L’éditeur, ses applis et l’App Store

Le fondateur d'Appicadabra nous parle de son métier

Le fondateur d'Appicadabra nous parle de son métierJ’ai rencontré Dimitri Galitzine, le fondateur d’Appicadabra, une maison d’édition 100% numérique située à Toulouse et spécialisée dans la jeunesse. Dans la vidéo page suivante, Dimitri nous parle de sa dernière application, de son métier, de la difficulté d'exister sur l'App Store, et nous présente même une avant-première.

On s’en doutait, mais la création d’une application fait travailler tout un tas de personnes : scénaristes, illustrateurs, acteurs, musiciens, intégrateurs, développeurs… Forcément, le  coût de développement est important pour l’éditeur qui supporte entièrement les frais. Lorsque son appli est validée par Apple, elle se retrouve souvent noyée parmi plusieurs milliers d’applications sur l’App Store. Les contenus des petits éditeurs peinent à trouver leur public et ils ont du mal à exister.

J’ai pu voir l’application Cendrillon! et Pinocchio! et, il est vrai que ces livres, même s’ils sont d’une grande simplicité, sont d’une grande qualité. Pour que l’éditeur puisse s’y retrouver, le prix de 2,39€ est bien loin d’être suffisant. Bien sûr, pour l’utilisateur, c’est une aubaine, car il est évident que dans les mois qui viennent, les prix devraient grimper. C’est donc le moment d’en profiter. [Cendrillon! (iPhone) ; Cendrillon! (iPad) ; Pinnochio!]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « Pour que l’éditeur puisse s’y retrouver, le prix de 2,39€ est bien loin d’être suffisant « .

    Je dirais que dans ce cas faut pas s’emmerder à développer.
    Il y a un truc qu’on a inventé depuis pas mal de temps et qui s’appelle la calculatrice. On fait des trucs fabuleux avec, comme par exemple estimer le coût de développement d’une application iOS et déterminer le seuil de rentabilité, histoire de voir si ça vaut le coup d’investir du temps et de l’argent.

  2. J’arrive un peu après la guerre (vue la date de publication de l’article …) … mais quand j’entend qu’un site « un peu évolué » coûte entre 2000 et 3000 € … je comprend mieux pourquoi des boîtes web ne s’en sortent pas ou coulent. Même un freelance facture plus cher. Donc soit ce monsieur était sous le coup de l’émotion lors de son intervention et a « gaffé » en annonçant ce coût « impossible » … soit il fait développé ses projets en Tchetchenie … soit il ne connait pas le marcher et ses coûts de revient, ce qui ferait donc un piètre commercial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité