Les robots ne tueront pas l’emploi

Les robots ne tueront pas l'emploi

Les robots ne tueront pas l'emploiFin Janvier avait lieu à Chicago la conférence "Automate 2013" où les professionnels discutaient robotique, automatisation et leurs implications pour le futur de l'industrie. Un débat qui arrive à point nommé après les craintes exposées que les robots ne détruisent de trop nombreux emplois.

En réalité, il semblerait que robots et automatisation stimuleraient le marché du travail, créant « directement et indirectement » entre 1,9 et 3,5 millions d’emplois à l’orée 2020, d’après la Fédération Internationale de Robotique (IFR). La production a depuis toujours créé de l’emploi et l’automatisation vient rendre la région bien plus compétitive. Un cercle vertueux en somme.

Cependant, la situation n’est pas la même partout. Les Etats-Unis, par exemple, sont à la traine quant à l’adoption des robots dans leurs lignes de production. L’Allemagne a ainsi un ratio hommes/machine deux fois supérieur à celui des Américains. Une véritable peur de l’automatisation, qui « n’apparaît ni en Europe, ni au Japon », d’après Andreas Bauer de l’IFR.

Autrement dit, il faudra se décider à sauter le pas pour de bon avant d’en voir de véritables bénéfices

[theverge]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. hyper objectif…

    il semblerait que robots et automatisation stimuleraient le marché du travail, créant « directement et indirectement » entre 1,9 et 3,5 millions d’emplois à l’orée 2020, d’après la Fédération Internationale de Robotique (IFR)

  2. mais bien sur!!!!! ca va tous les tuer nos emploi on le sais bien tout est automotisé!!!!! les station services , les peages, distributeur de billets, les magasins avec les scanners pour faire vous meme vos courses et j en passe encore
    combien de retraité qui laisse leur place a des jeunes aucun !!! car la robotique est la car elle tourne 24 h sur 24h sans faire greve sans bloque la chaine sans raler sans charges pour l entreprise que du benef pour ceux qui l utilisent c est machine et la dans cette article Les robots ne tueront pas l’emploi!!!!! mon cul bandes d ignorants bandes de faux que vous etes on le s est tous le progres va nous tuer a petit feux

  3. 1- Ok pour les emplois créés, mais en face on a combien d’emplois détruits ?
    2- La qualification des personnes n’est pas la même entre les emplois détruits et les emplois créés. C’est les plus faibles qu’on écrase.
    3- L’automatisation permet de produire toujours plus et plus vite, à moindre coût. Souvent pour produire des iGadgets inutiles mais qui font saliver tous les gueux de base. D’une part on ne peut pas dire que ce soit glorieux du point de vue de la consommation (gaspillage des ressources et abondance de déchets : les indiens qui recyclent vos déchets électroniques vous remercient…), et d’autre part cela ne tourne que tant que l’énergie est abondante et pas cher (mais ça ne durera pas…)

    Quand on aura compris que les gens n’ont pas besoin d’un travail, mais ont besoin d’un revenu et de liens sociaux, on aura fait un grand pas dans le sens de l’adaptation de notre modèle économique à notre environnement contemporain. Actuellement, il est complètement à côté de la plaque.

    1. « les gens n’ont pas besoin d’un travail, mais ont besoin d’un revenu et de liens sociaux »

      Oh putain ! mais c’est une phrase de syndicaliste ça ! Et au moins d’un mec qui n’a jamais connu une longue période d’inactivité. J’ai passé 18 mois au chômage et même si je voyais du monde le WE, je peux te dire que tu finis par te faire chier grave, voir même à déprimer complètement.
      Il te faux une activité régulière, manuelle ou cérébrale pour te sentir utile. Alors effectivement, ce n’est pas obligatoirement un « travail » au sens « emploi » … mais l’humain a viscéralement besoin de s’activer, de créer.

      Et puis on ne va pas payer les gens à rien foutre non plus … enfin on le fait déjà dans la fonction publique remarque.

    2. J’ai créé un robot qui ne fait rien … c’est un bête bloc de métal sans moteur ni électronique … rien.

      C’est dans le but d’automatiser le travail des fonctionnaires ;D

    3. +1
      Les machines devraient libérer du travail et entraîner une évolution progressive et globale de l’éducation, du niveau de vie et de la conscience globale. Le prix en sera la fin des privilèges.

  4. @cool :
    Ton raisonnement est basé sur ton manque de perspective quant à l’évolution de la société.
    Il te semble nécessaire aujourd’hui d’avoir un travail qui te ramène de l’argent pour subsister. C’est en effet une réalité, je te l’accorde.
    Une importante phase de transition de la société industrielle est amorcée, elle est en droite ligne du fondement même de l’être humain : en faire le moins possible pour arriver au meilleur résultat.
    En considérant que cette phase s’achèvera lorsqu’on aura réussi a absolument tout automatiser, de la production agricole jusqu’à la réparation des automates eux mêmes, en passant par l’aide aux personnes (encore quelques décennies, soit patient), les termes d’emploi et d’argent n’auront même plus de sens.
    L’humanité aura donc tout le loisir de se désintégrer la gueule à grand coup d’armes futuristes, chose qu’elle fait relativement bien depuis l’aube des temps (seuls les moyens mis en œuvre changent, mais le principe reste le même).
    D’ici là, et pendant cette période de transition (certes encore un peu longue), on a quand même inventer le chômage, ne nous plaignons pas, ça pourrait être pire !

  5. Certes, la création de robots crée des emplois pour qu’ils en remplacent, mais le différentielle est-il positif ou négatif (pour 2 à 3,5 millions d’emplois créés, combien de supprimer par ces machines ?) ?
    C’est une question que je pose sans connaitre ni avoir une idée de la réponse…

  6. Un robot ne remplacera jamais le plaisir d’humilier un salarié.
    Vous aimez les robots? Intergalactifm la radio des robots musiciens plein d’emotions(robotiques)

  7. Tiens, GROS est encore en train de déblatérer des inepties, bon là il faut dire qu’il est loin d’être seul, mais dès qu’il s’agit de problèmes de société, plus que jamais, il ne faut pas s’attendre à des remarques pertinentes c’est certain. Solution du jour : défendre ses travailleurs non qualifié envers et contre toute logique productive, comme cela la masse salariale demeure globalement arriérée, le peuple également et tout le monde peut continuer de poster des commentaires débiles… Ce n’est pas le robot l’ennemi, c’est l’actionnaire. Plus le travail est robotisé, moins il y en a pour les organiques, moins de travail, partagé entre tous les actifs égal plus de temps libre. C’est tellement simple que personne n’estime cela possible, pourtant si, c’est aussi simple qu’une révolution à l’ancienne.

  8. Désolé Arasu, mais tu sembles bien à la ramasse… Ce dont tu parles existe déjà: en Allemagne, ta « révolution » est déjà en marche: Temps partiels à gogo et pas de salaire mini, du coup on feint un taux de chômage bas sauf qu’en réalité, il y a 6millions de TRAVAILLEURS sous le seuil de pauvreté… Et presque autant d’enfants. Voilà pour les faits .

    1. C’est parce que l’évolution a été inégale au niveau mondial et qu’on est toujours en concurrence avec les organiques esclaves asiatiques. On est en train de payer pour cela, comme les allemands ont payé pour redresser l’ex RDA.

      1. Merci Cartapus, c’est un premier point. La mondialisation, le libre échange et autres places boursières auraient eu l’effet voulu par les économistes si l’homme était pétri de bonnes intentions par nature, on en est loin. Je désespère que la quasi totalité des Hommes préfèrent patauger dans l’océan de merde créé par le capitalisme plutôt que se voir imposer des barrières étatiques restreignant leurs libertés certes, mais également leur nature viciée d’Hommes, pour le bien d’abord de notre environnement, de tous ensuite, et finalement le leur également.
        Ensuite, et c’est bien évocateur de la tendance qui veut qu’on ne puisse imaginer un autre régime que celui qui régi l’occident et cause sa perte, la façon de faire allemande n’a rien à voir avec ce dont j’ai parlé, c’est à dire un système semi-autarcique mais en lien étroit avec ses homologues s’ils existent, où l’état dispose de l’ensemble des ressources, des moyens de production et de la main d’œuvre, et où il répartit la richesse créée entre ses citoyens. Aucun sans-emploi, pas plus qu’il n’y a de pauvres ou de trop riches, valorisation salariale par rapport à la difficulté, aux responsabilité, aux besoins. Mise en place de nouvelles méthodes de mise en compétition des entreprises concurrentes, fin des produits volontairement lamentables, de la contrefaçon, de l’inutile. J’arrête là mais il y aurait beaucoup à dire, beaucoup à faire, l’Allemagne en révolution ? Autant que ma grand-mère au moins oui… Si il y a des français qui en veulent en revanche, j’en suis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité