La véritable histoire derrière le « petit pas » de Neil Armstrong

Neil Armstrong

Neil ArmstrongOn a déjà tous entendu au moins une fois la célèbre phrase "C'est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l'humanité" lâchée par Neil Armstrong le 21 juillet 1969. Mais saviez-vous qu'elle avait été longuement réfléchie ?

« That’s one small step for [a] man, one giant leap for mankind », « C’est un petit pas pour un homme, mais un bond de géant pour l’humanité ». Telle fut la phrase lâchée par Neil Armstrong au moment ou il posa son pied sur la surface de la lune, le 21 juillet 1969.

Derrière cette phrase se cache une histoire, partiellement révélée par le documentaire « Neil Armstrong : First Man on the Moon », diffusé hier par la BBC Two. Dean Armstrong, le frère de Neil, a en effet confessé que ce dernier avait préparé sa phrase quelques mois en avance. Il lui avait présenté en pleine partie du jeu de société Risk (et oui !), ce à quoi le frère avait répondu « c’est fantastique ». A Neil de conclure « Je pensais bien que tu dirais quelque chose comme ça, mais je voulais te le faire lire. »

A propos du « a » que Amstrong n’aura pas prononcé sur la lune (dans la partie « That’s one small step for [a] man »), Dean précise bien que cette lettre était présente sur le bout de papier que son frère lui avait présenté. Dommage, Neil ne pourra plus jamais le confirmer !

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[gizmodo]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. … »diffusé hier par la BBC Two… » Hier ? Tu veux dire en 2010 ?
    J’ai dû voir ce truc sur Youtube il y à au moins 2 ans…
    Laule… Aime_dés_aire…

    1. Ca t’ennuie, hein, que ces c..s d’américains aient pu faire ça ? En fait, aujourd’hui, il suffit d’aligner 750 millions de dollars par tête de pipe pour le refaire. Le prix d’une petite dizaine de Rafale, l’avion de combat de Dassault super-perfectionné. Mais on sera toujours deuxième et dans des conditions plus confortables et sûres que dans les années soixante. Dommage que les soviétiques ne sont pas allés jusqu’au bout de leur projet ; peut-être même que s’ils étaient arrivés avant les américains, on aurait eu une mission humaine vers Mars ensuite, la course continuant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité