Un cocktail de nanoparticules et de venin d’abeille pour tuer le VIH ?

shutterstock_128569904Le VIH commence à sérieusement trembler sous les assauts de la recherche. Alors qu'un bébé vient juste d'être guéri de ce fléau, voici que des scientifiques viennent de prouver qu'un savant mélange de nanoparticules et de venin d'abeille peut venir à bout du virus !

Des médecins de la Washington University School of Medicine de St Louis viennent de mettre au point une nouvelle molécule apte à détruire le VIH et à prévenir la propagation de la maladie.

Samuel A. Wickline a découvert la clef de voûte de cette formule et il s’agit ni plus ni moins que de peptides melittine cytolyic. Sous cette appellation barbare se cache simplement des sous produits du venin d’abeille. Sa particularité est de pouvoir dégrader l’enveloppe protectrice qui entoure le VIH.

Pour réussir cet exploit, l’équipe a confronté plusieurs souches du VIH à un cocktail de nanoparticules et de melittine cytolyic. Ils ont finalement constaté qu’avec de fortes doses, le mélange détruit le virus et surtout, il n’esquinte pas les cellules environnantes. Tout le monde est sain et sauf.

L’astuce est ingénieuse. Le combo de nanoparticules agit concrètement comme un filtre, les cellules saines sont donc stoppées alors que les cellules malades, plus faibles et petites, entre en contact avec la toxine, qui en vient alors à bout.

Ainsi, il faut parfois savoir sortir des sentiers battus. Au lieu d’empêcher le VIH de se répliquer, la technique de Wickline implique la dégradation de la structure du virus. Cette méthode offre beaucoup d’espoir de rémission, et également pour des maladies comme l’hépatite B et C.

Concernant la posologie de ce futur médicament, elle reste non invasive et originale puisqu’ils escomptent dériver ce produit… en gel vaginal. Il pourrait être combiné à un spermicide, et en somme, vous obtenez un double effet Kiss Cool digne de Chuck Norris.

N’oubliez pas, vous pouvez suivre Gizmodo.fr sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+ !

[io9]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Pour peu que cette info soit vraie, ce serait quelquechose d’assez… marrant, dans un sens. Le seul espoir connu pour se sortir de cette maladie viendrait d’une toute petite bête qui est se fait de plus en plus rare à cause de nous.
      Comme quoi, on peut avoir l’impression de dominer la nature, mais tôt ou tard, elle se venge cruellement.

  1. Ha sa fait plaisir en esperant qu’il arrive a mettre sa vite au point et pouvoir commencer les test a grand echelle félicitations

  2. Mais n’importe quoi!!!
    Cette solution n’offre aucun espoir de rémission: il s’agit d’un moyen de PREVENTION de l’infection, c’est pourquoi le but est d’en faire un gel vaginal.
    Je m’explique si ça intéresse quelqu’un:
    Il fonctionnerait comme une barrière: appliqué avant le rapport sexuel, il n’aurait aucun effet néfaste sur la muqueuse vaginale (dont les cellules sont bien trop grandes pour entrer en contact avec la toxine qui se trouve à l’intérieur des nanoparticules), alors que les virus passeraient sans problème les « mailles » de la nanoparticule et leur enveloppe externe serait détruite par la toxine, les empêchant ainsi d’infecter toute cellule…

    1. Sauf que nul part il a été dit que ça guérit les patients, il est juste dit que ça tue le virus.
      Mais bon, cette envie de faire le malin était plus forte que toi.

      1. Pas du tout 😉
        Avant-dernier paragraphe: « Cette méthode offre beaucoup d’espoir de rémission… » j’ai pas inventé…
        Après si ton but était juste pour agresser gratuitement, je perds mon temps…

  3. Pourquoi se faire chier à inventer un gel protecteur, alors qu’on a toujours les préservatifs qui fonctionnent tres bien à ce que je sache^^ et pourquoi parler de rémission alors qu’il s’agit d’un truc préventif.. faudrait quand même réfléchir un minimum quand on rédige un article parfois..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité