Conclusions de l’affaire Facebook : Innocent !

shutterstock_68185531 - facebook non coupable

shutterstock_68185531 - facebook non coupableImpossible d'être passé à côté du bug Facebook ? Mais y-a-t-il eu réellement eu bug ... il semblerait bien que non. Explications.

Le web s’est emballé suite au scandale de la diffusion des messages privés survenu ce 24 septembre. Flash-Back !

L’information de base provient du quotidien Metro, la rédaction a constaté que des messages privés issus de Facebook et envoyés avant 2009 apparaissent aux yeux de tous dans la Timeline. Après quelques recherches, il s’est avéré qu’on était bien loin du cas isolé. Les premières suppositions supputaient qu’une récente mise à jour serait à l’origine de cette intrusion dans la vie privée.

Toutefois, Facebook campait sur ses positions, affirmant son innocence

« Une minorité d’utilisateurs de Facebook s’est inquiétée en voyant s’afficher des messages qu’ils pensaient privés sur leur Journal (Timeline). Les ingénieurs de Facebook ont analysé ces requêtes et confirmé que les messages en question étaient des anciennes publications, visibles précédemment sur leur profil. Facebook affirme qu’il n’y a eu aucune faille dans la sécurité des données des utilisateurs ».

Le gouvernement français est monté au créneau, et a sommé la direction de Facebook de s’expliquer devant la CNIL. Après maintes discussions, une enquête a été ouverte, dont voici les conclusions.

La CNIL certifie qu’il n’y a pas eu de bug, le réseau est innocent. Les messages incriminés sont tous issus d’une pratique mur à mur. En effet, 2009 et consorts sont finalement bien lointaines, dans la panique, certains messages à dominante personnelle sont donc passés pour privés.

A cette époque, les boutons ou commentaires n’avaient pas fait leur apparition, ce sont les murs qui servaient de fourre-tout à nos statuts, états d’âme et autres platitudes. Sans crainte des conséquences de déclarations sur le réseau, nous avions sans doute plus de facilité à poster des messages sincères plus que superficiels.

La CNIL rappelle cependant les commandements inhérents à tout réseau social :

  • une plus grande transparence vis-à-vis de leurs utilisateurs quant à l’usage de leurs données personnelles
  • la mise à disposition d’outils offrant aux utilisateurs un meilleur contrôle de leurs données et des informations qu’ils publient
  • le recueil du consentement exprès des utilisateurs pour la transmission de leurs données à des tiers ou l’activation de nouvelles fonctionnalités
  • des paramètres par défaut protecteurs de la vie privée, en particulier lorsqu’ils modifient de manière unilatérale leur politique de confidentialité ou ces paramètres.

Facebook France a rapidement réagit à ces propos, un porte parole officiel déclare,

« Nous sommes satisfaits de l’aboutissement de nos échanges avec la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) qui ont permis de confirmer officiellement qu’il n’y a eu aucun ‘bug’ ou défaillance technique rendant publiques les informations privées des utilisateurs de Facebook.
Le bon usage de Facebook est notre priorité. Nous travaillons régulièrement et en toute transparence avec les autorités compétentes et les associations, en France et dans le monde, pour mettre en place des initiatives pédagogiques auprès de nos utilisateurs.
Comme l’a souligné l’autorité irlandaise de protection des données (Irish DPA, le régulateur européen de Facebook) dans son rapport d’audit du 21 septembre 2012, Facebook respecte la législation européenne relative à la protection des données ; est allé au-delà des recommandations initiales de l’autorité ; et a démontré clairement son engagement dans l’application de bonnes pratiques en matière de respect de la protection des données en ligne. »

Rappelons juste que la première réaction du réseau était tout autre, et prêchée de « mauvaises manipulations » ou « problèmes techniques » … A croire qu’eux aussi se sont fait surprendre par leurs propres messages ‘privés’.

Pour conclure, mieux vaut voir cette affaire comme un avertissement qui démontre bien que chaque propos énoncé sur tout réseaux que ce soit, doit être minutieusement pesé.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité