Test : iPad mini

iPad mini

iPad miniEt si l’iPad mini était le cadeau le plus en vogue en cette fin d’année 2012 ? Il faut dire que le dernier joujou d’Apple exhibe un sex-appeal évident. Mais ce ne sera pas suffisant pour convaincre. Alors, l’iPad mini a t-il passé son baptême du feu avec les honneurs ?

On se souvient d’un certain Steve Jobs qui avait fut une époque taillé un costume en règles au format de tablettes tactiles 7”. A croire qu’Apple et sa nouvelle direction ont décidé de prendre un tout autre chemin que celui tracé par son créateur, puisqu’on se retrouve en cette fin d’année 2012 avec un iPad mini dans les pattes. Une sacré surprise, qui vient finalement confirmer la tendance : la tablette 7”, c’est carrément “in”.

C’est quoi ?

N’allez surtout pas croire que l’iPad mini est une sorte de sous-iPad, une déclinaison au rabais de l’iPad classique développée à la va-vite pour contrer les Nexus 7 et Kindle Fire HD juste à temps pour Noël. Loin d’être le compagnon de fortune de l’iPad de 4ème génération, l’iPad mini est un produit à part entière, ne mimant en rien la philosophie développée par son (ses ?) grand(s) frère(s). Avec son écran de taille réduite, limité à une diagonale de 7.9”, il veut toucher un public encore plus large, et suivre la tendance qui se dessine. Tiens donc, Apple suit désormais la tendance, plutôt que de l’imposer ?

Mais refermons cette parenthèse, pour souligner ceci : Apple a fait preuve d’un tant soit peu de retenue, et nous propose l’iPad mini WiFi 16 Go à… 339€. Il y a du mieux, puisqu’un iPad 4 Retina dans sa mouture WiFi 16 Go est de son côté facturé 509€. Néanmoins, on est loin d’une Nexus 7, désormais vendue 199€.

Un coup d’oeil sur la fiche technique

L’iPad mini n’est pas une bête de puissance, et pourtant, il tient largement le pavé pour accueillir les applications nichées au sein de l’App Store, et plus particulièrement les jeux 3D. Que l’on parle de The Walking Dead, de FIFA 13, de Need for Speed : Hot Pursuit ou d’un Modern Combat 4, rien à redire, aucun lag, aucune baisse sensible de frame rate ne fut à déplorer. C’est rassurant, même si le ressenti est moins “punchy”, vis à vis d’un iPad 4 doté d’un processeur A6X véloce au possible.

Mais comparons ce qui est comparable : l’iPad mini jouit d’un processeur dual-core A5, qui est sensiblement le même que celui équipant l’iPad 2. La quantité de RAM est de son côté limitée à 512 Mo. Malgré tout, “ça passe”. A côté de ça, on retrouve un écran 7.9″ (résolution 1024 x 768 pixels, la même que celle de l’iPad 2, et une densité de 162 ppi, en comparaison des 264 ppi fièrement exhibés par l’écran Retina du nouvel iPad), le tout dans 7.2mm d’épaisseur et pour un poids de 308g.

L’iPad mini n’a évidemment pas fait l’impasse sur le port Lightning, ni sur la webcam FaceTime HD d’usage ou le capteur arrière 5 megapixels (iSight et capture en 1080p). Disposant d’un port Lightning de nouvelle génération, il s’appuie sur une batterie impressionnante, qui tient la route longtemps, très longtemps. Selon nos tests, cette batterie va être en mesure de tenir la charge plus d’une bonne journée malgré une utilisation intensive composée de sessions généreuses sur la toile et les réseaux sociaux, de sessions de jeu, de lecture vidéo, etc.

Un point sur le design

Inutile de se le cacher : le design de l’iPad mini est l’un de ses atouts principaux, le genre d’appeau à grand public, qui lui permet de voler la vedette à ses concurrents directs. Disposant d’une bien jolie finition, le produit impressionne dès la première prise en main, bien qu’il conserve les codes inhérents à tout iPad : un bouton Home placardé en dessous de son écran, une prise jack 3.5 mm placée sur sa tranche supérieur, à quelques centimètres de la touche de mise en veille, le tout complété par des touches de volume sur la tranche droite. Le port Lightning, lui, est planqué sur la tranche inférieure, et est entouré de 2 haut-parleurs.

Pourquoi c’est bien ?

  • L’ergonomie de l’iPad mini rivalise d’ingéniosité. Il est possible de tenir le périphérique d’une main, ce qui en fait par exemple le compagnon idéal pour épuré ses flux RSS, consulter ses réseaux sociaux et lire les journaux/mangas/comics/BDs bien installé dans son canapé, dans son lit. Si l’on en croit Apple, l’iPad mini est 23 % plus fin et 53 % plus léger qu’un iPad classique. D’ailleurs, si l’on voulait faire nos enfants gâtés, on irait presque se plaindre de la légèreté de la tablette.
  • L’iPad mini est doté d’une batterie qui tient le choc, et ce n’est rien de le dire. Aussi étonnant que ça puisse paraître, la batterie (inamovible, mais ce n’est pas une surprise) intégrée dans la tablette d’Apple n’est pas de celles que l’on recharge tous les jours, et nous avons d’ailleurs pu le constater par nous-mêmes. Malgré de nombreuses incartades sur la toile, des sessions de jeu soutenues sur des jeux 3D, de l’écoute musicale (joie, Spotify en plein écran !), la lecture d’une bonne partie de la saison de Mad Men, rien à faire, l’autonomie de l’iPad mini tenait bon la marée, et il n’était pas question de relier la tablette à son chargeur ! Vraiment, c’est appréciable, et ça fait de l’iPad mini un bon compagnon lors des longs voyages.
  • Il est question ici d’un très bel objet, doté d’un boîtier unibody en aluminium rappelant celui de l’iPhone 5. On le répète, mais l’iPad mini fait sans doute partie des plus beaux objets high-tech du moment. A côté, les Nexus 7 et compagnie semblent en effet bien trop classiques.
  • On aurait envie d’affirmer que l’iPad mini est le compagnon idéal pour consulter la presse. Lire un exemplaire de GQ, de Wired, de Canard Console, sur le terminal est un plaisir, et contrairement à ce qu’on aurait pu penser, l’écran de 7.9” n’oblige pas au zoom. On peut très bien lire une page complète sans avoir besoin de faire le focus sur une partie précise. Et ça, c’est quand même très pratique.
  • C’est inhérent à l’écosystème iOS, mais la logithèque de l’iPad mini est on ne peut plus conséquente, et l’appareil permet de parer à tous les besoins, aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan des loisirs.

Pourquoi ça aurait pu être mieux ?

  • C’est un tic d’Apple fan, mais quand même : lorsque l’on passe d’un iPhone 5 ou d’un iPad de dernière génération (et plus généralement, d’un terminal Apple doté d’un écran Retina), à un iPad mini, on ne peut s’empêcher de remarquer la différence. L’absence de résolution Retina est difficile à comprendre. En somme, le fait de devoir se passer d’un écran Retina oblige à sen contenter d’un écran dont la densité de pixels ne dépasse pas les 162. A titre de comparaison, les Nexus 7 et Kindle Fire HD se débrouillent avec 216 ppi. Il faut le dire : l’absence de Retina, c’est sans conteste LE point faible de cet iPad mini.
  • Alors oui, l’iPad mini offre une sacré finition, sans doute encore plus réussie que celle de l’iPhone 5. Mais au prix d’une fragilité encore plus palpable, et plus précisément au niveau de sa coque arrière, qui nous semble sensible aux rayures.
  • La résolution bâtarde de l’écran (1 024 x 768 pixels) n’est pas des plus adaptées pour lire des vidéos de bonne qualité (720p et consorts). De ce fait, il faudra bien souvent faire avec les contraintes du “letterbox” (l’image ne remplit pas l’intégralité de l’écran). Encore une fois, on en revient encore à la frustration d’avoir été privé de Retina.
  • C’est qu’il ne faudrait pas lancer cet iPad mini sur le terrain des benchmarks. Vous vous feriez du mal, les chiffres bruts n’allant pas dans son sens. Il se fait très largement distancer par les iPhone 5 et iPad de 3ème et de 4ème générations. Malgré tout, on fait parler les chiffres comme on veut, et en utilisation, l’iPad mini, s’il est forcément moins réactif qu’un iPad 4, est franchement vivace.
  • Ceux habitués à rédiger de longues diatribes sur l’iPad classique seront un peu déboussolés avec cet iPad mini : le feeling conféré avec le clavier virtuel en mode paysage n’est pas tout à fait identique, et une petite période d’adaptation vous sera sans doute nécéssaire
  • On n’est pas étonnés, et pourtant, on aurait aimé que le prix de la tablette soit légèrement inférieur. Certes, en terme de finition, l’iPad mini se retrouve loin devant une Nexus 7, par exemple. Mais voilà : entre un iPad mini et une Nexus 7, à configurations égales (WiFi + 16 Go de mémoire interne), on accuse d’un écart de prix de 140€. La version WiFi 32 Go de l’iPad mini, la plus pratique de notre point de vue (si l’on part sur la déclinaison 64 Go, on se retrouve empêtrés dans une fourchette de prix rocambolesques !) aurait d’ailleurs gagné à afficher un prix inférieur. Qu’importe, la tablette se vend déjà comme des petits pains, et Apple en est conscient. A partir de là…

Ça nous a étonné

La Smart Cover, soit la solution de protection de l’iPad mini imaginée par Apple, est clairement dispensable pour le coup. Ne serait-ce parce qu’elle ne protège que l’écran de la tablette, laissant sa coque arrière exposée aux menaces externes. On en plaisante, mais l’iPad mini est un objet fragile, et sa coque arrière est sensible aux rayures. Mieux vaut donc être prudent et faire confiance à des pochettes de protection “complètes”.

Et alors, j’achète ?

L’iPad mini est l’iPad idéal, ou presque. C’est en tout cas l’iPad le plus réussi qui nous ait été donné de voir depuis l’arrivée de cette gamme. Fin, racé, réactif, et arborant un prix presque acceptable, il fait partie des bonnes surprises de cette fin d’année 2012.

Pour ne rien gâcher, l’iPad mini, comme tous les autres iPad, tire partie d’un écosystème solide, complet, qui n’accuse d’aucun écueil dans les grandes lignes. Vraiment, on est très agréablement surpris par la solution d’Apple, qui confirme que le format 7” est décidément le format le plus efficace pour une tablette tactile !

no images were found

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Perso’ j’ai reçu le mien et j’en suis très satisfait. Je m’en sers pour des petites présentations pour mes clients, c’est nickel et transportable, magnifique et merci Apple. En plus de mon MacBook Pro, iPhone et iPad.

  2. Bonne tablette mais bon fait par un fan apple. Dommage ! C’est loin d’être un test très neutre. Après j’ai envie de dire chacun ses gouts. Avoir une coque en alu qui se raye facilement, j’appelle pas ça une finition de bien meilleur qualité que les autres. Faut bien trouver un moyen d’obliger le client à acheter une coque. :-)

    1. C’est un des commentaires les plus débiles que j’ai pu lire ici.
      Si vous réfléchissiez deux petites secondes, TOUTES la plupart de la gamme Apple est en aluminium brossé.
      Votre argument est stupide.
      Le mot finition n’est pas utilisé à bon escient dans votre commentaire. On ne parle pas de finition mais d’utilisation…
      Bref, vous auriez mieux fait de ne rien écrire…

      1. Merci je sais bien et ton commentaire est vraiment inutile. J’ai déjà acheté un produit apple et plus jamais j’en achèterais. Même avec une coque et le plus grand soin du monde, ça se raye. Bonjour la qualité de la tablette… Maintenant j’ai une tablette concurrente. Je fais exactement la même chose sur sur iPad pour beaucoup moins cher et je me souci plus des rayures ou de où je vais poser ma tablette…

  3. La seule chose positive que je trouve à cette iPad mini sont les bords fins,,mais sinon je lui préfère la Nexus 7 plus puissante meilleure résolution et moins chère, après ça dépend des goûts de chacun. Puis,le mieux serait d’attendre la version 2 de ce mini, comme d’habitude hein.

  4. Personnelement moi meme tout seul, je trouve que voila une bien belle tablette mobile pour qui aime ios. J avais tente l experience avec la galaxy tab 7 premiere du nom, mais je n ai pas accroche a android. Affaire de gout. Dommage car le format se prete bien a la lecture en mode mobile ( les news au resto quand on est seul par exemple :)) l ipad reste chez moi, surtout pour … heu … Jouer en fait. L iphone pour telephoner. Celui la je le verrai bien en mode mobile grand format :) bon en meme temps, pas vraiment indispensable dans mon cas, mais pour qui se tate et n est pas equipe, ca vaut le coup d y penser ( et si possible d aller le tripatouiller un peu avant lui et ses concurrents chez Boulanger et consorts pour se faire une idee de l os que l on prefere ;))

  5. Une tablette 7 inch pour apple addicts à 339€ c’est ça?…… humm ça fait chèr la clé usb de 16 gigas munie d’un écran et que l’on ne peut connecter que via itunes et avec toujours son même univers fermé…
    Possesseur d’un ipad2, d’une galaxy note 10.1 vraiment révolutionnaire pour sa technologie S Note et qui est un vrai outil de productivité et de partages (transferts de fichiers depuis et vers n’importe clé usb, là où les apple fan ne peuvent même pas filler 3 pauvres photos à un ami non apple équipé…grotesque!…bref..), d’une galaxy tab 7 qui fut hors de pris à sa sortie, et d’un galaxy note 5.3, moi, je dis bravo à Nexus de proposer un produit plus que satisfaisant à 140€ de moins que cet ipad mini pour fétichistes et fashion victimes… Du rétina sur du 7 inch prochainement, peut être pour ceux qui n’ont plus de rétine…allez savoir !!!! : )
    Ahh quand le full hd devient du fool hd!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité