Une heure en Solowheel, le monocycle motorisé

Solowheel

SolowheelAlors que l'hiver touche enfin à sa fin et que revient le temps de déambuler à l'air libre, Gizmodo a testé pour vous le Solowheel, un transporteur personnel révolutionnaire dont le stabilisateur, la batterie et le moteur électriques sont cachés dans sa seule et unique roue. Impressions…

Solo.. Quoi ?

So-lo-wheel ! La roue unique. Fruit des travaux d’Inventist inc., une start-up américaine, le Solowheel est un engin révolutionnaire, à mi chemin entre le monocycle utilisé par les acrobates de cirque, et le Segway, qui devait révolutionner le transport urbain il y a déjà de cela quelques années.

Merveille de compacité , le Solowheel embarque dans sa seule et unique roue un moteur électrique, une batterie ainsi qu’un stabilisateur gyroscopique, assurant l’équilibre de son utilisateur.

Véritable alternative aux vélos et autres trottinettes électriques, le Solowheel affiche une autonomie de 16 kilomètres, une vitesse de pointe de 16 km/h pour un poids limité à 11 kilogrammes. Cet engin roulant non identifié (O.R.N.I.) peut il pour autant révolutionner les transports urbains ? Nous l’avons testé il y a quelques semaines sur les trottoirs parisiens.

Prise « en pied »

solowheelGrâce au concours d’Alexis de la boutique Alternative-Bike à Paris, nous avons pu tester l’engin pendant quelques heures début Mars. Grâce à une poignée surmontant le Solowheel, la première prise en main se passe bien même si on se demande si le produit n’est pas plus lourd que les 11 kilogrammes annoncés. Mais la difficulté, c’est bien évidemment la « prise en pied » avec les premiers tours de roue sur l’engin.


Contrairement à la plupart des véhicules qui trouvent leur équilibre sur 4 roues, 3 roues voire 2 roues (+ votre pied), le Solowheel est naturellement instable d’autant que vous devez poser vos pieds de part et d’autre de sa roue, sur les deux marche-pieds escamotables. Le départ est donc un exercice périlleux et il faut s’aider du mobilier urbain, d’un mur ou d’un Alexis pour réaliser les premiers tours de roue sans perdre son équilibre et faire valdinguer le Solowheel et ses 11 kg dans une vitrine ou la portière d’un véhicule garé à proximité.

Après quelques faux départs et la prise de conscience qu’il ne faut pas regarder ses pieds mais loin devant soi, on arrive effectivement à se propulser sur l’asphalte parisien. En ligne droite, l’engin trouve son équilibre, en silence, avec un relatif confort grâce à son véritable pneu en caoutchouc. Pieds joints et mains libres, vous sollicitez dès lors principalement.. Votre oreille interne ! Une inclinaison vers l’avant permet d’accélérer et d’atteindre la vitesse de 16 km/h. Une inclinaison vers l’arrière permet de ralentir et d’envisager un arrêt (sous réserve de sauter de l’appareil et d’agripper la poignée au vol.) Par contre, les 60 minutes de notre test ne nous auront pas permis de maitriser les virages, sans doute faute d’espace nécessaire pour tester le bon angle.

Instabilité


marche piedAlternative Bike nous avait confié le Solowheel tout un week-end mais une heure de prise en main nous a semblé suffisante pour nous faire une idée de ce transporteur …

Les ingénieurs d’Inventist inc ont bien travaillé : le produit est compact, solide et permet de rivaliser avec un cycliste en ligne droite sur terrain plat. Mais dès que le trottoir se charge de piétons, la donne change. Après une ou deux chutes, on a même tendance à se crisper, ce qui réduit d’autant l’équilibre sur un engin qui exige au contraire une certaine souplesse dans les jambes et sans doute.. dans la tête.

Nous avons également eu tendance à relativiser sa multimodalité. Plus compacte qu’une trottinette, l’appareil peut effectivement être porté d’une seule main, comme un attaché case. Mais il est un peu lourd (11 kilogrammes), et vous aurez rapidement envie de le poser par terre, sans pour autant être serin puisque sa seule et unique roue ne lui permet pas d’être en équilibre sur le sol.

Verdict ?

roueDifficile de se faire un avis définitif en une seule heure de test. Après tout, les premières heures sur un vélo, des skis ou un surf sont également difficiles, et c’est bien en insistant que l’on finit par découvrir le véritable plaisir de la glisse.

Spécialistes des modes de transports urbains (vélo, trottinettes voire skate board électriques), Alexis d’Alternative-Bike ou Vincent de la boutique en ligne UltraMobility sont d’ailleurs dithyrambiques sur le Solowheel (Et pas seulement parce qu’ils le vendent !) pointant la possibilité de se déplacer en gardant ses mains libres, et de ranger facilement l’engin chez soi ou à son bureau. Même enthousiasme pour Florence, qui a également testé le Solowheel dans les rues de Paris (test Solowheel)

Se procurer un Solowheel ?

A ce propos, le Solowheel est en location et en vente chez Alternative Bike à Paris (www.alternative-bike.com/ 227 Rue Saint-Martin  75003 Paris) ou sur www.solowheel.eu (baisse de prix à 1899 € TTC), le site de l’importateur. Si vous avez envie de chevaucher cet « ORNI » et de créer la stupéfaction parmi les badauds, c’est clairement le produit qu’il vous faut !

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. il existe des alternatives plagiées comme le WHEELY 500W, ou IPS, ou encore AIR WHEEL X3, qui coutent moins de 900 euros voir même moins de 500 euros frais de port compris sur ebay (airweel). La société SOLOWEEL se fout donc bien de la gueule du monde en vendant ce produit fabriqué en chine à 1 900€….

      1. nous sommes fabrication de porcelaine pour l’équilibre de l’auto monocycle , nous pouvons vous fournir le scooter électrique similaire moins cher que Solowheel

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      2. Je suis bien d’accord avec toi sur le prix. J’ai moi même opté pour une monoroue électrique IPS depuis le mois d’avril et ca tiens super bien la route.
        Pourquoi mettre 1200€-1300€ sur un engin qui n’a pas forcement de grosse plus value technique par rapport à d’autres marques chinoise. Après peut-être que pour le SAV c’est mieux d’acheter une marque française

  1. Moi j’ai testé pendant une heure le ZeroWheel.
    .
    C’est comme le SoloWheel mais avec une roue de moins.
    Quand je reçois le paquet (pas plus grand qu’une boite à chaussures), je l’ouvre avec fébrilité.
    Le ZeroWheel est composé de deux éléments ressemblant à des baskets.
    Je chausse les deux éléments : attention ne pas se tromper, l’un va sur le pied gauche et l’autre sur le pied droit.
    Ne pas oublier de les fixer fermement aux pieds en nouant les deux lacets qui sont fournit avec.
    Aussitôt on en ressent le confort, la souplesse des semelles fait que l’on sautille sur place pour apprécier l’élasticité et le rebond des semelles.
    Ca y est je me déplace, simplement en avançant un pied puis l’autre. La coordination du mouvement est quasiment naturelle. J’ai presque l’impression d’avoir fait ça toute ma vie. La prise en main du ZeroWheel est absolument stupéfiante. Je tente une pointe de vitesse, j’allonge la foulée et le ZeroWheel répond au doigt et à l’oeil. Mais dans la précipitation je heurte une vieille dame : il faut prendre garde à la vitesse. Les performance de ce ZeroWheel sont éblouissantes. Et tout ça dans le plus grand silence, on sent juste le frémissement du vent dans les cheveux, on entend clairement les voix des passants qui s’écrient « vous ne pouvez pas faire attention tout de même ? » c’est la griserie de la vitesse et tout ça avec zéro consommation d’essence et zéro consommation d’électricité. Sur ce point indéniablement le ZeroWheel est supérieur au SoloWheel.
    Parmi les points négatifs que j’ai noté : le manque d’entrainement fait que l’utilisation du ZeroWheel fait un peu mal aux jambes à la longue. Un autre petit défait est l’odeur caractéristique des pieds quand on enlève les ZeroWheel.
    Conclusion, le bilan est particulièrement positif. C’est bien simple, à présent je porte mes ZeroWheel du matin jusqu’au soir.
    Je le recommande vivement à tous les férus d’écologie, c’est particulièrement bon pour la planète.
    J’ai entendu parler de versions sportives des ZeroWheel, il parait que certaines version conçues pour fonctionner sur une pelouse seraient utilisées pour taper dans un ballon.
    je poursuis mon enquête et je vous tiens au courant.

    1. Ah ! vacherie ! j’ai cherché ce fuck*** de Zerowheel sur google pendant 5 minutes quand j’ai pigé ! Comme je connais ces genre de langues à ressort qu’on fisque sur les pompes, tsé, le genre de ressort et on cours avec ; j’eum suis dit ba y z’ont inventé mieux, plus petit,[strike] plus[/strike] moins casse gueule ….
      quoi … on peut rigoler, non … (pfff la honte !!) :oD

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Bonjour..
    J’ai un solowheel depuis environ 1 an et demi et franchement pour moi c’est positif ( je suis sur Paris ) … C’est vrai qu’au début il faut un temps d’apprentissage mais après c’est super, et en dehors de l’utilité les sensations sont agréables… Et puis après 1 an et demi je peux dire que c’est solide , mis à part quelques rares crevaisons je n’ai jamais eu acun probleme avec. Frederic

    1. Je suis l’importateur ultramobility.net et solowheel.fr. Frédéric, pouvez vous me contacter sur Skype : vintive ?
      Nous conseillons 15 min par jour pendant 4 jours (près d’une barrière pour commencer), le temps que les neurones construisent le réseau de réflexes.
      Les 4 premiers jours on a mal au mollets. Moi je me suis lancé sans savoir skier ni faire du roller. Au bout de 4 jours on est autonome. Au bout de 4 semaines ont est hyper à l’aise en freinant et virant parfaitement, toujours 15 min par jour.

      1. nous sommes fabrication de porcelaine pour l’équilibre de l’auto monocycle , nous pouvons vous fournir le scooter électrique similaire moins cher que Solowheel

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. Vous êtes sévère de juger un appareil au bout d’une heure d’utilisation en 1H avec des rollers on est aussi peu à l’aise que ce que vous décrivez, il faut évidemment plusieurs semaines d’utilisation et un bon équilibre pour en profiter pleinement. Pour le prix oui c’est chère par contre, moins de 1000 euros sinon ça se vendra qu’à quelques exemplaires.

  4. Cool et fun, j’aimerai beaucoup tester ! Mais effectivement, 1900€ c’est trop cher, c’est 2x plus cher qu’un Ewee.
    Et puis, 1200$ sur le site du constructeur, si on ajoute la TVA, etc. On arrive disons à 1200€, d’où sortent les 700€ de plus ? :S

  5. Comme le mentionne Aurelien, des équivalents bien moins chers existent, sur http://www.air-wheels.com/ le premier prix commence a 489e. Et apriori ces modeles chinois font le même boulot..
    Je pense que Solowheel veut rester un produit « elitiste » d’ou sa position tarifaire.

  6. C’est marrant mais quand je lis les arguments de vente sur le site solowheel tout semble parfait. Mais qu’en est t’il dans la réalité ? Est il simplement autorisé à la circulation sur la chaussée ? On l’a vu avec les mini motos. Si oui , Quel type d’assurance peut couvrir le propriétaire en cas de « rencontre » physique avec un piéton et encore plus un enfant ? Il est motorisé, est il autorisé pour partager la chaussée avec les piétons ? Les chaussée sont déjà encombrée de monde, de vélo, de trottinette, de poussette, etc … . Ensuite, Motorisé (en principe) = route réservé pour voiture. Encore, Pas de sécurité arrêt total si conducteur n’est plus dessus « continue de rouler au ralenti ». D’accord mais si va sur la route et provoque un accident avec une voiture voulant l’éviter ? Qui responsable, le fabriquant ? l’importateur ? le conducteur ? Et dans les descentes, prend t’il de la vitesse ? Ensuite l’autonomie réelle des batteries ? sachant qu’elles s’usent inexorablement et que la charge maximum diminue avec le nombre de recharge ? Faut t’il racheter des batteries au bout d’un an ? Batteries jamais prévues dans la garanties car c’est un consommable. Ensuite, sur chaussée parfaitement lisse, « semble » être au point ; sur chaussées déformées comme beaucoup sont les trottoirs pour piéton : trou, bosses, sillon creusés par les mauvais raccords de bitume, voir même rail de tramway ??? J’habite à Nantes, j’ai abandonné le roller rien qu’à cause de ça ! Bref pour finir, j’en passe et des meilleurs !!! En fait quand je lis les arguments de vente, je trouve toujours un contre argument ! Je me méfie des arguments à outrance et donc des trucs soi-disant super mais sont en fait de super attrape gogo ! Mais comme je suis pas fermé à la technologie, je vais l’essayé mais je l’achèterais ailleurs car 1990€ sans garantie de reprise si pas satisfait, je tiens pas à me faire avoir. D’autant que les concurrents proposent exactement les mêmes caractéristiques techniques que celui-ci mais largement moins cher.

  7. Et j’oubliais, c’est bien d’envahir les trottoirs piétons de toutes sortes « d’engins » motorisés ou pas, après tout, pour faire « bobo » , « hype », « djeuns » … ça fait vendre, mais n’oublions pas que nous sommes des piétons avant tout et que les trottoir appartiennent d’abord aux piétons ! Solowheel ne peut pas vendre une chose qui finira peut-être par envahir l’espace piéton (ou peut-être pas !) sans prendre la responsabilité de ses conséquences en cas de problèmes …

  8. Et ça représente aussi la société dans laquelle nous vivons : les gens veulent tout sans faire un minimum d’effort ! Va t’on finir en étant des « Fat-solowheel » ! De gros Bibendum puant l’égoïsme et la sueur, des replis de graisse de notre peau, sur roue ? De même qu’il existe des béquilles ressorts qui prennent encore moins de place qui ne consomme rien, même pas d’électricité, car mues par l’intelligence et les muscles de celui qui les portent ! Encore plus écologique donc et ça entretient la ligne. Car choisir entre Gras en mauvaise santé ou Svelte avec une bonne santé, moi j’ai déjà choisi.

  9. Très bon le Zérowheel :-)
    Je comprends tous ces commentaires (gros, trottoirs envahis…) mais je peux simplement ajouter qu’après plusieurs semaines avec mon monocycle électrique (équivalent d’un solowheel), j’utilise moins ma voiture pour des trajets de quelques kilomètres. Peut-être quelques particules Diesel en moins dans l’air de nos villes.
    Vous avez tout à fait raison mais il y a aussi quelques avantages pour notre société à utiliser un monocycle électrique (je suis d’accord avec vous, la force humaine pour avancer est la meilleure solution mais le monocycle électrique est peut-être une phase intermédiaire)

  10. Bonjour,

    Le mieux et de venir tester ces nouveaux modes de transport pour pouvoir en parler en toute connaissance de cause ! POur information le revendeur E-ROUE spécialisé dans les monoroues gyroscopiques, lance la  » Rando roue  » sur PARIS.
    Ce rendez-vous mensuel réunira tous les adeptes franciliens de ce nouveau mode de déplacement écologique, pratique et ludique qui fait de plus en plus d’émules en banlieue parisienne et dans la capitale.
    La première édition se déroulera le samedi 7 février 2015 (un trajet d’une heure entre 11h et 12h, mêlant parcs, zones piétonnes et rues pittoresques).
    Le lieu du départ et le parcours seront dévoilés le samedi 24 janvier 2015 sur leur page Facebook « Funnybike roue électrique » et sur le site internet http://www.funnybike.fr
    Petite informations stratégiques pour motiver les troupes en cette période hivernale : un « Apé-roue » sera offert à tous les participants à l’issue de la ballade et une recharge des monoroues électriques sera possible pour ceux qui souhaiteraient faire durer le plaisir sur l’après midi.
    Petite vidéo de démonstration pour ceux qui souhaitent découvrir avant de pratiquer :
    https://www.youtube.com/watch?v=qd5bAVcuxho&feature=youtu.be

  11. Bonjour,
    Bonjour, pour information, E-ROUE lance la première édition de la « rando roue parisienne » mensuelle ce samedi 7 février 2015 : une ballade en monoroue gyroscopique (un mode de déplacement urbain tout à fait surprenant, pratique et écologique qui devrait bientôt séduire de nombreux parisiens) de 6-7 km entre 10h30 et 12h sur les trottoirs et voies piétonnes parisiennes.
    Le rendez-vous de cette première édition a été programmé à 10h30 au Café le Transit (métro Invalides).
    La « Rando Roue » démarrera par une promenade bucolique sur les berges de la seine (qui sont aménagées en zone piétonne), depuis le port des invalides jusqu’au musée d’Orsay. Le peloton s’élancera ensuite vers le Louvre, les halles, la rue montorgueil, puis empruntera les petites rues piétonnes et trottoirs jusqu’à la place de la République.
    « L’apé-roue » sera offert au café Monde et médias à tous les courageux participants qui auront bravé le froid pendant plus d’une heure pour mettre à l’honneur ce nouveau mode de transport écologique, pratique et ludique.
    Plus d’information sur leur facebook https://www.facebook.com/Funnybike75 ou leur site http://www.funnybike.fr

  12. Pour rebondir sur le point « la chaussée est déjà assez envahie de piétons, poussettes…». Certes c’est vrai, mais plus il y aura de mobilité électrique légère dans les villes, plus celles-ci reverront et amélioreront leurs systèmes de déplacements urbains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité