Sandy Island, l’île qui n’existe pas

Sandy Island, l'île qui n'existe pas

Sandy Island, l'île qui n'existe pasRéaliser une cartographie complète et précise est un véritable travail de fourmis. Les changements sont fréquents, à l'échelle de la ville. A l'échelle de la planète, cependant, la chose est plutôt rare. Mais alors, comment se fait-il que l'île Sandy apparaisse sur les cartes alors qu'elle n'existe pas ?

Au large de la côte de Nouvelle-Calédonie, les cartes du monde entier indiquent une petite île, « Sandy Island ». Mais lorsque des chercheurs de l’Université de Sydney sont partis en expédition pour étudier l’île, quelle ne fut pas leur surprise de découvrir que celle-ci n’existait tout simplement pas !

Mais comment une chose est-elle possible ? Il n’est ici évidemment pas question de phénomène géologique… Pour Google Maps, la réponse est plutôt évasive : « il est difficile de suivre les changements de notre planète ». D’accord… Mais comment Sandy Island est-elle apparue sur les cartes ?

Certains pensent qu’il s’agissait d’une coquille volontairement introduite par les cartographes, pour lutter contre la contrefaçon. Cette coquille ayant malheureusement ensuite été reprise par le monde entier. Certaines cartes ont depuis été mises à jour et corrigé cette bévue…

[theverge]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Vous allez finir par donner raisons à ceux qui reclamment du contenu à vos articles :(((
    Faites un minimum de recherche

    « Un chercheur néo-zélandais a affirmé lundi avoir résolu l’énigme de « l’île fantôme », une île du Pacifique Sud répertoriée par les grands atlas du monde mais introuvable à l’endroit indiqué, estimant que l’erreur a pour origine les relevés d’un baleinier en 1876.

    Cette île était visible sur l’atlas numérique Google Earth, sous le nom de Sandy Island, dans la mer de Corail, à mi-chemin entre l’Australie et le territoire français de Nouvelle Calédonie.

    Le Times Atlas of the World, un des atlas de référence, l’identifie sous le nom de Sable Island.

    Des cartes maritimes la répertorient également. Mais une équipe de scientifiques australiens, partie à sa recherche cet automne, n’en a pas trouvé trace.

    Shaun Higgins, un chercheur au musée d’Auckland, intrigué par cette histoire, s’est plongé dans les archives.

    « L’île a été signalée par le baleinier Velocity », a déclaré le chercheur à la radio ABC, précisant que le capitaine avait rapporté une série de « gros brisants » et quelques « îlots de sable ».

    « Ma supposition, c’est qu’ils ont répertorié un risque à l’époque. Ils peuvent avoir répertorié un récif affleurant, ou pensé avoir vu un récif. Ou il se peut qu’ils se soient trompés d’endroit. Il y a pas mal de possibilités », a-t-il ajouté.

    « Ce que nous avons, c’est un point sur la carte, noté à l’époque et depuis copié et recopié », a-t-il conclu.

    Cette affaire de l’île fantôme a suscité un débat nourri sur la toile. Sur le site http://www.abovetopsecret.com, un internaute affirme que selon les services hydrographiques français, cette marque sur les cartes aurait dû être retirée dès 1979.

    http://news.fr.msn.com/m6-actualite/insolite/

     »

    Même M6 en sait plus….

  2. Ou alors comme son nom l’indique il s’agit d’un banc de sable, et qu’intrinsèquement cette île est susceptible de s’étendre, de disparaitre ou de se déplacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité