Test flash : 3DS XL

3DS XL

3DS XLUn peu plus d'un an après sa sortie, la 3DS de Nintendo se voit remplacée par un modèle XL, plus large, mais également mieux fini. Son but : faire table rase des (nombreuses) erreurs du passé.

Et les erreurs, on pourra dire que la 3DS de première génération les aura accumulées. Trop petite, dérangée par un effet 3D mal maîtrisé, affichant une autonomie particulièrement limitée une fois sa 3D activée, elle n’avait pas franchement l’étoffe d’une championne. Fort heureusement, la 3DS XL devrait quelque peu modifier la donne.

C’est quoi ?

Une console portable, qui va reprendre le flambeau d’une 3DS bancale, comme on vous le martèle depuis quelques lignes maintenant. Pour se faire, elle pourra entre autre s’appuyer sur des écrans plus larges. D’où le XL, entre autre.

C’est pour qui ?

Nintendo ne s’en cache pas, il souhaite avec sa 3DS, et par extension sa 3DS XL, réitérer la performance remarquable enregistrée par la DS en son temps. Pour cela, il vise à la fois un public casual et gamer. La 3DS XL, elle, va se destiner avant tout à ceux désirant craquer pour une 3DS, mais aussi pour les joueurs ayant su apprécier à leur juste valeur les quelques perles de la console, qu’il était alors dificile d’apprécier à leur juste valeur, du fait du support 3DS proposé, assez agaçant.

Un point sur le design

Fini le revêtement de type gloss bling-bling au possible, la 3DS XL a fait le pari du revêtement plus lisse, moins clinquant, mais qui, à n’en point douter, va d’une part mieux résister aux petits chocs, mais également mieux vieillir dans le temps. On fait le pari ? Mise à part ça, la 3DS XL est bien plus imposante que la 3DS. Certains appréciaient le côté passe partout de la 3DS d’origine. Ils seront déboussolés avec cette déclinaison XL. Qu’importe, sa prise de poids et de taille lui confère une meilleure prise en main !

Pourquoi c’est bien

  • Les gachettes L et R sont plus agréables à utiliser, du fait de la taille désormais raisonnable de la console. Sur la 3DS, le peu d’espace entre les touches A, B, X, Y, le stick analogique et les touches L/R n’était pas probant, pas agréable. Cette fois, le problème est réglé, finies les crampes !
  • Les 4 touches A, B, X, Y semblent avoir été quelque peu revues, au point d’offrir plus de répondant, de précision. En somme, si les touches de la 3DS étaient particulièrement molles, celles de la 3DS XL rectifient le tir.
  • La molette permettant de régler l’effet 3D a elle aussi été modifiée. Cette fois, elle permet de conserver l’effet en position Off tout en étant certain qu’il ne viendra pas bouger par inadvertance. Le curseur est vissé à sa position, et d’ailleurs, le réglage de la 3D est maintenant plus précis, et vous allez pouvoir le bloquer à 50% et à 100% très simplement. Il y a du mieux.
  • Face à la grogne des joueurs, Nintendo a cédé. De la tranche basse de la console, le fameux stylet est finalement revenu à sa place d’origine : sur la tranche droite de la bécane.
  • L’écran de la console va cette fois pouvoir être bloqué à 90° environ, et ne devra pas systématiquement être poussé à la presque horizontale. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais le fait de modifier l’angle de vue offre un confort supplémentaire.
  • Nintendo l’a enfin compris : le pavé tactile qui donnait accès aux touches Home, Start et Select était loin d’être un modèle d’ergonomie. Grand bien lui en a fait de remplacer la chose par 3 touches distinctes, plus accessibles.
  • Le grand écran 3D de la console offre un avantage certain : celui de réduire la fatigue oculaire. C’est bien simple, après quelques heures passé à glaner des pièces en compagnie de Mario, l’effet de fatigue d’autrefois inhérent à toute session de jeu appuyée sur 3DS, ne s’est étrangement pas fait ressentir.
  • Ca pourrait sembler anecdotique, et pourtant : les jeux DS lancés sur la 3DS XL semblent bénéficier de couleurs plus vives, plus chaleureuses. L’affichage s’en ressort amélioré, et profiter de l’énorme ludothèque de la DS n’aura finalement jamais été si agréable.
  • La carte SD livrée avec la console a légèrement pris du galon. De 2Go, elle passe à 4Go. Un cadeau désintéressé de la part de Nintendo ? Pensez-vous, le constructeur s’apprête à proposer ses jeux 3DS en téléchargement, et compte bien surfer sur la vague du dématérialisé (comprenez : réduire les coûts).

Pourquoi ça aurait pu être mieux

  • Du jamais vu dans l’histoire du jeu vidéo : Nintendo fait des économies sur le dos du joueur, et ne propose pas de chargeur avec sa 3DS XL. On aurait presque envie de crier au scandale. Cette démarche a toutefois un avantage : la boite renfermant la 3DS XL ne prend pas de place. Et pour cause…
  • On a vraiment envie de le dire : jamais la 3DS n’aurait du voir le jour, Nintendo aurait directement du livrer la 3DS XL. Les erreurs grossières de la 3DS restent en travers de la gorge, et passer de la 3DS XL à la 3DS est pénible, et met clairement en exergue les manquements de ce premier modèle. Rageant.
  • L’autonomie de la console a certes été boostée, pour frôler avec les 5 heures avec l’effet 3D et le son tous deux bloqués au maximum. Il y a du mieux, et la 3DS XL fait d’ailleurs mieux que la PS Vita, s’il est possible de comparer les 2 bécanes. Cependant, la PSP-3000 tutoyait presque les 10 heures d’autonomie, et on en attendait peut-être un peu plus de la part de Nintendo sur ce point.
  • La résolution des écrans n’a malheureusement pas été revue à la hausse, l’écran 3D va donc se limiter à du 800 (400 pixels par oeil) x 240 pixels. Un peu limité tout de même, et il ne faudrait certainement pas coller une PS Vita à côté de la bécane de Nintendo… L’écran inférieur de son côté arbore une petite résolution de 320 x 240 pixels, et se contente une fois encore d’une technologie résistive, qui commence vraiment à dater. Vous vous souvenez de ces smartphones qui usaient de cette technologie ? Non ? Normal, ça commence à faire un moment qu’ils ne sont plus en circulation.
  • Nintendo s’est contenté d’une opération minimale avec sa 3DS XL. Elle n’offre pas grand chose de plus que la 3DS lorsqu’on y regarde bien, et mise à part ses écrans plus grands (et de meilleur qualité, soit…), il ne faudra pas venir chercher du côté de l’innovation.
  • Mais pourquoi diable Nintendo s’est-il handicapé en ométant l’implantation d’un second stick analogique sur sa bécane ? Résultat, ce second stick sera proposé sous la forme d’un add-on disgracieux, qui va venir casser les courbes de la 3DS XL, tout simplement. Et on ne vous parle même pas de la prise en main qu’il offrira…

Ça nous a étonné

On se répète sans doute, mais la prise en main de cette 3DS XL est un délice, un modèle à suivre. En comparaison de la 3DS qui tendait à filer des crampes après des sessions de jeu soutenues, c’est le jour et la nuit. Comme quoi, Nintendo a peut-être joué la carte du minimaliste, mais il a également joué celle de… l’efficacité.

Et alors, j’achète ?

Revendre sa 3DS pour s’offrir une 3DS XL semble être opération onéreuse. A voir, mais la côté de la 3DS première du nom va forcément chuter. De ce fait, vous conseiller de faire le switch sera cavalier de notre part, à moins que votre budget ne vous le permette. Et puis, entre nous, combien de fois par semaine sortez-vous votre 3DS ? Et quand bien même, activez-vous l’effet 3D de manière systématique ?

Par contre, si vous aviez pour projet de faire l’acquisition d’une 3DS, ne cherchez plus, ce modèle XL est bien mieux fini que son prédécesseur, et offre tout (ou presque) ce qu’on attend d’une console portable en 2012.

La fiche technique en résumé

Taille (console fermée) : 156 x 93 x 22 mm
Poids : 336g
Écran supérieur : 3D, 12.40 centimètres, résolution de 800 x 240 pixels (400 pixels pour chaque oeil en mode 3D)
Écran tactile : Tactile, 10.61 centimètres, résolution de 320 x 240 pixels
Caméras : Une caméra interne et deux caméras externes 0.3 megapixels
Sans fil : Compatible IEEE 802.11 et protocoles avancés de sécurité (WPA/WPA2).
Entrée/sortie : Slot SD, port d’alimentation, prise jack 3.5mm

Tags :