Balade à Paris au volant du Roadster de Tesla Motors

500x_tesla-roadster251

Le Roadster de Tesla Motors est en fin de vie. Pourtant lorsque la marque américaine nous a proposé de l’essayer dans les rues de Paris, nous avons accepté immédiatement. Comment refuser de tester ce qui se fait de mieux actuellement dans le secteur des véhicules électriques ?

Déjà vendu à plus de 2300 exemplaires dans le monde, le Roadster de Tesla doit être encore produit à 200 unités. Après il cessera d’être proposé par la marque américaine. Cette sportive électrique est le premier véhicule de la firme d’Elon Musk. Et déjà lorsque le constructeur l’avait présenté en 2006, les caractéristiques étaient impressionnantes. Un 0 à 100 km/h atteint en seulement 3,7 secondes, une autonomie de 340 kilomètres, une vitesse maximum de 210 km/h, une carrosserie entièrement en fibre de carbone et une recharge complète (sur prise 220 volts ou borne) en 3 à 14 heures. Mais en 2013, ce sera au tour du Model S de prendre la relève de la sportive en Europe. Grâce à cette nouvelle berline, déjà disponible aux Etats-Unis, Tesla espère d’ailleurs engranger ses premiers bénéfices.

En attendant de pouvoir l’essayer, nous avons eu la chance de nous balader dans Paris il y a quelques jours, sous un beau soleil, à bord du Roadster, dans sa version Sport. Autant vous le dire tout de suite, les têtes des passants se sont retournées à de multiples reprises, lors de notre petite virée. Un piéton nous a même interpellé, pour en savoir plus sur cette voiture, lorsque nous étions arrêtés à un feu rouge. Et on le comprend, car le Roadster est visuellement très beau à voir.

Des finitions irréprochables

Tesla Roadster

La voiture est déclinée en deux versions : Roadster et Roadster Sport

Très (très) proche du sol, la voiture a une allure digne des plus belles sportives thermiques. A un détail près, le bruit du moteur. Impossible d’impressionner la galerie, simplement en appuyant sur la pédale d’accélérateur, puisque l’automobile est électrique, donc silencieuse. Il va falloir s’y faire. Autre particularité du Roadster – que l’on peut retrouver sur certaines sportives essence – un coffre arrière encombré. Pas par le moteur, qui ne prend pas beaucoup de place et se trouve juste derrière les sièges avant, mais par la batterie. L’énorme bloc s’étend du milieu de la voiture à la moitié de la roue arrière. Difficile par conséquent de ranger des bagages dans l’espace restant à l’arrière.

Intérieurement la voiture impressionne également. Après avoir fourni un certain effort pour arriver à s’assoir – il faudra aussi s’employer pour sortir – le conducteur se retrouve dans un siège baquet et découvre alors un habitacle dans lequel le carbone et le cuir dominent. Le ton est donné. Tesla a privilégié les matériaux nobles au détriment du plastique. On ne peut qu’apprécier. De même les équipements sont à la hauteur de nos espérances. La voiture est en effet dotée de deux ordinateurs de bord.

Tesla Roadster habitacle

Du cuir et du carbone pour l'habitacle

Le premier arbore un large écran de 5 pouces et se situe au milieu de la console centrale. Il s’agit du système d’infotainment du véhicule. Fonctionnant sous un OS développé par le constructeur, ce dispositif tactile, connecté via 3G, sert à gérer le GPS, la radio, son smartphone et la caméra de recul. La prise en main est relativement simple et la réactivité irréprochable. Quant au second, placé en bas de la console centrale, il permet de connaitre sa consommation d’énergie. A partir de l’écran – tactile lui aussi mais un peu trop sensible aux reflets du soleil – l’automobiliste peut choisir, parmi trois modes de conduite, lequel il veut adopter (Performance : moins d’autonomie mais puissance maximum ; Autonomie max : puissance bridée, autonomie maximum ; Standard : juste milieu entre puissance et autonomie). Ce système fournit aussi des informations très précises sur la batterie et le moteur (température, prix de la recharge, temps de recharge restant …)

Pas de direction assistée, un signe qui ne trompe pas

Avant même d’avoir tourné la clef de contact – ou plutôt appuyé sur le bouton «start» – le Roadster nous ainsi bluffé, tant par son niveau de finition que par ses équipements. Pourtant, ce n’était qu’un début. Nous avons ensuite découvert tout le potentiel de cette sportive après avoir mis le moteur en route. Il y a d’ailleurs des signes qui ne trompent pas. Quand une voiture, électrique qui plus est, est dépourvue de direction assistée, on en déduit rapidement que l’accélération doit être fulgurante. A raison ! Le couple est phénoménal et une simple pression sur la pédale de droite permet de partir à toute allure. Conduire dans Paris se révèle alors un peu frustrant quand on sait – rappelons-le – que le 0 à 100 km/h peut-être abattu en seulement 3,7 secondes.

Tesla Roadster arrière

Une allure digne des plus belles sportives thermiques

Cependant, même si nous n’avons pas pu pousser la voiture dans ses derniers retranchements, nous avons eu l’occasion d’analyser les performances de la batterie en milieu urbain. Là encore, difficile d’être critique. Et pour cause, les informations fournies par l’ordinateur de bord se révèlent très précises, par ailleurs le système de récupération d’énergie est diablement efficace. Dès que le conducteur arrête d’appuyer sur la pédale d’accélération, le Roadster est automatiquement ralenti par ce dispositif. Résultat non seulement le conducteur récupère quelques kilomètres d’autonomie mais en plus il n’a pas besoin d’abuser de la pédale de frein.

Reste à savoir si la maniabilité et la tenue de route sont à la hauteur. Comme nous vous le disions plus haut, nous n’avons pas pu quitter Paris, impossible donc de dresser un constat. Deux remarques néanmoins. La voiture est tellement basse qu’il doit falloir s’employer pour réussir à quitter la route. Par ailleurs, sans direction assistée, il est – en toute logique – plus difficile de manoeuvrer le Roadster, mais une fois lancé, le volant tourne très bien.

Conclusion : proche de la perfection

Pour beaucoup de journalistes, Tesla Motors est à l’automobile ce qu’Apple est à l’informatique. Certes, cette comparaison déplaira à ceux qui détestent Cupertino. Mais indéniablement, la firme de Elon Musk conçoit aujourd’hui ce qui se fait de mieux dans le secteur des véhicules électriques. Par ailleurs elle innove sans cesse, comme on a pu le voir avec le Model S. Mais revenons-en au Roadster, cette petite sportive est une merveille. Comment lui reprocher quoi que ce soit. Le design est superbe, les finitions impeccables, l’électronique embarqué performant, le moteur incroyablement puissant et l’autonomie très nettement supérieure à ce que propose la concurrence. Et pourtant cette voiture est en fin de vie …

[Credits : Tesla Motors]

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Les mecs font l’essai d’une tesla et ne sont pas capable de fournir un seule photo ??? mais qui va croire ça ? vous n’aviez pas vos iphone sur vous ???? gizmodo était déjà au fond du trou, mais là, ils continuent de creuser…

    1. Vous n’êtes jamais content … Si les photos avaient été de mauvaises qualités les critiques auraient également fusé. En l’occurrence dans le cas présent nous n’avons pas eu assez de temps pour en prendre. Et de toute manière, le résultat est le même car que ce soit nos photos ou celles de Tesla, la voiture reste la même … (d’autant plus que je suis un piètre photographe)

  2. pas mal du tout cette sportive, bon réservée à l’élite pour l’instant mais d’ici quelques années leur expérience pourra servir à faire des voitures électriques avec encore plus d’autonomie et pour moins cher…

    Mais ma préférence va au Concept One de chez Rimac, elle abat le 0-100km/h en 2.8 et à environ 5 à 600km d’autonomie.

    http://www.rimac-automobili.com/concept_one/introduction-20

    Bon en même temps elle joue pas dans la même cour, elle a quatre moteurs électriques, un par roue ce qui lui donne 1088 CV et vaut 7 fois le prix de la tesla… Mais du point de vue performance techniques et surtout design je la trouve mieux, après les coups et les douleurs…

  3. Pas mal du tout cette petite sportive, encore réservée à l’élite, mais leur expérience pourra leur servir à faire des voiture électrique pour Mr tout le monde avec une vrai autonomie, pas comme celle de Renault par exemple…

    y’a celle-là qui remporte ma préférence : http://www.rimac-automobili.com/concept_one/introduction-20

    1088CV, 0-100km/h en 2.8s et 5 à 600 Km d’autonomie… mais le prix fait encore plus mal… plus de 700000€ ça pique légèrement…

  4. Vous avez oublié le « publi-rédactionnel » dans le titre. Et puis si c’est vous qui étiez Avenue Kléber je me rappelle avoir vu seulement l employé Tesla conduire :p

    Va chez Europcar, loue là une journée pour 300€ et tu verras que c’est bien mais pas top … comme l’Iphone ?

  5. @sebzhd : le prix : à partir de 84 000 euros.
    @toto : quand un produit est de bonne qualité il faut le dire, nous n’allons pas inventer des défauts … Et nous n’étions pas avenue Kléber mais dans le nord de Paris pour tester la voiture.

  6. I have seen lots of useful issues on your web page about computers. However, I’ve got the viewpoint that notebook computers are still more or less not powerful adequately to be a sensible choice if you typically do tasks that require lots of power, for example video editing. But for world wide web surfing, word processing, and a lot other typical computer functions they are just great, provided you do not mind your little friend screen size. Thank you sharing your ideas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité