Les français n’aimeraient pas vivre dans le futur s’ils le pouvaient

Retour Vers Le Futur

Retour Vers Le FuturCroyez-le ou non, mais si les français disposaient d'une machine à voyager dans le temps, ils seraient plus nombreux à vouloir revenir dans le passé, plutôt que d'explorer le futur !

Que feriez-vous si vous aviez le droit d’emprunter la DeLorean de Retour Vers Le Futur ? Préféreriez-vous partir explorer le futur, ou au contraire revenir dans le passé ? Selon un sondage réalisé les 6 et 7 décembre 2012 par BVA auprès de 1 093 personnes pour le compte de 20 Minutes, 54% des français interrogés seraient plutôt prêts à revenir dans le passé.

Plus précisément, si l’on s’intéresse aux préférences politiques des interrogés, on se rend compte que les sympathisants de gauche seraient majoritaires à vouloir aller visiter le futur (ils seraient 52%, contre 42% pour les sympathisants de droite). Egalement, les résultats du sondage soulignent que les sympathisants d’Europe Écologie-Les Verts et du Front national seraient les moins enclins à aller dans le futur.

En s’intéressant maintenant à la catégorie d’âge des sondés, les plus de 65 ans seraient 63% à vouloir jeter un oeil sur le futur, tandis que 59% des 18-34 ans auraient une préférence pour aller rendre une visite au passé.

Et vous ? Futur ou passé ?

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[letelegramme]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Vers le passé, incontestablement. 40 ans en arrière, ça serait bien :
    – confort moderne disponible (eau courante, électricité, électroménager, voitures individuelles, …)
    – démographie encore supportable
    – plein emploi
    – énergie abondante et pas chère
    – environnement encore relativement correct
    – endettement public ultra faible (la loi Pompidou-Giscard de 1973, responsable de notre dette, venant tout juste de passer)
    – pas encore d’Europe totalitaire, et une souveraineté nationale encore vraie
    – des perspectives d’avenir, plein de choses à construire et inventer, de la confiance et de l’espoir en l’avenir
    etc.

    Oui, clairement le passé, sans aucune hésitation.

    1. C est normal de vouloir allé vers le passé c rassurant et ça permet de choisir,un moment quon à aimer,une nostalgie, le futur fait peur puisque c est l Inconnu total avec aucune référence réconfortante

      1. Oui, mais pas seulement. Il y a de bonnes raisons pour être très inquiets pour l’avenir.
        Bien sûr, il y a les facteurs humains, économiques et financiers, et le système monétaire international basé sur la dette qui est un château de carte ne pouvant que s’écrouler tôt ou tard. Mais ça, c’est l’aspect le moins préoccupant : un bon écroulement économique, une bonne crise, une bonne guerre, et c’est reparti.
        Mais il y a des éléments scientifiques qui permettent déjà de savoir dès aujourd’hui qu’il y a des caractéristiques de notre monde qui sont dégradés et continueront à se dégrader de façon irréversible. Les fonctions d’entropie (2e principe de la thermodynamique), les modèles systémiques en sont deux indicateurs (mais pas les seuls).

        Par exemple, un stock de ressources non renouvelables (minerais, hydrocarbures, etc.) ne peut que décroitre, et l’extraction diminuer quand on a passé le pic d’exploitation. Si on met en face une démographie sans cesse croissante et toujours plus consommatrice, on sent bien que ça va coincer, que ça va accentuer les tensions sociales (entre pays, mais aussi entre plus riches et plus pauvres, avec assèchement de la « classe moyenne »). Avec les durcissements politiques qui vont avec, évidemment…
        On sait également que les sols et la biodiversité nécessaire à leur fertilité sont massacrés de façon durable à cause de l’agriculture intensive qu’ont permis la mécanisation et la pétrochimie. Ce phénomène est mondial et causera dans peu de temps des soucis d’approvisionnement alimentaires. Et je ne parle même pas des conséquences du réchauffement climatique.

        Les gros problèmes vraiment sérieux surviendront dans 10 à 20 ans, une échéance incompatible avec une quelconque exploitation de la fusion, sur laquelle beaucoup semble compter. (d’autant plus que la fusion ne rechargera pas les stocks de minerais et de gisements fossiles, ça ne purifiera pas les sols et les cours d’eau, … c’est loin d’être la solution miracle…)

        En clair, oui, ça va être de plus en plus dur. Il faut être conscient que ce que nous vivons n’est pas une crise économique et financier, mais un déclin de civilisation. Ceux qui s’en sortiront le mieux sont ceux qui s’y seront préparé (autonomie alimentaire, moyens de défense, réseau d’entraide de confiance, etc.)

        Si vous avez compris que le problème est très sérieux : http://www.piero.com
        Bise à tous, et bon courage pour votre survie.

  2. Si je devais choisir ou vivre = Le passé.
    Si je devais choisir ou jeter un oeil = Le futur.

    Ainsi je deviendrait riche grâce au savoir (ou plus rapide, grâce au loto) !

  3. Le futur plus ou moins lointain. Clair et net!

    C’est la nostalgie qui fait croire aux gens que le passé « c’était mieux avant ». La réalité est qu’on vivait beaucoup moins bien autrefois qu’aujourd’hui. A l’exception des très très pauvres, les catégories modestes de la population disposent aujourd’hui, en réalité, de davantage de confort que les mêmes il y a 50 ans. Ce qui a changé, c’est l’écart entre les plus riches et les plus pauvres qui, lui, c’est creusé dans des proportions abyssales. Mais globalement, l’immense majorité de la population vit mieux aujourd’hui. Simplement, les plus pauvres vivent un peu mieux et les plus riches, bien mieux que leurs homologues du passé.

    Mais on ne peut pas construire l’avenir en vivant perpétuellement dans le regret du passé.

  4. Pas photo non plus, le passé, même si l’idée de ne plus avoir accès à internet, ce formidable outil de connaissance et de partage, est un véritable crève-cœur, pour moi.

    Le futur me fiche une méchante déprime, quand je vois ce vers quoi se dirige la France et le monde en général.

    La 3e guerre mondiale sera-t-elle en fait une guerre civile des 99% contre ces 1% de salopard, qui s’imaginent pouvoir nous foutre impunément en esclavage, chaque jour un peu plus ?

    1. Ouvrez les yeux, les 99% dont vous parlez n’existent pas. Les plus pauvres envient et jalousent les classes populaires, qui elles-mêmes jalousent les classes moyennes supérieures, qui elles-mêmes lorgnent du côté des bourgeois. Echangez les rôles et la seule chose qui changera vraiment, ce sera que les pauvres devenus riches en feront baver aux riches devenus pauvres, par simple rancune et par manque d’éducation.

  5. Quel est l’intérêt de retourner dans le passé ? on connait déjà ce qui s’y passe…. Je pense sincèrement qu’on ne peut que mieux vivre dans un futur plus ou moins lointain. les prises de conscience,les nouveaux moyens de communication, les progrès en médecine…tout ceci est très excitant… Je pense pas que la race humaine puisse faire pire qu’à l’heure actuelle…. donc pour moi c’est le futur sans aucune hésitation….le passé !!! mais quel ennuie rien que d’y penser…. il faudrait déjà commencer par vivre au jour le jour et profiter de tout ce que la vie nous apporte, tout est bon à prendre…. je ne sais plus qui a dit : il ne faut pas rêver sa vie mais vivre ses rêves…

  6. moi par contre le futur sans hésitation.
    – Surtout pour la curiosité.
    – Pouvoir vivre dans univers semblable aux jeux ou aux films dont je suis fan. (Mass effect, Star Wars, Star Trek, Firefly, …)
    – Explorer l’espace, rencontrer des vies extraterrestres
    – M’amuser avec les gadgets dont j’ai toujours rêvé

    Après si j’ai le temps j’aimerais jeté un coup d’œil dans la passé pour voir aussi comment c’était.

    profil : Ecolo, 27 ans, infographiste

  7. J’irai dans le futur récupérer mes petits enfants et revenir dans la passé, où la vie était moins difficile qu’aujourd’hui, on vivait pour vivre et pas pour survivre comme aujourd’hui…

    1. La nostalgie, le sentiment d’avoir la vie plus facile avant, ce ne sont que des impressions. Pas sûr que vos petits-enfants apprécient que vous les arrachiez à leur univers pour les emmener dans un monde plus petit, moins connecté, plus refermé… A moins qu’ils soient en pleine guerre pour la nourriture, évidemment.

  8. Moi j’aime bien les deux mais j’avoue que le passé peut avoir du charme. J’aimerais tellement vivre dans une ville recouverte de pavés avec des maisons en pierres de tailles.

  9. Futur ou passé peu importe, mon sot dans le temps aurait un but purement financier et spéculatif … Mais je serai plus intelligent que Marty avec son almanach des sport ; direction les 90’s, la bourse, actions Apple … ^_^

  10. @ GroQ
    Tu dis ça parce que tu es un homme, mais pour une femme vivre 40 ans dans le passé ben c’était pas la joie :
    – Perspective professionnel proche de zéro
    – Salaires ridiculement bas
    – Pas le droit de vote, en tout cas en suisse
    – Si par malheur une femme était battue ou pire violée et bien bonne chance pour obtenir justice
    – Et j’en passe et des meilleurs…

  11. moi si je pouvais vivre dans le futur j’aimerais et si la vie là bas est différente ou tout seraient gratuit j’y resterais volontier sans revenir dans le présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité