Un iris synthéthique piège les sécurités biométriques

Un iris synthéthique piège les sécurités biométriques

Un iris synthéthique piège les sécurités biométriquesLes mesures de sécurité biométriques sont censées être les plus fiables qui soient, en particulier le scanner de l'iris. Malheureusement, des chercheurs semblent avoir réussi à outrepasser cette protection bien plus tôt que prévu.

Pour des raisons de sécurité, les machines qui effectuent les scanners iridiens ne conservent aucune copie de l’image mais seulement environ 5 000 points qui serviront de données de comparaison. Des chercheurs de l’Universidad Autonoma de Madrid (UAM) ont utilisé ces données et les ont croisées avec des modèles de l’Université Ouest Virginie (WVU). Ils sont ainsi parvenus à concevoir un iris synthétique qui trompe le système de sécurité VeriEye, de la société Neurotechnology, huit fois sur dix.

Grâce à un algorithme de génétique, en 5 à 10 minutes, ils peuvent effectuer 100 à 200 changements minimes sur les modèles d’iris de WVU pour en créer un suffisamment précis. Même si ce genre de technologie est inquiétant, de part son temps d’exécution et son efficacité, tout le système repose sur ces fameux 5 000 points. Quelques très rares sociétés vendent ces informations. Il faudrait donc réussir à pénétrer leur base de données pour y avoir accès. BI2 Technologies, une de ces sociétés, indique qui plus est, que le cryptage est tel qu’il ne permet pas d’utiliser ces données ou de récupérer les identités des propriétaires.

Toujours est-il que Javier Galbally, l’un des chercheurs, a présenté leur « hack » lors de la conférence Black Hat il y a quelques jours, en démontrant ainsi clairement la faisabilité.

[theverge]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. En Français, il s’agit d’un « algorithme génétique » (une catégorie d’algorithme) et non d’un « algorithme de génétique » :)

  2. Inquiétant? Je ne trouve pas. Je vois même plutôt d’un bon oeil (ah ah..) le fait de pouvoir contourner des systèmes de sécurité qui sont en général pointés du doigt pour les dérives de fichage dont elle font l’objet.

  3. Encore un « hack » que 99.99999% de la population mondiale poura jamais metre en oeuvre , mais qui enquiete les grand dirigeants …n’importe quoi !

  4. @TheFuture2050: Il suffit d’une fois dans, par exemple, un centre de recherche sur les virus type P4 pour que cela tourne au cauchemar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité