rien, car une fois encore, vous racontez n’importe quoi et proposez des exemples absurdes et n’ayant aucun rapport pour vous donner raison.
      —–
      Maintenant, pensez ce que vous voulez et pataugez dans vos certitudes si ça vous arrange, pour ma part j’ai pas que ça à foutre que de débattre indéfiniment avec des gens comme vous puisque je sais que ça ne mène jamais qu’à un dialogue de sourd. Alors amusez-vous bien dans votre coin. Peace. <3

  7. Tu as raison sur le fond, mais il faut parfois (souvent?) sortir des carcans imposés et faire preuve de bon sens. L’avocat est sûrement très bon pour faire respecter la loi, mais il est très mauvais niveau communication de marque et, dirais-je, en humanité.

    Faire bêtement son travail sans prendre de recul, cela arrive malheureusement trop souvent chez les personnes qui ont un minimum de pouvoir…

    1. Ce n’est pas parce que c’est une gentille dame, que le droit ne doit pas être respecté.

      En son temps Laguiole n’a ni revendiqué la paternité, ni déposé son nom, ne redoutant pas la concurrence.
      C’est pour cela aujourd’hui que la société a frôlé la faillite plusieurs fois et que le Laguiole que vous achetez aujourd’hui est fabriqué par des enfants chinois.

      Que le Figaro ait fait une erreur de communication, c’est possible. Mais l’INPI est là pour faire régner le droit. Et non pas celui du plus fort, celui du code de la propriété Intellectuelle.

      Il suffit de se souvenir de ce taxiphone de Belleville qui avait gagné contre Vivendi qui avait utilisé une marque qu’il avait déposée sans lui demander son autorisation.

      1. Euh…….
        En quoi un blog NON Lucratif sur un sujet différent ferait en sorte de mettre Madame Figaro en faillite?
        Tu crois vraiment que les gens sont assez cons pour ne pas remarquer que lorsqu’ils cherchent des trucs de modes à la con, ils vont rester sur un blog à lire des choses d’une maîtresse ?

        En fait, je sais pourquoi… Tu cherchais à aller sur le site Madame Figaro et t’es tombée sur le blog de Mme Figaro, et t’as passé 30 minutes à rien comprendre en stress… et tu crois que tous les gens sont aussi idiots que toi…

  8. Bien sûr que ce genre de conseil fait partie du rôle de l’avocat. Mais il y a un conflit d’intérêt. Le client paye l’avocat pour s’éviter des ennuis juridiques, des procédures, bref, ces choses sur lesquelles l’avocat fait son beurre. C’est le modèle économique de l’avocat qui est malsain.

Répondre à Saturnin Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité