Manger des insectes au réveillon ?

vers_de_farine

vers_de_farineUne étude démontre clairement que les vers de farine devraient être considérés comme une alternative durable au lait, poulet, porc et boeuf. On oublie son pavé de coeur de rumsteak aux échalotes et on se met aux vers fissa, dès le réveillon. Miam.

Le responsable de votre nouveau menu du réveillon ? L’écologie. Nous aimons les insectes autant que le réchauffement climatique, mais il s’avère qu’ils sont nettement moins énergivores.

Précisément, la culture de ces bestioles demande autant d’énergie que celle des poulets d’élevage et beaucoup moins que celle des vaches. Le souci, c’est que le pâturage du bétail est responsable de 15% des émissions de tous les gaz à effet de serre, c’est donc extrêmement néfaste pour notre environnement déjà bien mal en point.

D’ailleurs, ce mal est aggravé par la destruction des forêts qui n’a pour seul but que de créer davantage de terres de pâturage. Typiquement, c’est un cercle vicieux.

Pour obtenir une quantité équivalente de protéines à partir de vers de farine (un exemple parmi tant d’autres), cela ne nécessite que 10% de la superficie utilisée pour du bétail. Sachant que la demande de protéines animales devrait doubler d’ici 2050… Autant s’habituer à croquer du ver dès maintenant.

Nous mangeons des huîtres, du homard et divers crustacés qui ne sont guère plus alléchants… pourquoi pas des vers !

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[scientificamerican]

Tags :