Nissan réduit le prix de sa voiture électrique de 6 000$

Nissan Leaf

Nissan LeafLa Nissan Leaf pourrait voir son prix passer sous les 20 000$ en 2013. L'effort est considérable, et tendrait à prouver l'engagement du constructeur dans le secteur du véhicule électrique.

Si l’on jette un oeil sur côté des prix de la Leaf de Nissan en France, on se rend compte qu’ils démarrent… à 28 990€. Difficile de prôner un accès à tous avec de tels tarifs. Et pourtant, le constructeur semble décidé à faire baisser le prix de son véhicule électrique cette année, puisqu’il a confirmé à l’occasion du North American International Auto Show (qui se déroule actuellement dans la ville de Detroit) qu’il allait prochainement sortir un modèle d’entrée de gamme à 28 800$, soit environ 21 500€ une fois la conversion faite (même si les conversions dollars > euro brutes ne sont pas des références).

Si l’on soustrait à ce prix les diverses subventions, aides et remises qui pourraient être effectuées, on pourrait imaginer voir le prix passer sous la barre des 20 000$/€.

Le but de Nissan est d’ailleurs on ne peut plus clair : ne pas obliger l’utilisateur à devoir payer un prix premium pour pouvoir monter à bord d’un véhicule électrique « fun » à conduire. Néanmoins, la Leaf d’entrée de gamme n’aura pas droit de série au nouveau système permettant de réduire le temps de chargement par deux. On ne peut pas tout avoir.

no images were found

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[slashgear]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité