Test : Dead Space 3

dead-space-3-logo

Après deux épisodes qui posaient les bases d'une série solide, Dead Space 3 débarque avec la ferme intention d'être l'épisode du renouveau. Visceral Games semble vouloir une nouvelle orientation pour sa série.

Après l’espace ou personne ne vous entend crier, il est temps de poser les pieds sur Tau Volantis, l’occasion de tenter une nouvelle approche plus directe pour Isaac Clarke. Mais est-ce que le dernier titre d’Electronic Arts peut se permettre de rentrer dans le tas ? répondre ici et maintenant.

C’est quoi ?

Dead Space 3 est le dernier épisode de la série Survival Horror de Visceral Games, éditée par Electronic Arts. Dans la peau de l’ingénieur Isaac Clarke, Vous devez dans Dead Space 3 retrouver votre ex-fiancée et trouver un moyen d’enrayer les plans de l’Unitologie, une secte aux sombres desseins.

Un coup d’oeil sur la série

Dead Space a renouvellé le genre du survival horror en 2008. Le premier épisode a en effet marqué les fans du genre à l’époque avec son ambiance véritablement horrifique, son scénario fouillé, sa mise en scène recherchée et surtout une maniabilité bien supérieure à la concurrence. Véritable pied de nez à la saga Resident Evil, la saga persiste et signe avec un deuxième épisode de qualité en 2011, ce dernier ne prend d’ailleurs pas trop de risque, mais il confirme le statut majeur de la série.

Pourquoi c’est bien ?

  • Dead Space succombe à la mode et s’offre un mode coopératif. Ce dernier n’est jouable qu’en ligne et permet d’incarner au choix Isaac Clarke ou John Carver, nouveau protagoniste dans la saga. L’intégration du mode co-op est d’ailleurs une vraie réussite. Les fans de l’aventure en solo pourront jouer tranquillement, car contrairement aux autres titres du genre, le déroulement du jeu est différent suivant le mode choisi. En solo, Carver apparaitra de temps en temps dans l’aventure, tandis qu’en coop, il est présent aux côtés d’Isaac en permanence.
  • Le jeu offre une replay value de bonne facture, avec une quantité de modes de jeu optionnelle en plus du fameux New Game +. De base, les quatres modes de difficulté risquent d’occuper quelque temps le joueur moyen, mais on aura également la possibilité d’effectuer pas mal de quêtes secondaires, ces dernières sont optionnelles, mais rajoutent pas mal de contenu. De même en coop, permettra à ceux qui incarnent Carver de bénéficier de quelques passages à part. Comptez entre neuf et douze heure pour finir le jeu la première fois, mais les différents challenges vous prendront facilement le double.
  • Si le scénario du jeu n’est pas fondamentalement original, il a au moins le mérite de tenir la route et d’offrir un background solide. Il d’ailleurs conseillé d’avoir fait les épisodes précédents si vous voulez saisir toutes les subtilités, mais une mise à niveau rapide est disponible dans le jeu pour les retardataires. En jeu, la présence de nombreux documents permet de rajouter des détails pour les amateurs de l’univers du titre.
  • Graphiquement, Dead Space 3 impression grâce a des décors souvent magnifiques. Les modèles des personnages et autres nécromorph ne sont pas en reste, même si on constate, notamment du côté des ennemis, qu’il n’y a pas grande nouveauté. Mais Les environnements de Tau Volantis sont vraiment réussis, et on pardonne ce petit détail de bestiaire sans problème.
  • Autre point fort du titre, le système de craft permet de fabriquer et/ou d’améliorer une tripotée d’armes en récupérant des ressources à droite à gauche. L’interface est un peu lourde, mais les possibilités sont tellement nombreuses qu’on aurait tort de se priver tant les nouvelles armes sont puissantes. A noter du coup que les munitions sont désormais universelles, histoire de ne pas s’embêter à transporter 3 ou 4 types différents.

Pourquoi ça aurait pu être mieux ?

  • On aurait aimé garder comme adversaire unique les nécromorphs, tant les unitologistes ne servent à rien. Les affrontements avec ces derniers sont relativement inutiles et se content de tirer depuis leur position, mais lorsqu’ils sont mélangés avec les Necromorph, ils deviennent véritablement pénibles à gérer au milieu de monstres rapides et meurtriers, qui ne se privent de tenter de vous liquider. Les nouvelles possibilités comme s’accroupir sont d’ailleurs fastidieuses et on sent que les mécaniques ont été inclues à la va-vite.
  • Passé un certain stade du jeu, on ne sent plus vraiment inquiété par les ennemis, car comme pas mal de jeux qui proposent de fabriquer ses armes, on se retrouve avec un armement trop puissant. Fatalement, l’opression et le stress ressenti dans les précédents épisode est en net retrait, et on regrette un peu de ne plus ressentir cette angoisse face à une grande salle. Elle sera pleine de monstre, mais on tellement bien armé qu’on ne risque rien.

Ça nous a étonné

La présence de mode de jeux supplémentaires, comme le mode classique ou le craft n’est plus permis, ou encore le mode Fou Furieux, ou mourir vous vaudra de recommencer totalement à zéro. Dead Space 3 ne manque pas d’idée pour varier les challenges et c’est une bonne chose.

Et alors, j’achète ?

Si on ne peut pas s’empêcher d’être un peu déçu de voir disparaitre la peur et le stress des précédents épisodes, Dead Space 3 reste tout de même une expérience solide et propose malgré tout son quota d’adrénaline. Le titre se permet d’ailleurs une réalisation de qualité, avec des cinématiques qui en mettent plein la vie et des environnements fouillés. Le coop permettra aux plus peureux de faire le jeu à deux, sans pour autant gâcher l’expérience solo, une très bonne idée. Enfin, vu ses modes de jeu et sa replay value, le titre offre une durée de vie tout à fait convenable pour le genre, on aurait donc tort de le bouder, car Dead Space 3 reste un titre solide.

no images were found

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’ai mieux

    Pourquoi est-t-il a chier ?

    -Trop facile
    -TPS
    -Conçu dans et pour le monde de l’écervelé consoleux
    -Ne rivalise pas avec un Doom 3 des années 2004

    1. Dead space trop facile et concu pour les consoles? Si ça ce trouves tu nous pousses à aimer dead space, on sait peut être qui tu es!, perso j’attendrais que ce jeux coûte 10€ pas assez tune

    2. Me fait rire cette génération de « jamais content » capricieux. «les jeux sont trop ci…, pas assez ça…, c’était mieux avant…» je te propose de retourner jouer à Pong, ça c’était un vrai jeu!! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité