La fusion nucléaire par laser est elle une fausse piste ?

laser mega joule LMJ

laser mega joule LMJLe magazine Nexus publie cette semaine une enquête sur l'échec programmé de la fusion nucléaire par laser. Alors que les américains jettent l'éponge, les français s'apprêtent à dépenser plusieurs milliards d'euros dans le projet MegaJoule. Mega erreur ?

En matière nucléaire, il ne faut pas confondre la fission, utilisée par les militaires dans la Bombe A et dans le civil dans nos actuelles centrales, et la fusion, utilisée par les militaires dans la Bombe H mais que nos ingénieurs cherchent depuis un demi siècle à maitriser.

En théorie, la fusion nucléaire a beaucoup d’avantages : elle peut produire beaucoup plus d’énergie que la fission, utilise un carburant abondant au coeur des océans (deutérium) et les déchets radioactifs ont une durée de vie très courte.

Pour la maitriser, les ingénieurs travaillent actuellement sur deux grandes pistes : la première est celle des tocamaks « tokamaks » comme ITER, qui consiste à faire chauffer à 150 millions de degrés un magma plasma pour déclencher une réaction nucléaire. Cela fait 60 ans que des ingénieurs travaillent sur cette piste et il en faudra sans doute encore autant pour produire plus d’électricité qu’on en consomme.

La seconde piste est celle du confinement inertiel par laser comme le LMJ français. L’idée consiste à concentrer plusieurs centaines de faisceaux, cumulant une énergie de 1,8 megajoules, sur une minuscule capsule contenant une bille de combustible de fusion (généralement deutérium et tritium) pour déclencher une réaction de fusion.

Mais selon la revue Nexus, ce projet est une impasse :  » Le 21  septembre 2012, la revue américaine Science annonçait officiellement l’échec du programme de fusion par laser – National Ignition Facility (NIF). Si la nouvelle est passée inaperçue en France, elle nous concerne pourtant tous, nous autres contribuables qui allons verser 7  milliards d’euros pour la construction, près de Bordeaux, de notre propre NIF, le Laser Mégajoule, ou LMJ. À l’heure où les restrictions budgétaires sont la règle, est-il concevable de promouvoir un projet pharaonique voué à l’échec ? » s’interroge la publication.

Spécialiste du nucléaire Jean-Pierre PETIT ne mache pas non plus ses mots contre le LMJ : « Dans ces expérimentations, l’ignition n’est pas obtenue tant qu’on ne concentre pas sur la cible une énergie supérieure à 10-20 mégajoules (…) Le NIF est parvenu à produire 1,87 mégajoule d’énergie laser. (…) Au lieu de 192 laser il en faudrait … mille. « . Sceptique sur ITER et le laser Megajoule, Jean-Pierre PETIT milite pour sa part sur une troisième voie, celle des Z-machines comme Sphinx, un générateur de rayons X pulsés particulièrement prometteurs…

Pour résumer, le Laser Megajoule ne parviendra jamais à réaliser une fusion et ce serait un laser « giga joule » qu’il faudrait construire. Faut il pour autant poursuivre dans l’erreur et dépenser des milliards d’euros en pure perte en ces temps de disette budgétaire ?

« Errare humanum est, perseverare diabolicum » disaient les romains. Et on aurait tendance à leur donner raison…

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je m’attends à des faits marquants de la part de gizmodo, des éléments insolites et novateurs,
    et non pas à un pseudo article orienté qui se permet de conclure :
    ‘Et on aurait tendance à leur donner raison… »

    C’est avec ce genre d’analyse qu’on ne fait jamais rien.

  2. ça m’énerve de voir de tels jugements sans aucune réflexion.

    Quand vous ne maitrisez pas les sujets, contentez vous de les citer au lieu d’apporter un avis démago moisi…. il faut faire un travail de recherche documentaire, pas balancer un article et le prendre comme preuve.
    Les recherches sur les LMJ dépassent votre entendement les enfants…
    je met ma main à couper que l’auteur n’est même pas allé consulter le site internet du CEA.

    1. et bien dites adieu à votre main…

      citons : « Pour le Laser Mégajoule (comme pour son équivalent américain le NIF, National Ignition
      Facility) ; c’est la Fusion par confinement inertiel (FCI) obtenue par attaque indirecte avec allumage par point chaud central qui est retenue. » http://www-lmj.cea.fr/fr/experiences/index.htm

      L’échec de l’un n’aurait donc aucun impact sur l’autre ?

  3. « Spécialiste du nucléaire Jean-Pierre PETIT »
    Cet homme affirme aussi que les gouvernement possèdent des technologie extra terrestres, qu’on aurait déjà visité tout le système solaire, les bombes a anti-matière…
    Sa top crédibilité est atteinte quand il affirme que les attentats du 11 septembre sont un complot!
    Faudrait vérifier vos cautions scientifiques!

    1. Ouais enfin c’est aussi une sommité dans sa discipline et tout ce qu’il affirme est systématiquement étayé et documenté. C’est bien beau de cracher sur le bonhomme quand on n’a ni son génie ni son parcours…

    2. Bonjour

      @elnico62
      Concernant le 11 septembre : quand la théorie officielle n’explique pas les faits c’est cette théorie qui est fausse pas les faits :-)
      Puisque que JPP raconte des conneries il me semble qu’un ou plusieurs scientifiques démonteraient sans problème ce qu’il raconte.
      Pourquoi ne pas organiser officiellement un « affrontement » ouvert au public et retransmis en direct sur Internet ?

      A+

      Olivier

      1. La théorie officielle n’explique pas les prétendus faits que les tenants de la théorie du complot ont inventés ou déformés. Par contre la théorie officielle englobe bien le raté français qui est venu participer au 11 septembre et qui s’est fait chopper au cours de son entrainement.
        Et si les islamistes maliens viennent à commanditer des attentats en France, je suppose qu’il y aura des pourritures pour nous expliquer que c’est l’armée française en fait qui aura monté des attentats anti-français.
        Quand à JPP, il suffit de se documenter un peu et de suivre ses interventions sur youtube pour se rendre compte par soi-même qu’il a atteint ses limites depuis longtemps. Ce qui ne veut pas dire que la fusion par laser est LA bonne piste, si on savait tout par avance, pas besoin de faire des recherches, alors…

  4. Des tokamaks plus petits ont déjà fonctionné et prouvé que la fusion était économiquement très intéressante. ITER sera pareil, mais cette fois à l’échelle industrielle (d’ailleurs, comment une énergie 5 fois plus puissante que la fission nucléaire pourrait-elle être plus chère? Et plus consommatrice en électricité, vu que son but, c’est justement d’en créer?). Pour ce qui est du LMJ, il est totalement idiot de dire que c’est une fausse piste tant qu’il n’a pas été mis en service.
    Je pense qu’avant d’écrire un article sur le nucléaire, il faut déjà s’y connaître un minimum, et par exemple, confondre magma et plasma (à moins que ce soit fait exprès) n’est pas très admissible quand on parle de fusion atomique.

  5. Cet article ne mentionne pas l’échec de la filière… Mais bon, il est en anglais après tout… Il dit que les buts de la NIF pour 2012 ne seront pas atteints. De la même manière que pour les toKamaks, la maîtrise de la fusion inertielle n’est pas attendue avant plusieurs dizaines d’années. Dire que la NIF a été un échec est une conclusion bien rapide…

    De plus la NIF et le LMJ n’utilisent pas identiquement les mêmes méthodes. Notamment, il ne me semble pas que l’allumage rapide soit étudié à la NIF. Et d’autres expériences pour la fusion inertielle ont lieu, au Royaume-Uni et au Japon par exemple. La recherche dans ce domaine là n’est clairement pas près de sa fin…

    (« magma »… ou la trace du touriste)

  6. Pour tout ceux qui sortent des avis de grands spécialistes, je tiens juste à rappeler un exemple récent : stephen hawking (pseudo roi de la science pour beaucoup) avait parié que l’Europe ne trouverai jamais le boson de higs et pourtant on l’a fait cette année…

    1. Non le boson de Higghs n’a pas été trouvé, il a été presque certainement trouvé, à 99% je crois. C’est comme ces dictateurs qui se font élirent à 99%. Qu’est ce que ça veut dire une pruve de découverte à 99% ???

  7. n’oublions pas que le nucléaire est l’un des rares domaines où la France est meilleure que les US. Leur echec n’implique pas forcément le notre. c’est la science quoi !

  8. Et dire qu’en plein désert on pourrait installer de grands centres de captation solaires.

    Ce quoi fournir de l’électricité en abondance et créer de l’emploi et des ressources dans les pays du sud.

    C’est possible aujourd’hui avec le stockage en sel en fusion.

  9. je préfère qu’ils claquent 7 milliards dans un projet a perte qui va faire venir des ingénieurs du monde entier spécialisé dans un domaine et former et donner de l’expérience a tous dans des domaines qui servira a autre chose que claquer ce frique pour payer des rentiers la c’est sur à perte.

  10. « Comment les gens de Livermore ont-ils fait pour obtenir quand même le financement pour ce projet ? En modifiant la conception de la cible. Les militaires avaient opéré avec un ablateur épais, comprimant un contenu constitué par une charge homogène de DT, à l’état liquide. Les chercheurs de Livermore, menés par le théoricien John Lindl, ont imaginé de comprimer une couche de DT solide, déposé sur la face interne de l’ablateur, et d’amincir celui-ci, pour diminuer son inertie »

    Donc voila, les conclusion tiré de NIF ne sont pas transposable car on a pas la meme cible, donc pas la meme reaction.

  11. Je ne peux m’empêcher de penser aux progrès, eux fulgurant, que nous pourrions faire dans le domaine des énergies renouvelables si ces 7 milliards y étaient investi.
    Il y a de quoi se poser des questions.

    1. Ben c’est justement une énergie quasi infinie qu’on cherche à exploiter. Le problème de l’ignition est essentiel et excessivement coûteux en énergie étant donné la température que le plasma doit atteindre.
      Il reste aussi le problème de l’entretient de cette réaction sur du long terme …

  12. On dit Tokamak et pas tocamaks….
    C’est en l’honneur des 3 scientifiques russes qui on créés cette technologie de confinement de plasma (et en effet non magma).

  13. Le but premier du Laser Mégajoule en France n’a jamais vraiment été de tester la faisabilité commerciale de la fusion par laser. Il fait avant tout partie d’un programme de test des têtes nucléaires Francaises après l’arrêt des essais réels, (une histoire de simulation qui j’avoue me dépasse un peu quand à son principe) et s’inscrit ainsi dans le programme de dissuasion nucléaire Francais.

    L’inutilité du laser n’est donc pas seulement à mesurer quand à l’impossibilité de la fusion par laser. La question c’est plutôt : est-ce qu’il est normal d’investir 7 milliards dans un programme de recherche nucléaire militaire ? La recherche civile n’en a-t-elle pas plus besoin ?

    1. C’est vrai que le but premier du Laser n’est pas de tester la production d’électricité mais de simuler des bombes H (suite à l’arrêt des tests dans le pacifique)

      Le problème soulevé par JPP, c’est que ce laser ne pourra jamais déclencher de fusion car il est sous calibré depuis le début.

      Et les américains semblent justement être confrontés à ce problème avec leur propre laser militaire. Ils auraient vu au moins 5 fois trop petit et n’arriveraient pas à provoquer d’ « ignition ».

      Quand on sait que l’armée peine à payer ses soldats et qu’elle attend depuis des années de nouveaux équipements, on peut effectivement s’interroger sur la pertinence de cette colossale dépense…

  14. Bon, je ne réagi pas souvent sur ce site, mais avec le nombre d’éléments incorrects à la ligne qu’on peu lire, il faut faire un petit point.

    1) Des ingénieurs ? La communauté de CHERCHEURS est épaulée par des ingénieurs, des techniciens, du personnel qualifié, etc. Mais la recherche est faite par des chercheurs avant tout !!!

    2) La fusion à base d’hydrogène est obtenue à partir d’un mélange Deuterium Tritium, quelque soit le moyen de créer le plasma. L’avantage de cette réaction est sa « faible » température par rapport à d’autre réaction de fusion avec des atomes plus lourds. L’inconvénient est la production de neutron rapide détruisant tout sur son passage…

    3) ITER est un outils qui permettra de prouver la faisabilité de la fusion, pas de produire de l’énergie. DEMO se chargera de prouver que la production électrique en tant que tel est faisable. Le temps de faire tout ça, nous auront maitrisé les énergies renouvelables, mais nous auront besoin de la fusion pour nos activités hors « Terre ». (On sera probablement très vieux ou mort, mais voyons un peu à long terme). Les problèmes à résoudre pour obtenir une réaction de fusion viable ?
    -> Résoudre les problèmes d’instabilité (NTM, DTM, kick, balooning, GAM, etc…..) déclenchant des phénomènes de disruption (crash du plasma sur les parois du tokamak normalement protégé par le champ magnétique)
    -> Création de parois permettant de supporter une ou plusieurs disruption sans broncher (z’avez déja essayer de chauffer du métal (ou un autre matériaux) à plusieurs dizaines de millions de degré sans le détruire ?)
    -> Résolution du problème de la disparition de l’hydrogène (radioactif en particulier). C’est petit l’hydrogène, ça disparait dans les matériaux, ça se stock, et si c’est radioactif, c’est chiant parce que le réacteur devient inutilisable.
    -> Chauffage efficace du plasma et injection de carburant au coeur du plasma sans le refroidir.
    Y’a d’autre problème, mais déjà, si ceux là sont résolu, la fusion sera à porté de la main. Comme l’a dit un chercheur japonais dont j’ai oublié le nom pour conclure une école d’été ITER : « Quand ITER sera construit, on tournera les boutons, et si ça marche, on notera les paramètres et on essayera de comprendre ce qu’il s’est passé. » Bien pour un projet à au moins 20 milliards d’euro non ?

    4) La fusion par laser ou par Z machine est une fusion militaire. En effet, il s’agit de faire des bombes H et tout ce qui s’y rapporte !!! Si cela permet de faire de l’énergie, tant mieux, mais comment « vendre » la technologie à l’étranger si en vendant une centrale électrique on vend aussi un moyen de bosser sur la bombe H ???

    5) Tokamak est un acronyme russe signifiant « chambre toroïdale à confinement magnétique » (bien que mon russe soit un peu émoussé et j’ai un doute sur le terme confinement… N’empêche que l’idée est là.) D’ou les k partout dans le mot tokamak.

    6) Jean Pierre Petit peut croire ce qu’il veut, cela ne lui enlève pas le fait d’avoir été un des premiers chercheur du CNRS spécialiste en plasma. Alien, dieux, complots, autre, les croyances n’enlèvent en rien les capacités scientifique des chercheurs, même si elles peuvent influencer les thèmes de recherche.

    7) La fusion coute cher, c’est vrais. Mais elle permet à un très grand nombre de chercheurs, ingénieurs, etc. de travailler sur une thématique d’avenir.

    8) J’espère que les énergies renouvelables nous sortirons de l’impasse énergétique actuelle, et que la fusion nous permettra de prendre un peu de « hauteur » avant ma mort :)

    Je n’aime pas les lecteurs laissant des commentaires haineux sur la qualité rédactionnelle. Mais j’avoue qu’une petite relecture pour être sur de ne pas se planter sur des sujets mal connus serait un vrais plus. Mais bon, corriger à partir des commentaires des lecteurs c’est déjà pas mal…

    1. Le terme « chercheur » est tout sauf pertinent. Ce mot reflète pour moi la méconnaissance du grand public envers la science. Je ne sais pas quel est son domaine professionnel, juste que c’est un scientifique qui fait de la recherche alors je l’appelle « chercheur ».
      D’accord mais le mec avec son détecteur de métaux sur la plage est aussi un chercheur et sa démarche n’a rien de scientifique.
      Parlez plutôt de « scientifiques », de « docteurs », d' »ingénieurs », de « spécialistes » mais pas de « chercheurs » s’il vous plait.

  15. j’aimerai juste rappeler que le but premier du LMJ est de simuler en laboratoire la fusion nucléaire. Cela fait parti du programme « Simulation » du CEA afin d’étudier ce phénomène sans avoir à faire des essais grandeur nature et générer une pollution radioactive… Même si l’usage sera ensuite détournée, le but premier est louable et non voué à l’échec. Cela confirme le fonctionnement des armes françaises de dissuasion nucléaire qui participent à la défense de notre territoire.

  16. La technologie de la Z-Machine est la plus avancée dans ce domaine !
    Dommage que Jean Pierre Petit émette un avis favorable à son propos
    cela en diminue la crédibilité ce qui n’est pas le but du jeu.

  17. les gens qui insistent sur des points techniques, d’accord, c’est très bien, mais n’oubliez pas que c’est gizmodo : des articles qui tiennent le plus souvent en 4 phrases, pour un contenu proche du néant absolu, enveloppé dans un bon gros titre bien racoleur, telle la prostituée dans sa vitrine aux néons roses, afin de generer du clic.

    ne leur en veuillez pas trop ils ont fait un effort pour une fois. le prochain article parlera surement d’un iphone utilisé par un chien à deux têtes, ou du prochain gout de l’iphone9s’+, pomme, vanille, harissa ou poireaux-pomme de terre et sur l’avis qu’en aurait eu feu steve jobs.

    amis scientifiques estimez-vous heureux, je vous le dis tout net : 8 paragraphes dans un article de gizmodo.fr, même avec des approximations, c’est exceptionnel.

    mes salutations à la rédaction

  18. Depuis quand JPP est un spécialiste du nucléaire? Il continue son business en vendant la bataille du faible contre le puissant, mais il n’est pas du tout expert en nucléaire, c’est un spécialiste à son époque, des plasmas. Dans un projet de fusion, il y a la partie plasma (si c’est un confinement inertiel) et la partie fusion, les deux n’ont pas grand chose à voir. Si vous voulez parler du 11/09 il y a plein de bons sites qui sont plus argumentés que les déclarations péremptoires de JPP qui abusent de son ancien statut de chercheur. Ca n’empêche pas que l’administration bush en a bien profité, mais les théories qu’il sort sont complètement borderline. Il a juste pété les plombs et s’est enfermé dans son monde, je le comprends, c’est normal quand on a déjà eu affaire à la science établie qui est d’un corporatisme écoeurant et qui finalement n’aime pas les originaux, alors qu’elle prétend partout en avoir besoin.

  19. Aprés l’échec du NIF en septembre 2012, les chercheurs de Livermore se sont attachés á comprendre les raisons de cet échec. Les derniers résultats semblent montrer qu’ils sont arrivés á contrer l’influence néfaste des instabilités de Rayleigh-Taylor. Ils sont ainsi passé d,un rapport énergievrécupèrée á énergie déposée de 0,1á environ 0,3 á 0,5. Le chemin á parcourir pour arriver á l' »ignition » se réduit considérablement. De plus, les résultats sont conformes aux prévisions calcul. On peut raisonnablement espérer une issue favorable.
    Rappelons que les Américains depuis les années 1970 ont toujours poursuivis deux objectifs avec les lasers de puissance : poursuivre les études sur les engins thermonucléaires et arriver á produire de l’energie électrique. Ce qui n’est pas le cas du LMJ en France qui ne sera opérationnel qu’en 2014.

  20. c’est facile de critiquer tous ces gens qui travaillent pour créer une nouvelle source d’énergie mais quant il faut apporter des solutions y’a plus personne

  21. d’ailleurs souvenez vous du premier réacteur nucléaire à Chicago il produisait à peine assez d’énergie pour allumer une lampe tandis que maintenant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité