Manger bio est-il vraiment bon pour la santé ?

shutterstock_80805385 - légumes

shutterstock_80805385 - légumesMangez bon, mangez sain, mangez bio ! Et bien en fait, on nous aurait fourvoyé, décidément c'est la journée. La science compte remettre tout ceci sur le droit chemin !

D’après une nouvelle étude réalisée par l’Ecole de Médecine de l’université de Stanford, manger bio ne serait finalement pas si bon pour nous. Tels des rats de bibliothèque, nos chercheurs ont fouillé pas moins de 200 études relatant des avantages et inconvénients d’une nourriture biologique.

Si on nous vante quotidiennement l’intérêt d’une alimentation issue de l’agriculture biologique, il y a autant de pour que de contre. Par exemple, si une femme enceinte joue la carte bio durant sa grossesse, cela peut induire des allergies ou de l’eczéma  pour l’enfant. A contrario, une viande biologique vous protège contre une infection bactérienne appelée Campylobacte.

Un troisième exemple prouve que seuls certains légumes ont plus de nutriments en étant cultivés de façon classique. Si c’est vrai pour la tomate, ce n’est pas forcément le cas pour une courgette ou un concombre. Météo, qualité … la carotte de droite peut être meilleure que celle de gauche, qu’elle soit bio ou non.

En somme, l’analyse des conclusions des études de leurs pairs tend à prouver qu’en consommant ces légumes cultivés sans pesticide ou engrais de synthèse, vous ne seriez pas en meilleure santé … ni en moins bonne. Ils concluent en avançant un manque évident de preuves confirmant un quelconque impact positif.

Toutefois il est important de préciser que ces études peinent à découvrir les effets subtils de l’alimentation, pour la simple et bonne raison qu’il y a trop d’influences extérieures dues à notre environnement. En outre, ces travaux ne suivent que peu de personnes et durant un laps de temps très court.

Finalement, le bio, si ce n’est pas bon pour nous, ce n’est pas non plus mauvais. A vous de trancher en fonction de vos convictions … et de votre budget !

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[Gizmodo]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est pas que c’est bon ou pas pour la santé mais c’est une histoire de goût et ça c’est presque plus important.
    Une tomate d’un hyper a largement moins de gout que celle du jardin et ça faut pas faire des centaines d’analyse pour le prouver.

    1. C’est certain qu’une tomate de jardin a bien plus de valeur qu’une tomate de supermarché. Mais ca n’est pas le probleme. Le « bio » a ete tourne en argument marketing et de consommation sous pretexte d’un gain impossible a prouver pour la santé. Et en.multipliant les prix par la meme occasion bien sur.
      Les industriels verraient d’un mauvais oeil que les consommateurs ne tombent plus dans le piege, la culture est certes plus difficile mais la marge economique bien supérieure

      1. ### Petit coup de gueule ###
        Quand je lis cela je ne peux que réagir, car visiblement ceux qui on écrit cette article n’ont rien compris à la vrai raison de faire du BIO. La BIO n’est pas là seulement pour avoir des meilleurs fruits et légumes, mais pour respecter les sols et l’environnement que l’on a massacré depuis 4 ou 5 décennies ainsi que pour faire vivre décemment nos agriculteurs.
        La Grande distribution n’est pas faite pour vendre du BIO, et ça c’est un fait. S’ils vendent du BIO ce n’est qu’afin de faire du profit. Mais en vendant des produits BIO de cette manière, ils entament très négativement l’image du BIO ainsi que la philosophie de la BIO.
        Personnellement je boycotte les grandes surfaces le plus possible.
        Il faut privilégier les circuits courts (Amap, marché, biocoop, vente directe à la ferme, ventre direct en ligne …)
        Je suis dans une AMAP « BIO » depuis 2009 à 11€ le panier de légumes par semaine + 6 œufs à 1.5€ + 1,5Kg de pain à ~5€ donc on s’en sort à environ 18€ par semaine. Nous avons également réduit largement notre consommation de viande (On ne mange de la viande qu’une à deux fois par semaine) au profit de viande de qualité ; que l’on achète maintenant à la ferme directement au prix de 12 à 17€ le Kg, mais les bêtes sont en plain champs et ne mange que de l’herbe et du fourrage, pas de farines ni de saloperies.
        Nos producteurs d’œufs / volaille (2 familles), légumes, boulangé distribue chacun 3 AMAP ce qui fait environ 160 paniers par semaine. A 160 familles nous faisons vivre 4 familles, et de façon réellement équitable, avec un vrais lien social et de l’entre aide en cas de difficultés.
        Ca c’est la vraie philosophie du secteur BIO. Et que l’on ne vienne pas de parler de Carrefour, de Leclerc ou autre Grande surface qui vendent du « BIO » industriel qui n’a absolument rien à voir.
        Le BIO c’est aussi et surtout une philosophie de respect de l’humain, des sols et de l’environnement.
        A bon entendeur.

    2. Que d’énormités, dans l’article, les commentaires….

      Je vous cite wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biologique) ;

      « Mythes associés

      L’agriculture biologique serait sans pesticide : le label AB n’interdit que les produits de synthèses, les produits naturels et minéraux sont autorisés, certains sont reconnus pour leur dangerosités (roténone, cuivre, neem, pyrèthres) pour l’environnement et l’humain. Le cuivre, indispensable à un grande nombre de cultures biologiques, est un métal lourd qui stérilise les sols. Le neem est connu pour provoquer des effets hormonaux
      chez les insectes43 et les mammifères44.

      L’agriculture biologique rejetterait moins de gaz à effet de serre : si le bilan par unité de surface peut faire illusion, les rendements plus faibles redonnent l’avantage au conventionnel45. De plus, en France près d’un tiers des produits labellisés AB sont importés, il n’est pas rare de trouver en magasin des produits labellisés AB importés moins coûteux que des produits conventionnels locaux (cas de l’ail d’argentine), ce qui n’est pas sans poser de questions au niveau du bilan carbone et social de ce type de produit.

      Les antibiotiques seraient interdits : cet avantage n’existe pas car les antibiotiques sont autorisés par le label AB46, avec les mêmes conditions qu’en élevage conventionnel. Ils doivent faire l’objet d’une prescription par un vétérinaire, qui ne l’accorde qu’en cas de maladie bactérienne. L’usage comme facteur de croissance est interdit en EU depuis 200647 mais cela n’empêche pas l’importation de viande ayant subit ce mode de production.

      L’agriculture biologique serait une solution contre l’érosion : l’utilisation quasi-obligatoire du labour pour lutter contre de nombreux « bio-agresseurs » (dont limaces et adventices) favorise l’érosion, quels que soient les aménagements ou les rotations pratiqués en agriculture biologique. Les systèmes en semis direct sous couvert (agriculture de conservation) sont les seuls à réduire de façon drastique l’érosion, que ce soit en agriculture biologique ou conventionnelle.

      Manger biologique réduirait les risques de cancer : aucune étude48 n’a mis en évidence un taux de cancer plus faible chez les consommateurs de produit biologique, une fois que les autres facteurs (diversité de l’alimentation, consommation d’alcool et de tabac, activités physiques) sont pris en compte. Même si les utilisateurs de produits phytosanitaires peuvent dans certains cas avoir plus de cancer49, quoique cela fasse débat dans le cas des agriculteurs en France50, l’étude AgriCan montre au contraire une incidence du cancer plus faible, sans doute attribué à une meilleur hygiène de vie (moins de tabac, d’alcool et plus d’exercice physique). Les organismes de lutte contre le cancer conseillent une alimentation riche en fruits et légumes, quels que soient leurs modes de production51.

      Les aliments biologiques auraient une meilleur qualité nutritionnelle 525354 sont régulièrement cité mais les études sont contradictoires. Il est impossible de conclure de façon générale55, les différences sont supposées minimes et très dépendantes des agro-systèmes qui restent très différents les uns des autres au delà des labellisations. »

      Lisez le reste aussi, ça fera de mal à personne…

  2. Manger bio n’est pas forcément meilleur pour la santé, mais pour les sols, les rivières etc…, il n’y a pas photo.
    Lorsqu’un agriculteur bio laisse sa terre à quelqu’un d’autre, le suivant la récupérera tels que le premier l’aura trouvée (au niveau des produits chimiques), ce qui je trouve serait un bon slogan : « Veuillez laisser la terre dans l’état où vous l’avez trouvée en entrant ».

  3. il fallait conclure comme ca:
    Finalement, le bio, si ce n’est pas bon pour nous, il est bon pour LA PLANET!

    ne pas confondre Bio et Qualité……

  4. Il est aussi question de respect de la nature et des populations humaines ou autres dans la culture des produits bio, d’une agriculture altérant le moins possible notre écosystème….

  5. et depuis l’apparition de l’agriculture génétique, les maladies et les malformations humaine sont devenues plus importante qu’avant quand nos ancêtres mangeaient que du bio
    bon vous allez me dire qu’il y a plusieurs facteurs mais ca est un de ces facteurs

  6. Il y a un « c’est pas sorcier » la dessus je crois, manger des aliment non bio, donc avec des produits en plus de ce qu’on trouve dans la nature, peuvent aussi provoquer de nouvelles alérgies… donc je suis pas convaincu du premier argument.

  7. Manger bio, c’est surtout sensé vouloir dire manger sans pesticide….
    Et on le sait les pesticides ont un impacte sur la santé…. CQFD

    par contre, une agriculture intensive sans pesticide donne des produits aussi bon en terme nutritionnel, mais qu’en est il de la terre ??? détruire produit plus sur le moment, mais à long terme….

  8. « D’après une nouvelle étude réalisée par l’Ecole de Médecine de l’université de Stanford, manger bio ne serait finalement pas si bon pour nous. Tels des rats de bibliothèque, nos chercheurs ont fouillé pas moins de 200 études relatant des avantages et inconvénients d’une nourriture biologique. »

    Ca se voit que ces scientifiques en herbe n’ont jamais fait des tests sur le gout des produits biologiques naturels pousser dans un vrai jardin avec une seule recolte par an VS les produits de serres et chimiquement transformer pour donner 6 recoltes par an ! comment dire …les produits bio ont au moins 6x fois plus de gout ! les autres goutent le carton sans aucun gout , ils ont oublier que les nouveaux produits geniquement modifier pour la plupart ne goutent plus rien !

  9. « […]Par exemple, si une femme enceinte joue la carte bio durant sa grossesse, cela peut induire des allergies ou de l’eczéma pour l’enfant. A contrario, une viande biologique vous protège contre une infection bactérienne appelée Campylobacte.[…] »

    Donc les pesticides chimiques utilisés et entrant dans la composition du légume non bio protège l’enfant des allergies et de l’eczéma ? ce n’est pas un peu absurde ?
    On peut avoir la liste des entreprises , des principaux financeurs de l’Ecole de Médecine de l’université de Stanford s’il vous plait ? je pense qu’il y a un gros chimiquier ou un monsanto dans le tas .

  10. MAUVAISE FOI OU DÉMAGOGIE ??

    Qui oserait dire que l’alimentation n’a pas de lien avec l’explosion du nombre de cancers ces dernières années ?
    Qui oserait dire que l’utilisation de pesticides, d’engrais et autres produits chimiques n’a pas de conséquences sur la santé humaine et sur l’environnement ?

    Quand à l’histoire du prix, il suffirait de sortir un peu de chez soi pour se rendre compte que de nombreux circuits de distributions proposent du bio à un prix aussi voir plus intéressant que le conventionnel, et je sais de quoi je parle.

    Ce qui est sûr c’est que vous traitez un sujet extrêmement sensible impliquant des industriels tout puissants (agro-alimentaire, chimie…) qui ne sont prêts pour rien au monde à changer les choses, et à dire au revoir à leurs milliards.
    Les études aux résultats aberrant comme celle ci sont légion et il me semble donc indispensable de vérifier les sources avant de publier un article de ce genre.

    L’ACTE DE CONSOMMATION EST UN VOTE, ça a une valeur politique !
    à utiliser avec attention..!

  11. Regardez ce reportage: « manger peut il nuire a la sante ? »
    Prenez un sac à vomi avec vous. on ne sais jamais.

    Nos organismes assimilent des résidus de métaux lourds qui proviennent des pesticides, engrais, insecticides que nous avons dans nos aliments. Alors oui on ne meurt pas de ces « traces » quand on mange une pomme, mais à l’échelle d’une vie…

    Et je vous propose d’arrêté d’utiliser ce mot « bio ». Ce sont des produits normaux. Il faudrai utilisé « produits chimiques » pour les autres…

    Salutations

  12. Une étude américaine qui nous parle du bio de manière négative…? je m’éditerais d’abord sur ça avant de me pencher sur cette soit-disant étude.

  13. Le BIO ce n’est pas que préserver sa petite santé d’égoiste, argument toujours mis en avant par les grand média, car c’est un point sur lequel il est attaquable.

    Le bio c’est moins de pesticides dans la nature, moins d’engrais aussi, qu’on retrouve dans l’eau qu’on boit. Savez vous qu’en france on dépense chaque année 1.5 milliards d’euro pour dépoluer l’eau, pollution provenant a 80% de l’agriculture.
    Le bio c’est des agriculteurs qui ne dépendent plus de multinationales liées aux intérêts pétroliers et donc favoriser notre indépendance alimentaire
    Le bio c’est plus d’emploi
    Le bio c’est ne pas utiliser de cruiser, produit qui a fait la preuve de sa nocivité pour les abeilles
    Le bio c’est éviter le round up (soit disant biodegradable, perturbateur endocrinien qu’on retrouve aujourd’hui dans toutes les rivieres de france)
    Le Bio c’est aussi un barriere contre les ogm, dont les brevet sont détenues par des multinationnales plus puissantes que des états, qu voudraient décider à notre place ce qu’on doit manger à chaque repas, et nous forcer à manger leur saloperie à coup de lois et de brevets.

    Mais si vous aimez payer des impots pour saccager l’environnement (oui vous payez les aides agricoles) puis payer à nouveau pour tenter de le dépolluer (sans succès) avec vos impots, tout en engraissant au passage les actionnaires de l’industrie pétrolière et celle de la depollution (qui est souvent liée à la première), alors continuez à vous régaler de pêches aux pesticides cancérigènes… enfin, ils ont retiré ceux pour lesquel on a trouvé les preuves 30 ans trop tard, pou rles autres on sait pas encore.

  14. manger bio, n’est pas se poser la question si un aliment est plus nourrissant qu’un autre….

    le principe c’est que la culture polue moins la nature, et notre corps avec tous les éléments chimique non-naturels… donc ce n’est pas manger mieux c’est manger moins dégueulasse.

    c’est simple et irrévocable

  15. Il ne faut pas oublier le côté écologie du bio. Et puis, les super pesticides sur le non bio sont cancérigènes. C’est prouvé et une collègue de ma mère a failli y perdre la vie. Au fait, laver les fruits et légumes c’est bien mais pas suffisant. Une partie du pesticide intègre la peau voire la chaire du fruit ou du légume.

  16. Le bio n à pas de meilleur apport nutritionnel, mais juste aucun pesticide et autre éléments nocifs, donc le bio c’est mieux point …
    Après je ne fais pas parti des écolos septique, donc manger bio ou pas j’en ai rien a foutre …

  17. Jamais vu une telle connerie….
    L’article ne se base sur rien, et puis c’est sur bouffon des pesticides de synthèses qui tuent tout organisme vivant sur la plante ça nous désinfectera un peu l’estomac

  18. Ce qui est marrant dans l’histoire c’est que les gens veulent manger bio un peut comme pour l’effet actimel.
    Tu penses que si tu consommes comme ça tu sera en meilleur santé, limite t’as l’impression de prendre des médicaments.
    D’autre part c’est à la mode, la pub te dis qu’il faut manger bio, avoir un iphone etc… comme ca tu peut chier bio et entretenir ta masturbation intellectuelle. te sentir au dessus des autres (ceux qui ne mangent pas bio) et ainsi satisfaire ton plus gros défaut : ton ego :)
    Pour être en bonne sante le plus important est déjà de savoir manger, c’est pas parceque tu mange bio que tu te nourris correctement.
    Le bio c’est un nouvel eldorado, imaginez sous prétexte d’une étiquette bio scotcher sur l’emballage tu payes le double de prix ! Aux plus grand bonheur des mafias et trafiquant, franchement c’est plus simple de coller des étiquettes sur un emballage que d’organiser un trafic de drogue et franchement tu ne prends pas les même risques dans l’histoire pour un rendement qui ne doit pas être dégueu :p

    sans parler des hyper qui ont inventer un truc absolument génial ! le premier prix (que je ne donnerai pas a manger a mon chien) ! vendu au prix de ce que devrai être la nourriture normal, comme ça tu peux légitimement augmenter le prix du moyens prix, de la marque et du bio :) elle est pas belle la vie !

  19. C’est que l’on pourrait appeler un article de merde. Le bio c’est la vie, la nature, la cueillette, la chasse, la pêche, l’alimentation originelle..
    Alors vos considérations Monsanto et cie, gardez les svp. Les gens mangent déjà très mal aujourd’hui n’en rajoutez pas.
    Allez, restez sur le IT, svp..sur les autres sujets vous êtes franchement à la rue

  20. Et vous les avez faites ces études à leur place pour dire que le bio c’est mieux et qu’ils ne racontent que des conneries ?

    Tout n’est qu’affaire de buisness , à celui qui aura la plus grosse part ( ainsi va le monde , c’est un fait) .

    Et vous anti-écolo ou pro-écolos n’êtes que les dindons de la farce

  21. Tout a fait d’accord avec kyoshirokendo. J’ajouterais que certains font tous pour manger bio et font même pousser bio alors qu’ils habitent en pleine ville ou le taux de pollution est parfois très élever. Bref y’a vraiment des ab***** sur terre.

  22. Manger Bio est aussi politique. C’est s’insérer dans une tendance, celle de dire que nous avons remplacer les molécules naturels par des molécules de synthèse, et que nous stérilisons nos sols. Personnes ne peut dire quelles sont les effets combinés de toutes les substances chimiques auxquelles nous sommes exposés en permanence, et notamment dans notre alimentation. Quand aux produits agroalimentaires, il n’y a pas photo. Si sur les matières premières des études peuvent mettre en évidence ou relativiser le bio, sur les plats préparés entre autre il n’y a pas photo….

  23. Au final manger bio c’est surtout ne pas manger ogm.. (voir guide GreenPeace : http://guide-ogm.greenpeace.fr/ ) et à la vu de l’étude réalisé récemment, qui controverse la multinationale avide de business Monsanto. Je ne vais pas prendre de mon côté le risque de payer un caddie moyen 3€ de moins, pour a 50 ans me retrouver à débourser une fortune pour retrouver la santé, et encore tumeurs, cancers sont bien souvent mortels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité