Une 208 HYbrid FE chez Peugeot

Peugeot 208 HYbrid FE

Peugeot 208 HYbrid FEPeugeot, en collaboration avec Total, devrait prochainement proposer une version hybride essence et électrique de la 208. Son nom ? La 208 HYbrid FE.

La 208 va elle aussi céder aux sirènes de l’hybride. Son constructeur, épaulé par Total, la déclinera très prochainement dans une version HYbrid FE, qui sera d’ailleurs présentée lors du Salon de Genève 2013, le mois prochain. Cette nouvelle hybride devrait atteindre les 0 à 100 km/h en 8 secondes, et émettre 49 g/km de CO2. Mise à part ça, il s’agirait d’une déclinaison de la 208 1.0 VTi 68ch, qui se verra retravaillée, sur la question du style, de l’aérodynamique également. De même, le poids du véhicule devrait être réduit d’environ 200 kg, grâce à l’utilisation de matériaux composites et polycarbonates (concernant les panneaux de carrosserie, les vitrages et l’habitacle).

Enfin, sachez que cette 208 HYbrid FE héritera d’une motorisation associant 3-cylindres essence et une boîte pilotée à une machine électrique et à une batterie. Bien sûr, le moteur se verra adapté en conséquences, et aura droit à des thermomanagement et cycle de combustion spécifiques. De leur côté, les équipes R&D de Total travaillent à la formulation de lubrifiants et carburants qui contribueront à limiter les frottements et optimiser la combustion.

Les différentes étapes de ce projet seront dévoilées et pourront être suivies à compter du 5 mars 2013 sur www.mission49-8.com

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[google]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ex l’Hybrid ?

    Hé oui, ce jeux de mot laid sied à merveille à la pratique de nos chers constructeurs (prenez le mot « cher » à tous les sens SVP).
    En effet, chacun y va de son croisement « essence / électrique » arguant promesses de lendemains qui chantent, de consommation éco-responsable et d’économie sur cette ressource épuisable qu’est le pétrole.
    Mais, si je reconnais l’effort technologique de ces moteurs à « double sources ». Si je pense qu’en effet avec une conduite mesurée, adaptée, c’est à dire avec des vitesses moyennes avoisinant nos bonne vieilles charrettes à boeufs, on fait des économies remarquables de carburant ; je me pose des questions sur l’impact écologique global…
    Qu’en est-il de ces batteries dont on nous vante tant les mérites?
    Ho, je ne suis pas un scientifique chevronné, je peine parfois sur certains articles du ‘Sciences et Vie Junior’ mais « on » m’a toujours dit qu’une des pièces les plus polluante de la voiture était la batterie.
    Comment va se passer la fin de vie d’un véhicule hybride ? Le recyclage est déjà pensé, opérationnel ?
    Va-t’on nous inventer une taxe : »Ben oui, on ne vous l’avait pas dit mais comme vous roulez en hybride et électrique et comme beaucoup de « citoyens consciencieux » (gogos) s’y mettent, ben faut bien traiter les batteries, vous voyez ? Parce que ça coûte un bras de les envoyer en Afrique, en Chine ou en Inde pour que les gosses de là-bas les recyclent et récupèrent les matières pour vous faire de beaux objets d’artisanat souvenir. Là, vous voyez ? »
    Voila, le pseudo-scientifique en moi qui s’éveille (je n’aime pas l’expression qui « sommeille » ; quand on « sommeille », on se tait!) se pose des questions….. Avez-vous des réponses ?

  2. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ! Sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité