Fleur Pellerin réagit à l’affaire AppGratis

AppGratis

AppGratisL'affaire AppGratis fait grand bruit en ce moment. Ejectée par Apple de l'App Store quelques semaines après avoir levé 10 millions d'euros, la société est désormais défendue par Fleur Pellerin.

Fleur Pellerin, la ministre de l’Economie numérique est particulièrement remontée contre la politique d’Apple à l’encontre d’AppGratis. Ejecté de l’App Store pour avoir violé l’une des règles du marché d’applications (« les applications faisant la promotion d’autres applications payantes de quelques manière que ce soit et interagissant de façon perturbante avec l’Apple Store seront rejetées »), AppGratis voit son business model ébranlé.

Inutile de préciser que l’histoire est d’autant plus tragique pour la société, qui aura réussi à lever 10 millions d’euros en début d’année. Pour en revenir à Fleur Pellerin, elle n’a pas manqué d’égratigner Apple lors d’une conférence de presse de crise tenue hier :

« Du jour au lendemain, une application peut être déférencée et cela met en péril des emplois. »

Nos collègues d’ITespresso sont allés à la recontre de la ministre :

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Ben de la même manière il faut dissoudre la répression des fraudes car si un industriel trompe un client, c’est une affaire privée !

      1. Rien à voir, les termes du contrats Apple – Developpeurs sont clairs…..
        Il n’y a pas eu tromperie de la part d’Apple. AppGratis ne respectait pas le contrat, c’est tout
        Quand un supermarché ne veut plus d’un fournisseur, elle lui casse son contrat.
        Rien à voir avec un industriel qui trompe un client, là on est dans un cadre pénal, je suis d’accord.
        Fleur Pellerin devrait se faire envoyer une copie du contrat avant de l’ouvrir….
        Et je redis, l’état n’a pas à s’immiscer dans les boites privées, si Apple est en tort, il y a de très bon avocat pour ça….

    2. Au contraire, l’état devrait réguler les CGU ultra restrictives et complexes, la plus part du temps unilatérale (qui va dans le sens de l’entreprise qui rédige), qui concernent les utilisateurs Français.
      Apple, et bien d’autres, se gave de ces « contrats », bafouant parfois les droits fondamentaux d’un client (je ne débattrais pas du cas Steam qui est un parfait exemple).

      Même si AppGratis n’est pas en droit, Apple pourrait au moins fournir le motif du retrait, poser une (des?) conditions pour un possible retour de l’appli et être professionnelle dans sa démarche, retrait du jour au lendemain alors que l’appli a déjà effectuée plusieurs mise à jour par le passé…

  1. Gouvernement de bras cassés… Je ne vois pas en quoi elle a son avis a donner. Les termes de soumission de l’app store sont pourtant clair alors la personne qui embauche 45 employés pour envoyer une push notif par jour ne peut pas nier avoir été mis au courant

    1. Les CGU de l’app store sont claire ?
      Ben voyons, les validations de l’app store c’est de la roulette russe. Pourquoi avoir validé cette app pour la sortir ensuite ? Juste au moment ou app gratis commence à se développer aux états unis comme par hasard.
      Apple c’est une boite noire et c’est ça qui les perdra. J’ai plusieurs clients qui en ont soupé des conditions générales à géométrie variable d’apple.
      L’etat est justement là pour éviter que ce genre de situation perdure. L’union européenne aurait du contraindre apple a assouplir ses GCU mais une fois encore ils sont aux abonnés absents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité