La NASA teste un nouveau bouclier thermique

La NASA teste un nouveau bouclier thermique

La NASA teste un nouveau bouclier thermiqueLorsqu'il est question de voyage dans l'espace, la pénétration dans l'atmosphère, terrestre ou pourquoi pas martienne dans quelques années, est une étape très importante. La chaleur y est telle qu'il faut protéger les appareils. Un bouclier thermique gonflable de la NASA pourrait faire l'affaire.

Il y a quelques jours, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace américaine a testé un tout nouveau prototype de bouclier thermique pneumatique conçu à partir de ballons ultra-modernes. Depuis neuf ans que la NASA travaille sur ce genre de protection, l’idée, à long terme, est de protéger des appareils bien plus gros qu’une « simple » fusée. On pense par exemple à des cargo transporteurs.

IRVE-3, ce beau bouclier de 300 kg, a un système de gonflage au nitrogène lui permettant de prendre sa forme de champignon et protéger ainsi de la chaleur la capsule qui tombe sur la planète à plus de 12 000 km/h. Ce bouclier a pu résister avec succès à 20 G et à la température de 538 °C.

Cette nouvelle technologie permettra de repenser les modèles de pénétration dans les atmosphères pour les atterrissages à venir.

[slashgear]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. quand est ce que les français comprendront-ils que le nitrogène n’existe pas, et qu’il s’agit simplement d’une mauvaise traduction de « nitrogen » en anglais, qui n’est rien d’autre que … de l’azote !

  2. Dans l’article original il est écrit que le bouclier peut supporter jusqu’a 1.000° F ce qui correspond bien a 537°C. Quand au « nitrogen » il s’agit bien d’azote en français. Mais il me semble que les rentrés atmosphériques peuvent se faire beaucoup plus chaudes que ça… A vérifier…

    1. En effet, pour les rentrées des anciennes navettes américaines par exemple, le bouclier pouvait avoir à supporter une chaleur supérieure à 1500 °C par endroits.
      @beurrier : le terme nitrogène existe bel et bien et servait à désigner l’azote dans le passé avant que notre cher Lavoisier ne le surnomme azote (littéralement « qui n’entretient pas la vie »).

  3. Just want to say your article is as surprising. The clarity to your publish is just spectacular and i could suppose you’re a professional on this subject. Fine along with your permission let me to grasp your RSS feed to stay updated with impending post. Thank you 1,000,000 and please keep up the gratifying work.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité