Test : Nexus 4

Nexus 4

Nexus 4Pour façonner son nouveau smartphone, Google ne s’est pas aidé de Samsung comme l’aurait voulu la tradition, mais de LG. Et pourtant, le Nexus 4 ne peut pas renier son affiliation avec le Galaxy Nexus !

Successeur attitré du Galaxy Nexus, le Nexus 4 étonne par son faible prix. 299€ dans sa version 8 Go et 50€ de plus pour passer à la version 16 Go, entre nous, c’est du jamais vu pour un terminal de ce calibre.

Mais alors, qu’est-ce que ça cache ?

C’est quoi ?

Le nouveau smartphone de Google, créé avec l’aide de LG. Puissant, le Nexus 4 s’appuie sur Android 4.2 tout d’abord, mais aussi sur un processeur quad-core Snapdragon S4 Pro cadencé à 1.5 GHz, sur 2 Go de RAM, sur 8 ou 16 Go de mémoire interne, sur un bel écran WXGA IPS 4.7″ (résolution 1 280 x 768 pixels, 320 ppi), sur un capteur arrière de 8 megapixels et un second arrière de 1.3 megapixels, sur du NFC, sur une fonction de chargement sans fil (à la manière du Nokia Lumia 920, et d’ailleurs, il partage la même technologie que ce dernier sur ce point) sur un SlimPort HDMI, ou encore sur une fonction Miracast (un bête Air Play-like sans fil autorisant la lecture de contenus vidéo sur un téléviseur connecté). On pourrait d’ailleurs le qualifier sans peine de dérivé de l’Optimus G de LG, lancé depuis peu aux Etats Unis et au Canada (entre autre), mais effacé par l’arrivée du Nexus 4.

C’est pour qui ?

Sans doute moins grand public qu’un HTC One X, un Samsung Galaxy S3, voir un Galaxy Note 2, le Nexus 4 dispose dans ses entrailles d’une version d’Android à jour : de la version 4.2, également identifiée sous l’appellation Jelly Bean. Un plus indéniable, dans le sens ou ce Jelly Bean est très complet. Néanmoins, Google ne s’embête pas de surcouches comme la plupart de ses concurrents, et c’est un Android on ne peut plus épuré qui va vous être proposé, vierge ou presque de widgets clinquants. Libre à vous de le customiser comme bon vous semble. Dans ce sens, le Nexus 4 est donc moins attirant pour M. et Mme Tout-Le-Monde. Du moins, de prime abord.

Un point sur le design

Avec ses dimensions de 133.9 x 68.7 x 9.1 mm et son poids de 139g, le Nexus 4 est comme qui dirait un smartphone qui tient plutôt bien en main. Qui se fait sentir, tout du moins. Son design arrondi n’est pas exceptionnel, et il reste dans la veine des modèles précédents de la gamme Galaxy. On aime ou on aime pas, mais c’est toujours très sobre. Et très banal ?

Suivant les tendances opérées par ses prédécesseurs, le Nexus 4 s’est offert 2 touches de volume nichées sur sa tranche, discrètes. De l’autre côté se situe la touche de mise en marche, alors que la prise jack est nichée sur sa tranche supérieure. On vous a dit que Google et LG avaient joué la carte de la sobriété ?

Pourquoi c’est bien ?

  • Le plus gros avantage du Nexus 4, c’est son prix ! Comme précisé quelques lignes plus haut, la version 8 Go du smartphone va être proposé pour 299€, et la mouture 16 Go pour 349€. A titre de comparaison, un iPhone 5 16 Go nu se négocie pour 679€, un Galaxy S3 16 Go pour un peu moins de 500€. A partir de là, ça pose question.
  • L’écran IPS du Nexus 4 est de ceux qui attirent l’oeil, qui flattent la rétine. D’ailleurs, cet écran a tout (ou presque) pour plaire, et sa large diagonale de 4.7” (résolution de 1 280 x 768 pixels) offre un sacré avantage pour consulter ses pages web favorites, pour regarder des vidéos (même si ça a tendance à ramer un peu en 1080p), pour balayer ses flux RSS/Twitter/Facebook, etc. Pour parler un peu technique, Google annonce une densité de 320 ppi pour son écran ainsi qu’une luminosité de 470 nits. Résultat : le rendu de l’écran est “chaud” (bien que certains pesteront contre cet effet…), agréable, tandis que la partie tactile répond au doigt et à l’oeil. Merci la technologie Zerogap Touch !
  • Android 4.2 amène plusieurs nouveautés minimes, mais appréciables. Nous y reviendrons à plusieurs reprises avec ce test. Commençons par évoquer au sein de ces nouveautés un clavier virtuel inspiré par Swype et consorts, qui une fois maîtrisé (l’affaire de quelques heures, tout au plus) va vous faire gagner un temps précieux lors de la rédaction des messages. Voici comment il fonctionne : il joue sur un principe de “glissé”, et vous n’aurez pas à relever le doigt de l’écran pour rédiger vos phrases, juste à tracer un chemin entre les lettres. Facile !
  • Pas besoin d’aller s’empêtrer dans des benchmarks qui ne refléteraient pas forcément la réalité, et qui tendraient d’ailleurs à faire penser que le Nexus 4 traîne la patte par rapport à certaines de ses concurrents. En utilisation dans des conditions réelles, le smartphone ne déçoit pas, et l’expérience offerte est fluide à chaque instant, aussi bien lors de sessions sur la toile qu’au sein d’applications et de jeux. Même si certains jeux puissants vont parfois tirer sur le frame-rate. Anecdotique.
  • Android 4.2, encore : la recherche vocale amenée par Google Voice est encore plus efficace, et elle est à vue de nez plus compréhensive qu’un Siri. Elle permet de lancer des applications, de passer appels, de vérifier les rendez-vous de son agenda, etc. Google Now, qui tire partie de Google Voice, est également utile, puisqu’il va jouer le rôle du tableau de bord vous affichant les informations que vous désirez : itinéraire pour aller d’un point A à un point B, météo, etc. L’expérience Android s’enrichi, et tend vers un rendu plus homogène.
  • L’interface de l’ application photo a été revue en profondeur. Elle est désormais plus ergonomique, et elle facilite les modifications à la volée (filtres, balance des blancs, mise au point, etc.). Elle se pare en plus d’un mode HDR convaincant, sans doute plus que sur tous les terminaux Android testés jusque là.
  • Allez, puisqu’on évoque autant les qualités hardware que software du Nexus 4 dans ce test, offrons nous un nouveau détour sur l’ergonomie d’Android 4.2, qui va offrir un système de notifications couplées à un principe de réglages rapides, donnant accès aux parties WiFi, Bluetooth, luminosité, passage en mode Avion, etc. C’est plus complet qu’auparavant, et ça nous ferait presque pense à du Sense de HTC, en moins clinquant.
  • Le capteur 8 megapixels du Nexus 4 est efficace, même s’il traîne un peu la patte dans les conditions de faible luminosité. Et en même temps, exception faite du Lumia 920 de Nokia, nous n’arriverons pas à vous citer un smartphone capable de faire des miracles dans de telles conditions. Par contre, le flash LED du Nexus 4 n’est pas ou peu exploitable, et va donner un ton brut au photos.
  • Android 4.2 se fait remarquer grâce à Photo Sphere, une fonction photo pratique pour donner une dimensions courbée à vos panoramas. En somme, il s’agit d’une version améliorée du panorama, vous permettant de prendre un cliché à la fois, et de l’assembler au précédent, etc., jusqu’à ce que vous ayez à l’écran un résultat convaincant. Avec un peu de maîtrise, on arrive à des résultats originaux.
  • Le Nexus 4 est compatible avec le système de recharge sans fil Qi Wireless. Il s’appuie d’ailleurs sur un périphérique dédié pour user de ce système, le Wireless Charging Orb, toujours pas disponible à l’heure où est rédigé ce test. Vous pourrez, en attendant le périphérique officiel de Google, vous servir du socle de chargement sans fil de Nokia pensé pour ses Lumia 820 et 920.

Pourquoi ça aurait pu être mieux ?

  • Toujours pas de slot SD au programme. C’est comme ça : le Nexus 4 est décliné en 2 versions, 8 et 16 Go. Pour jouir de plus d’espace de stockage, une seule solution va s’offrir à vous : l’option du cloud. Un peu gênant aux entournures, à l’heure où la plupart des smartphones désirant jouer dans la cour “des grands” disposent de versions 32, voir 64 Go.
  • Google et LG n’ont pas daigné rendre leur Nexus 4 compatible avec la 4G. Quand bien même il dispose d’un modem compatible avec la norme LTE (la “faute” si l’on peut dire au SoC Qualcomm APQ8064, livré dans une seule et unique version, dotée du modem en question), l’option n’est pas activable.
  • Certes, recouvrir d’une sorte de verre la façade arrière du smartphone lui permet de s’affranchir des critiques des esthètes. Mais à quel prix ? Si nous n’avons pas rayé notre modèle durant notre phase de test (étalée sur 2 semaines environ), il n’en reste pas moins que la façade incriminée nous a semblé fragile. Divers témoignages débarqués sur la toile font d’ailleurs état de fissures sur cette façade, suite à des chocs thermiques brutaux.
  • Si le capteur 8 megapixels du mobile lui permet de sortir de belles photos, il n’est pas à l’aise lorsqu’il s’attaque à la prise de vidéos. La qualité de ces dernières est souvent faiblarde, et transpire le bruit.

Ça nous a étonné

L’autonomie du Nexus 4, sans tutoyer des sommets, est plutôt bonne. Sa batterie 2 100 mAh (qui n’est d’ailleurs pas amovible) tiendra une journée complète, même si si vous l’utilisez de manière répétée, en vérifiant à longueur de temps vos mails, réseaux sociaux, etc. Une bonne surprise.

Et alors, j’achète ?

Encore faudrait-il que le Nexus 4 soit disponible pour que vous puissiez l’acheter ! Car pour le moment, il est, à la manière de la Nexus 10, en rupture de stock un peu partout. L’espoir pourrait nous venir de chez SFR, qui l’annonce dans ses boutiques et sur son site web pour le 18 décembre prochain. Mais à part ça, Google semble avoir du mal à renouveler ces stocks à quelques jours de Noël.

Qu’importe, le Nexus 4 est à l’heure actuelle l’un des meilleurs, et peut-être même LE meilleur, smartphones basés sous Android. Puissant, racé, pas cher, doté d’un OS épuré, il dispose de sacrés atouts pour venir chatouiller une concurrence pourtant aux abois. Son seul véritable défaut réside dans sa finition. Plus précisément, c’est sa coque arrière fragile que nous visons, et qui demeure au final aussi fragile que celle d’un iPhone 4S ou d’un iPhone 5. On est loin de la résistance exemplaire du Galaxy Nexus ! On aurait également aimé pouvoir mettre une option sur une version 32, voir 64 Go. La prochaine fois, peut-être ?

no images were found

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Il y a pas que ça, le rafraichissement continuel, même plus le temps d’écrire des commentaires suffisamment long… Obligé de désactiver le JS pour ne plus avoir de soucis, un comble…

  1. héhé je l’ai . ce qui m’amuse c’est quand je vois la téte des iphone users quand je leur dit qu’il a couté 2 fois moins cher que leur iphone, :-) ils tirent une de ces gueules, de ceux qui ce sont bien fait avoir :-)

    1. C’est impressionnant comment les gens fantasment sur le fait qu’une personne ayant un iphone serait perpétuellement en train de se morfondre de s’être fait avoir de quoi que ce chose…. Perso, j’ai un iphone 5, l’année prochaine j’aurais peut être un Sony, ou un Nokia, un samsung. Et toi? ca te gêne tant que ça que j’utilise un produit apple? ca te ferait plaisir que je pleure tout les matins en voyant un nouveaux produit? c’est ça ton trip? Qu’est ce que j’en ai à battre qu’il y a un produit plus performant? Le mien, me plait, c’est le principal, et désolé si ça te gêne. Tu dois sacrément te faire chier dans ta vie toi…

  2. Je doute qu’un utilisateur iPhone en est quelque chose à faire quelque chose d’avoir acheter son téléphone plus cher qu’un android étant donné la non présence d’IOS sur ce dernier… Et pour rappelle la puissance d’un téléphone est inhérente à son OS… Un nexus serait surement moins puissant sur une architecture Apple et surement l’inverse pour Google.

  3. Esthétiquement parlant c’est navrant…. pour le reste, ça a pas l’air mal, puissance, et un prix incroyable. Mais le design mon dieux… il ferait passé le S3 comme top modèle à côté… c’est pour dire.

    Après mieux vaut quelque chose de moins clinquant, mais d’efficace. Google, l’a compris

  4. Un très beau téléphone ce NEXUS 4, l’iphone fait ridicule à coter.
    J’attends avec impatience qu’il soit de nouveau disponible, d’abord il faut que j’arrive à vendre mon iphone 4s et c’est pas gagner d’avance, ya que ça à vendre sur leboncoin, apparemment beaucoup de monde ce lasse des iphones, à commencer par moi.

    1. Pareil… J’ai laissé mon iPhone 4S pour un Galaxy Note 2. Franchement c’est chaud quand même, au début , mais si on persiste on s’y plait bien. Seule la qualité de certaines apps me manque, sinon c’est tout bon. :)

  5. Moi le design ne m’effraie pas ! Et je pense que je l’aurai testé si je n’avais pas la flemme de switcher de iOS à Android, trop de truc me manquerai (en attendant de trouver un équivalent satisfaisant).

  6. « L’espoir pourrait nous venir de chez SFR »
    Vous plaisantez j’espère ?

    « sa coque arrière fragile que nous visons, et qui demeure au final aussi fragile que celle d’un iPhone 4S ou d’un iPhone 5 »
    Vous jouez au ping pong avec votre téléphone chez Gizmodo ?

    Alors Google, si tu veux être encore être plus riche, bouge toi un peu les fesses, et rends le dispo rapidement ! Marre d’attendre !

  7. mais ils ne gardent leur série dinvincibilité en Coupe du Cascadia intacte? na pas perdu un match de Coupe depuis quil a rejoint la Major League Soccer en 2009! Je pensais que cétait un match très physique, Tiffert seront ajoutés à la liste de Seattle dans lattente de son P-1 Visa et devrait rejoindre les Sounders de la resultat match amicaux portugal prochaine. Seattle gardien Michael maillot de basket nba pas cher paré loin Nick De Leon coup de curling gratuitement à la 68e minute! mais il sagit dêtre un professionnel et passer à travers ces cinq prochains matchs, Les Sounders maillot foot france 98 DC United 0-0 dans leur route ouvre Avril 2012 7.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité