Qu’arriverait-il si un astéroïde frappait la Terre ?

shutterstock_113650306 - astéroïde

shutterstock_113650306 - astéroïdeNon sans rire, on y réchappe à chaque fois, mais soyons réalistes. Il a nécessairement un moment où un météore zélé va venir nous faire un mortel câlin. 2012 DA14 a finalement décrété de nous louper, mais que se passerait-il si les calculs des scientifiques n’étaient pas exacts ?

2012 DA14 était un charmant astéroïde de 150 mètres de large qui est passé à quelques 27680 kilomètres de nous, autant dire une broutille à l’échelle spatiale. Prenons ce frôlement comme un avertissement, nous étions au final en sécurité. Ceci étant, il n’y a qu’à songer aux météorites tombées en Russie pour se coller le trouillomètre à zéro. Imaginons cinq minutes ce scénario catastrophe…

Pour répondre à cette question, commençons par savoir combien d’énergie 2012 DA14 aurait libéré s’il s’était écrasé comme une crêpe sur notre planète. Selon Denton Ebel, Président de la division des sciences physiques et conservateur du Département des sciences terrestres et planétaires de l’American Museum of Natural History (Imagine la carte de visite…), trois autres scientifiques se sont posés cette question en 2010: Robert Marcus, H. Jay Melosh, et Gareth Reverso.

Marcus a calculé l’énergie cinétique d’un astéroïde de 50 mètres de large, doté d’une densité de 2,6 grammes par centimètre cube, allant à une vitesse de 12,7 kilomètres par seconde et frappant la Terre à un angle de 45 degrés. Concrètement, c’est une hypothèse similaire à 2012 DA14 qui n’était que de cinq mètres plus petit.

D’après les calculs, l’énergie cinétique libérée à l’entrée serait de 3,3 millions de tonnes, l’énergie d’explosion en altitude serait quant à elle de 2,9 mégatonnes à environ 8,5 km de la surface, altitude de croisière des avions de ligne. Bien. Cela signifie qu’un astéroïde comme celui-ci serait susceptible d’exploser dans l’air, en libérant l’équivalent énergétique d’environ 138 bombes atomiques du type de celle qui a frappé Hiroshima le 6 aout 1945.

Si l’ampleur d’une telle explosion est difficile à imaginer, jetez un œil au premier test de la Bombe H…


Premier test Bombe H – 10 megatonne par Introcrate

Oui, ça calme.

Inutile de dire que les effets d’une telle explosion sur New York, San Francisco, Londres, Madrid, Moscou, Paris, Rio de Janeiro, Sydney, Pékin ou Tokyo, seraient tout à fait significatifs… Toutefois, rassurons-nous, il y a un mais. La probabilité de coups si directs sur les villes est extrêmement faible. Il faudrait vraiment ne pas avoir de bol et partant du principe qu’un astéroïde s’écrase sur la Terre, nous ne pourrions que difficilement faire pire.

En admettant que le sort s’acharne… (saloperie de Karma), que faire ?

Supposons que les choses empirent. Si l’astre était sur la trajectoire d’une grande ville, en réalité il n’aurait probablement pas d’impact direct avec sa surface. Pour les scientifiques les astéroïdes entrent dans l’atmosphère terrestre avec un angle de plus ou moins 45 degrés. Si tel était le cas pour 2012 DA14, l’énorme chaleur générée par la compression de l’air à l’avant de l’astéroïde le ferait exploser bien au-dessus de la ville. La puissance destructrice serait considérablement diminuée.

Bonne nouvelle ? Pas tout à fait, en réalité les explosions aériennes sont particulièrement dangereuses.  Le 30 Juin 1908, un astéroïde un poil plus grand 2012 DA14 a explosé au-dessus de la rivière Tunguska Podkamennaya, en Sibérie. S’il n’y avait aucune ville à proximité, l’explosion aérienne a détruit 80 millions d’arbres sur une superficie de 2150 kilomètres carrés. En 2011, la population de la ville de New York était d’environ 8,2 millions de personnes sur une superficie de 783,8 kilomètres carrés. Faites le calcul. Et on ne parle même pas des fragments d’astéroïde s’écrasant à la surface…

L’angle d’entrée

Si le facétieux 2012 DA14 était entré perpendiculairement à la Terre, il aurait également explosé. Mais, le pouvoir destructeur des astéroïdes s’étend à mesure que l’angle augmente simplement car il y a moins de résistance à l’air, ils perdent donc moins d’énergie cinétique.

Cependant, il semble que la baisse de l’ouverture de l’angle d’impact peut effectivement causer plus de dégâts si l’astéroïde est assez grand pour survivre à la chaleur et aux contraintes de pression. Bref, résumons succinctement, dans tous les cas, on est mal.

Les bonnes nouvelles. Si ! Il y en a.

Si nous nous étions payés 2012 DA14, un impact sur une grande ville aurait été terrible, mais pas suffisant pour nous anéantir tous. Il s’agit d’être au bon endroit, au bon moment. Selon Ebel, l’effet serait très local, avec un cratère de 45 mètres de diamètre.  La civilisation ne serait pas détruite. Aucun hiver nucléaire mondial, pas d’effondrement de l’écosystème, rien. La destruction serait entièrement localisée à l’endroit où l’astéroïde a frappé.

Pour se faire peur ?

Que se passerait-il si nous n’avions vraiment vraiment vraiment pas de chance ? Imaginez que l’astéroïde soit tombé sur le super volcan de Yellowstone ? Certaines théories expliquent que de telles forces seraient capables de déclencher de puissants tremblements de Terre. Ces théories, cependant, n’ont jamais été testées…

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bonjour Florence, petite bulle : 2012 DA14 était un charmant astéroïde de 150 mètres de large… Et… : Marcus a calculé l’énergie cinétique d’un astéroïde de 50 mètres de large, doté d’une densité de 2,6 grammes par centimètre cube, allant à une vitesse de 12,7 kilomètres par seconde et frappant la Terre à un angle de 45 degrés. Concrètement, c’est une hypothèse similaire à 2012 DA14 qui n’était que de cinq mètres plus petit.??? La question est : 50 où 150?

  2. « La destruction serait entièrement localisée à l’endroit où l’astéroïde a frappé. »

    Pour ma part, je rajouterai que la destruction serait locale mais les effets collatéraux sur l’économie serait mondiaux donc beaucoup de problèmes lié à l’insécurité et la pénurie des éléments de première nécessité (effet de masse, peur généralisée, toussa…).

    Donc problème massif d’approvisionnement sur le carburant et denrées alimentaire ce qui impliquera des convoitises et d’une certaine façon l’anarchie dans certains (tous ?) pays.

    après on peut extrapoler, car de cet état de fait au canibalisme et la zombiefication il n’y à qu’un pas. (enfin là c’est moins certain)

  3. Nous sommes bien plus fragiles que nous voulons le laisser entendre car notre société matérielle et économique est très complexe .. Le moindre « impact » là où il faut et c’est la « faim » .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité