Un auteur compare l’iPad… à la Bible !

shutterstock_127384472 - culte

shutterstock_127384472 - culteLa dépendance à la technologie est digne des plus beaux paradoxes et plus particulièrement notre addiction aux Smartphones/tablettes. On oscille entre désir de l’utiliser, l'angoisse de le perdre et culpabilité. On se rapproche du combo ultime. Partant de cela, un auteur a comparé nos téléphones à un objet de culte. 

Peut-être n’est-ce pas votre cas et grand bien vous en fasse, mais pléthore de vos semblables ne peuvent s’endormir sans leur smartphone lové sur la table de chevet. Pourtant, aux dernières nouvelles, vous n’avez nul besoin de cette boîte de circuits pour dormir ou alors nous avons raté un épisode.

Nous verrouillons nos joujoux de peur que quelqu’un farfouille leurs entrailles, notre intimité, c’est quasiment de l’ordre du viol pour certaines personnes. Le fait est que s’ils ne sont pas à nos côtés, batterie chargé, c’est l’angoisse qui prend le pas. C’est aussi ce qui nous pousse à les sentir vibrer ou encore à les sortir au beau milieu d’un dîner.

Via The Creators Project, Ian Bogost a exploré un concept tant intéressant qu’original, concrètement, notre homme compare nos téléphones à un objet de culte ! Il imagine donc l’iPhone comme un chapelet ou l’iPad comme une bible, quelque chose de quasi mystique qui nous pousse inconsciemment à y être attentifs. Nous en prenons grand soin et ils symbolisent suffisamment de valeurs pour rallier une communauté.

Notre homme pousse le vice jusqu’à comparer les modèles économiques et leurs conséquences sur notre dépendance. De plus en plus, l’économie des jeux mobiles et applications s’oriente vers un modèle d’applications gratuites monétisées par l’achat in-app. Les joueurs peuvent ainsi gravir les échelons en payant, on touche alors à un schéma de pay-to-win.

Bien que ce type de pratiques étaient autrefois condamnées par l’Eglise – on ne vend pas impunément de sacrements ou de bénédictions pour être absous – elles ont existé. Pour l’auteur, l’iPad devient presque un objet de culte, une bible, dans le sens où il permet d’avancer, de gagner. En payant, il octroie même une possibilité de contrôle même s’il ne s’agit que de monde virtuels.

La conception du jeu elle-même engendre un complexe de dieu, souligne Bogost. « Nous pensons que nous avons laissé la religion en arrière-plan ces dernières décennies, mais nous adorons les gadgets, et nous voulons un monde que nous pouvons contrôler avec ces minuscules dieux ‘

Il n’y a qu’à prendre cet exemple devenu si commun, en entrant simplement dans une rame de métro, comptez le nombre de personne penchées sur leur appareil, les yeux rivés dessus. Nous étions loin d’une telle situation, il n’y a à peine que deux ans.

Il finit par conclure avec un parallèle certes osé, mais qui pousse à la réflexion.

« Devons-nous aller à l’église parce que nous sommes croyants ? Ou devons-nous aller à l’église afin de trouver  une structure qui exige la croyance?

Nous achetons des iPads, car ils modifient et améliorent nos vies de manière positive? Ou parce que nous avons besoin de quelque chose qui nous fasse croire qu’on améliore nos vies? « 

Il fallait oser, il l’a fait. On sent bien que le coup de la comparaison Apple et Eglise risque de délier les langues de beaucoup (beaucoup) de monde. Ceci étant, pour beaucoup Apple est une secte et pour les autres, un culte. Les réactions sont bien souvent manichéennes dès que l’on parle de la Pomme…

Le rapprochement avec la religion n’est sans doute pas si fou, d’ailleurs, Adam et Eve avaient déjà une Apple… 😉

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

via [BoingBoing]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. L’Homme a pas attendu d’avoir des « bidules intelligents » pour être con. Il se débrouillait déjà très bien dans ce domaine à l’époque où il n’y avait que des livres (qui devaient aussi être les « bidules intelligent » du moment)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité