Après les robots, les bio-bots

Après les robots, les bio-bots

Après les robots, les bio-botsOubliez les robots ! Oubliez ces amas de capteurs, de matériaux et d'informatique ! Revenons-en plutôt à ce que la nature fait de mieux. Si nous nous mouvons, c'est grâce à nos muscles. Implantons des muscles dans de minuscules cellules et on obtient un "bio-bot", sorte de robot complètement naturel.

Des chercheurs de l’Université de l’Illinois travaillent sur une toute nouvelle génération de machines mouvantes faites d’hydrogels et de cellules cardiaques de rat. En battant deux fois toutes les trois secondes, ces cellules contractent ce « bio-bot » lui permettant d’avancer à une vitesse maximale de 236 micromètres par seconde, soit la moitié du diamètre d’un cheveu.

A ce stade de la recherche, ces « bio-bots » sont davantage une preuve de faisabilité qu’autre chose. Ils ne peuvent se déplacer que dans des liquides et ont une durée de vie de trois à cinq jours. De tels « bio-bots » seraient tout désignés dans des missions de localisation et destruction d’agents dangereux.

Il faudra en tout cas attendre de nombreuses années avant de pouvoir en apprécier les bénéfices.

[theverge]

Tags :