E-Speed, le scooter électrique signé KTM

E-Speed

E-SpeedSi l'on connaît KTM pour ses moto sport, il va désormais bel et bien falloir compter sur la présence du constructeur sur un segment plus urbain. Trois ans après la Freeride, sa première moto électrique, place à l'E-Speed, un scooter électrique qui pourrait facilement trouver sa place dans nos rues.

Forte d’un chiffre record en 2012, la firme de Mattighofen signe ici son tout premier scooter, en faisant qui plus est le pari de l’électrique. Une position grandement défendue par le PDG de KTM, Stefan Pierer : « L’E-Speed et la Freeride E peut aider les conducteurs de deux roues à se faire mieux accepter de la société. Pas seulement pour leurs bénéfices pour l’environnement, mais également parce qu’ils sont faciles à utiliser, rapides et simplement fun.« 

Le design atypique de cet E-Speed est signé Gerald Kiska. Un moteur de 14,7 chevaux permet au scooter d’atteindre les 85 km/h tandis que ses suspensions sont toujours signées WP. Il faudra maintenant attendre les premiers tests en ville pour se faire une idée plus précise des possibilités de la bête…

[motorevue]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Saviez-vous que le scooter ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les scooters électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un scooter électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de scooters à recharger…).

    1. C’est connu gros!
      En attendant, il faut changer les moyens de production et de consommation. Il faudra donc passer par une phase de transition et il est fort possible que le gain soit négatif pendant ce laps de temps.

  2. Ouais, le prix serait aussi pas mal 😀 Parce que bon si c’est comme pour tous ces scoots de bobos parisiens ultra chers, je préfère rester sur mon véritable 2 roues (street triple pour les amateurs, tu peux pas test).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité