Projet A-119 : faire exploser une bombe atomique sur la Lune !

Lune Mélies fusée

D’après des documents déclassifiés de l’armée américaine, les États-Unis ont envisagé de faire exploser une bombe nucléaire sur la Lune en 1958. Et pire, ils ont aussi pensé à construire une base militaire équipée de la dissuasion nucléaire sur la Lune. Pourquoi ?

Selon Leonard Reiffel, le chef du Project A-119 déclassifié, qui a donné une interview à CNN, faire exploser une bombe atomique sur la Lune aurait été un moyen pour les Etats-Unis de redonner un peu d’assurance aux américains qui, en cette période de guerre froide, regardait les succès de Spoutnik 1 comme une défaillance de leur pays.

Les motivations pour un tel projet étaient à la fois militaires, scientifiques et politiques. D’un point de vue militaire, c’était pour dire que même si les Russes allaient sur la Lune avant eux, ils ne seraient pas hors de portée.  De même, on parlait aussi d’utiliser la Lune comme base reculée. Ainsi, même si les Russes détruisaient toutes les installations nucléaires de l’’armée américaine sur Terre. Les États-Unis pourraient répliquer depuis la Lune.

Le projet consistait à envoyer un missile balistique intercontinental sur la Lune avec dans sa tête une bombe atomique de la taille de « Little Boy », la bombe qui a explosé sur Hiroshima un peu avant la fin de la seconde guerre mondiale.

Pour info, l’explosion n’aurait pas détruit la Lune, et elle n’aurait même pas été visible depuis la Terre. Et anecdote croustillante, Carl Sagan (un astronome très célèbre qui présentait le programme télé « Cosmos ») faisait partie de l’équipe qui travaillait sur le projet A-119.

 

Pour finir, le projet a rapidement été abandonné puisqu’il générait plus de problèmes que de réponses. Ils ne voulaient pas ajouter la radioactivité terrestre à la radioactivité naturelle de la Lune. De plus, ils n’étaient pas non plus certains de la fiabilité de leurs armes et ils craignaient également l’opinion publique. En 1960, le projet fut complètement abandonné. Et la réponse des États-Unis à la suprématie russe s’appelait programme Apollo. [CNN]

Tags :