Facebook, innocent tant qu’on a pas prouvé qu’il avait tort

shutterstock_86541763 - facebook

shutterstock_86541763 - facebookÉnorme grogne des utilisateurs hier sur Facebook, les messages privés se sont retrouvés visibles de tous. Entre quiproquo et pavé dans la marre, qu’en est-il vraiment ? Le point.

Rappel des faits !

L’information de base provient du quotidien Metro, la rédaction a constaté que des messages privés issus de Facebook et envoyés avant 2009 apparaissent aux yeux de tous dans la Timeline. Après quelques recherches, il s’est avéré qu’on était bien loin du cas isolé. Les premières suppositions supputent qu’une récente mise à jour serait responsable de cette intrusion dans la vie privée.

La Toile s’est enflammée en quelques heures, oscillant entre humour, consternation et déni. On a pu voir des ‘Ivre, Zuckerberg publie vos messages personnels’ comme des ‘ Ce soir il va y avoir beaucoup moins de couples sur Terre’. Avec comme interrogation principale, la lecture de ces posts était-elle limitée à l’utilisateur et uniquement à lui ?

Facebook France, difficilement joignable vu l’heure tardive, a fini par réagir et acter de « mauvaise manipulation » ou de « problèmes techniques ». Impossible d’en savoir plus tant que les Etats-Unis n’étaient pas réveillés.

C’est là que le bât blesse à nouveau, chez l’Oncle Sam, la version officielle devient tout autre.

« Une minorité d’utilisateurs de Facebook s’est inquiétée en voyant s’afficher des messages qu’ils pensaient privés sur leur Journal (Timeline). Les ingénieurs de Facebook ont analysé ces requêtes et confirmé que les messages en question étaient des anciennes publications, visibles précédemment sur leur profil. Facebook affirme qu’il n’y a eu aucune faille dans la sécurité des données des utilisateurs ».

Le cours de l’action subi de plein fouet les affres de cette possible faille 

Deux sons de cloche s’opposent, on parle d’un bug puis d’un processus somme toute normal. Quant à la minorité décrite, il semblerait qu’on n’en soit bien loin. Accusant le coup, le tollé a mis à mal le cours de l’action FB, déjà en difficulté depuis son introduction. Le cours a chuté de plus de 9% à Wall Street lundi soir, passant à 20,79 dollars.

Le gouvernement français réclame des comptes au réseau social

Toutefois la position officielle de Facebook dérange, simplement car ces messages douteux existent, difficile de parler d’un phénomène d’hallucinations collectives mondial. Arnaud Montebourg et la ministre Fleur Pellerin ont sommé la direction de Facebook France de s’expliquer devant la CNIL. En effet, l’atteinte à la confidentialité parait évidente, la CNIL recevra donc les responsables de Facebook France ce mardi.

Facebook, l’innocence ?

Ces messages sont-ils vraiment privés ? Faisons-nous l’avocat du diable et analysons les arguments prêchant l’innocence du réseau. L’inquiétude a touché énormément de personnes et de ce fait, dans la panique, certains messages à dominante personnelle auraient pu passer pour privés. Difficile de se souvenir de chaque message datant de 2009 ou même avant.

C’est justement cette date qui pose un certain problème. A cette époque, les boutons ou commentaires n’avaient pas fait leur apparition, ce sont les murs qui servaient de fourre-tout à nos statuts, états d’âme et autres platitudes.

En majorité, les inscriptions françaises datent de 2008, la chasse aux sorcières que connait actuellement Facebook n’était même pas envisagée. Ainsi, nous avions sans doute plus de facilité à poster des messages sincères plus que superficiels.

De même, les réseaux des utilisateurs étaient encore peu étendus. Si votre patron n’apparaissait pas dans votre liste d’amis, qui pouvait vous empêcher de tacler votre travail.

Les doutes subsistent malgré tout

Quoi qu’il en soit, même si Facebook semble a priori innocent – autant que faire se peut – il est clair que la Timeline est confondante et qu’il y a matière à l’améliorer. Malgré les arguments qui prônent en la faveur du réseau, de nombreux internautes soutiennent mordicus que leur vie privée a été dévoilée.

L’enquête de la CNIL semble capitale, même si l’on peut aisément présumer des conclusions. Facebook n’aurait rien à se reprocher, les fautifs seraient alors les internautes ? De notre point de vue, la seule faute commise si ce ne sont effectivement pas des messages privés, c’est d’avoir accordé trop de confiance à Facebook à ses débuts. Internet est un terrain sur lequel il faut savoir restreindre ses propos et sécuriser ses informations personnelles. Chose que nous avons manifestement TOUS dû oublier entre 2009 et 2007 …

D’ailleurs, bien qu’on ne puisse garantir l’impossibilité technique d’un tel bug, ces systèmes (ndlr : messagerie privée et mur) sont gérés sur deux serveurs distincts, un quelconque système de vases communicants parait assez improbable.

Objectivement, certains messages laissaient tout de même songeur … Innocent tant qu’on n’a pas prouvé qu’il avait tort … Pour conclure, mieux vaut voir cette affaire comme un avertissement qui démontre bien que chaque propos énoncé sur tout réseaux que ce soit, doit être minutieusement pesé.

N’hésitez pas à nous faire part de vos conclusions quant aux messages que vous avez retrouvé.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. pour ma part j’ai bien verifié mon mur et y avait aucune conversation.
    y avait quelques conversations mais je me rappel qu’a l’époque peu de mes amis savaient se servirent de face et les autres publiaient des messages sur mon mur pour me parlait

  2. C’est vrai ce ne sont pas des messages privées… On discutais de mur à mur avant. Par contre, je me souviens que j’avais fait en sorte de ne plus les afficher sur mon mur, alors pourquoi les afficher dans ma timeline. Pour moi c’est une tres mauvaise transition…

  3. Le soi-disant « bug » n’est pas la fuite de messages mais leur simple présence alors que de nombreux utilisateurs les ont effacés.

    Au fil des mises à jours, Facebook rend à nouveau à nouveau visibles des statuts, commentaires, tags, et messages privés anciennement supprimés. A titre d’exemple, depuis mi-2011, la suppression est rendue encore plus floue en présentant aux utilisateurs des symboles de « croix » dans leur messagerie, pourtant légitimement interprétés comme un symbole « d’effacement », et en leur assignant une fonction d’archivage. L’utilisateur doit encore trouver l’accès aux conversations archivées, re-cliquer sur un bouton d’effacement, re-cliquer sur un bouton de confirmation pour enfin avoir l’impression d’avoir pu effacer quelque chose.

    Quelque soit le pays dans lequel ce comportement observé, pour autant qu’il soit doté d’une loi sur la protection des données, il y a infraction au droit à la suppression des données personnelles.

    Facebook refuse ce droit à ses utilisateurs. Facebook empêche ses utilisateurs de supprimer définitivement du contenu et repose sur la bienveillance des gouvernements qui se terrent dans leur statut d’observateur, espérant secrètement que le pays voisin va faire le premier pas.

    Facebook exclut un élément fondamental nécessaire à toute équation décrivant un service « social »: la confiance.

    Sans confiance, la seule chance pour Facebook de perdurer est l’absence de concurrents, et de plaintes.

  4. La chute du cours de l’action n’a pas vraiment de lien avec cette affaire, hier le Barron’s (une revue financière) a estimé hier que l’action valait 15$ et son cours ça a fait chuter le cours. Cette affaire est tombée après, donc même si ça influe sur le cours ce n’est pas la raison principale. Mais on ne va pas non plus demander à Gizmodo des informations complètes et précises, c’est plus le gloubiboulga de l’info.

  5. C’était à l’époque où il n’y avait pas de chat ? Parce que Facebook a l’air d’accuser ses utilisateurs de mauvaises pratiques alors qu’ils font tout pour compliquer la tâche, tout a changé de fonction plusieurs fois depuis la naissance du site.

    Au final quoi qu’ils en disent c’est la responsabilité de Facebook, on ne va pas accuser des gens de mal utiliser un outil qu’on a soi même créé, c’est qu’il a été mal fait c’est tout.

  6. Les « kikoo-lol » qui ce sont inscrit sur facebook, il y’a quelques années n’avaient rien compris. Et n’ont aujourd’hui toujours pas compris… Les kikoo-lol d’hier sont les jambons d’aujourd’hui… Comme quoi n’est pas geek qui veut !

  7. J’ai retrouvé sur ma timeline des messages d’organisations de cadeaux et soirées surprises pour l’anniv d’une pote, je me rapelle très bien que cette conversation se faisait en privée (et de toute façon je ne pense pasque j’étais si débile pour organiser ça directement sur le mur)

  8. J’ai le problème et je confirme que ce sont bien des messages privés, issus de la boîte « inbox » qui ont été publiés. Absolument pas des choses un temps visibles sur le mur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité