L’avion hypersonique fait plouf

Le X-51A est un avion supersonique sans pilote

Le X-51A est un avion supersonique sans piloteMardi 14 août, les américains ont lancé un prototype d’avion hypersonique capable de relier Paris à New-York en moins d’une heure. Volant à plus de 7000 km/h, le X-51A (baptisé WaveRider) est un avion sans pilote. L’avion a été largué en altitude au-dessus du Pacifique depuis un bombardier B-52. Et voici ce qui s’est passé…

L’avion X-51A s’est détaché à 15000 m d’altitude dans un couloir aérien dédié aux tests. Un moteur dédié aux missiles s’est allumé et a propulsé l’engin à 5000km/h. Ensuite un moteur spécial, un statoréacteur a pris le relais et devait propulser l’engin à Mach 6 à 21000 m d’altitude. Là, il fait très chaud, les tuiles isolantes sont mises à rude épreuve un peu comme les tuiles qui recouvrent les anciennes navettes de la NASA.

Mais voilà, après 5 minutes de vol, l’avion a quitté sa trajectoire et s’est abîmé en mer. Le projet était mené par la NASA, l’US Airforce et la DARPA. Il semble évident pour un grand nombre de spécialistes que cette technologie n’est pas destinée à équiper des vols commerciaux civils ultra-rapides, mais qu’elle sera plutôt utilisée pour lancer des missiles capables de voler à une vitesse hypersonique. Dommage, Le Japon n’aurait jamais été aussi près de nous.  [FranceTVinfo et BigBrowser]

Illustration : US Airforce

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Il semble evident pour un grand nombre de specialistes » par exemple qui ? Ca aurait été mieux de les citer…. fin bref c’est que le 2ème esssai après un premier vol réussi en 2010 pendant laquelle le prototype a atteint les 7000 km/h. C’est un projet ambitieux et assez jeune alors faut se méfier des conclusions rapides…

  2. parce que vous croyez que les USA vont dire au monde entier qu’ils ont des prototypes de missiles ultras rapide qui marchent? Mais pourquoi faire diraient les journalistes? Les guerres c’est pour aider les populations a retablir la democratie non?

  3. Ca semblait plutot intéressant comme concept. Perso je n’en ai pas du tout entendu parler dans la presse :(

    2 petites coquilles (il me semble) :
    équipé => équiper
    n’aurais => n’aurait

  4. propulser l’engin à Mach 6 à 21000 km d’altitude ?!?!?
    c’est plutôt 21 000 m parce que la station ISS International Space Station est a environ 400km d’altitude.

  5. Je ne pense pas qur l’engin utilise la MHD.
    Il faudrais pour cela un milieu ionisé, ce qui implique de générer de fortes tensions.Je doute que le matériel necessaire ne tienne dans un si petit aéronef.
    La vitesse atteinte n’est possible que part l’absence de pièces en mouvements dans le système de propulsion.Ce qui explique de plus, la necessité d’un vitesse initiale conséquante pour démarrer un statoréacteur (grace au moteur-fusée) car l’air n’est plus comprimée comme dans, par exemple, l’entrée d’un turboréacteur conventionnel.
    (écrit par un passionné d’aéronautique ayant bossé sur la MHD durant ses études 😉 )

  6. C’etait deja prévu qu’il termine dans l’eau, ya pas train d’attérissage sur ce machin, c’est un vrai missile.
    Par contre cest pas le premier engin du genre. Je me souviens avoir lu un article dans Science Et Vie junior, j’avais encore des dents de lait…
    Et il a aussi terminer dans leau.

  7. Et sinon il s’est passé quoi ? Parce que concrètement, vous ne donnez pas le plan de vol, qu’est-ce qui a échoué, pourquoi il s’est écrasé…

  8. Les états-unis ont tout fait pour que le Concorde s’arrête. Un avion Made in USA ne devrait pas poser les mêmes problèmes de nuisances que l’oiseau européen.

    1. Non les USA n’ont même pas eu besoin de couler le Concorde. Cet avion n’intéressait tout simplement pas les compagnies aériennes. Imagine, un avion à peine capable de franchire 6000 km en ne transportant que 100 passagers tout en consommant énormément de carburant, ce n’était tout simplement pas rentable.
      British Airways et Air France se sont vu imposé 7 avions chacun par leurs gouvernents respectifs.

  9. Il s’agit d’un vol de test, donc il n’était absolument pas question que l’engin se pose ensuite quelque part!

    Il est question, de plus, d’une technologie de super-statoréacteur car il est capable (en théorie) de voler aussi bien en supersonique qu’en hypersonique (avec une combustion respectivement subsonique et supersonique).

    Ne croyez de plus pas que les américains sont les seuls à travailler dessus, la France aussi sur le projet LEA qui pourrait aboutir ensuite à un avion hypersonique comme le Zest.

  10. I like the valuable information you provide for your articles. I’ll bookmark your weblog and check again right here frequently. I’m fairly certain I’ll learn lots of new stuff proper right here! Good luck for the following!

  11. Monsieur le Président,
    Didier Delmotte, citoyen français, ancien président fondateur et propriétaire de la compagnie Air Littoral, actuellement à la retraite et inventeur indépendant, vient de déposer un brevet en Suisse avec extension internationale, via un cabinet spécialisé à Genève, et ce après en avoir obtenu l’autorisation par la Direction Générale de l’Armement (DGA) du Ministère de la Défense en France. Il s’agit d’un « fuselage volant » dont l’une des nombreuses applications est un aéro-astronef dit AEROSPATIAL, version à la fois aéronautique et astronautique de l’invention nommée DELPLANE, Il comprend une grande surface portante et une pluralité de turboréacteurs, agencées pour permettre à l’aéronef en question d’atteindre rapidement une altitude préliminaire de 35 à 50 km ; avec au moins un moteur-fusée ou lanceur d’appoint sur l’extrados ayant pour carburant du propergol gélifié, agencé pour propulser progressivement l’aéronef depuis l’altitude préliminaire aux altitudes et vitesses requises qui permettent soit un vol hypersonique longue distance, soit un vol suborbital ou soit une mise en orbite ; des rétrofusées agencées pour donner une incidence d’autofreinage (ou tous autres moyens de décélération connus) afin d’obtenir une vitesse et un positionnement compatibles avec un vol normal lors d’un retour en atmosphère terrestre ; une assistance technique au sol pour les vols suborbitaux et orbitaux. Didier DELMOTTE précise que la véritable vocation de cet aéro-astronef est de faire des voyages sur de longues distances comme par exemple Paris – Sidney en quatre ou cinq heures, voire moins, avec en prime toutes les sensations visuelles et physiologiques que l’on puisse imaginer, et ce dans un silence quasi-absolu (excepté au cours des phases de décollage et d’atterrissage) et avec un confort plus que « haut de gamme », le tout à des tarifs « lignes régulières » bien inférieurs à ceux proposés pour uniquement du tourisme suborbital. didier.delmotte2@orange.fr
    Sincères, cordiales et respectueuses salutations.
    Didier Delmotte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité