Les maths ne servent… à rien !

maths

mathsAvouons-le, nous ne sommes pas tous d'excellents matheux, voire même des quiches. Vous en avez soupé des calculs, de l'algèbre et de la géométrie. A quoi peuvent donc bien servir toutes ces théories stupides, ou équations dans la vraie vie. Qui a besoin des maths !

Bon, vous avez certainement besoin des bases des mathématiques comme l’addition, soustraction, multiplication. Soit, mais rien de bien plus complexe.

Laissez les mathématiques croupir dans votre cerveau. L’Atlantique a trouvé ce graphique réalisé par le sociologue Michael Handel de la Northeastern University. Handel a interrogé 2 300 travailleurs dans les années 2000 pour comprendre si les mathématiques avancées leurs étaient utiles.

Si une personne est bonne en maths et veut travailler dans un métier qui requiert ces compétences (l’enfer…), il va falloir bosser dur ! Pour les autres, mis à part l’addition et la soustraction, on se demande bien pourquoi nous prenons des cours de mathématiques avancées chaque année.

On nous a menti, dupé, fourvoyé…

Maths

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. De mon avis, tout dépend l’activité professionnel. Pour le reste, les maths ne sont pas indispensable mais peuvent permettre de grande chose et un gain de temps considérable sur de nombreux projets. La seul chose compliqué et de savoir quand les utiliser et quel méthode utiliser.

    1. « La seul chose compliqué et de savoir quand les utiliser et quel méthode utiliser. »

      ->C’est exactement comme l’orthographe !

      « La seulE chose compliquéE et de savoir quand les utiliser et queLEl méthode utiliser. »

      Et je fais simple…

    2. Quel est le niveau de raisonnement requis pour vivre au quotidien?

      On peut facilement imaginer une vie sans aucun développement intellectuel, un bref regard sur des séries télévisées suffit pour s’en convaincre, et comprendre le rêve social du public visé. Que l’individu manipule le verbe avec aisance, ou sa plastique avec charme, ou son porte monnaie avec perfidie et le voilà propulsé dans une société complaisante. Mais quelle société!?

      Plus sérieusement, tout dépend des questionnements et des chemins que l’on décide d’affronter. Au delà des questions personnelles ou philosophiques( encore que…), tout ce qui touche la société, s’analyse sur fond de modèles mathématiques, informatiques ,..et de la statistique.

      Prenons l’exemple de cet article, il utilise un graphe statistique pour se plaindre de l’inutilité des mathématiques, c’est plutôt amusant. Mais, comme on devrait l’apprendre en cours de statistique descriptive, il faut éviter de prendre les chiffres pour ne leurs faire dire que ce que l’on voudrait entendre.

      Ce graphique illustre le taux de pénétration de quelques domaines d’activités mathématiques dans un groupe d’individus issu du monde du travail.

      Première remarque: Peut-on dire que:
      plus le niveau de difficulté augmente, moins l’activité est utilisée dans le monde du travail?
      C’est assez évident pour les 3 opérations, ce l’est moins pour les autres domaines mais cela reste plausible.
      Il serait intéressant de croiser avec un classement de ces activités par ordre de difficultés perçues croissantes.
      Je n’irai donc pas jusqu’à dire « que l’on n’utilise que ce que l’on comprend, et que plus c’est difficile moins il y a de gens qui comprennent et utilisent ».

      Deuxième remarque: L’article d’origine pose bien d’autres questions.

      Troisième remarque: De l’utilité des mathématiques.
      Les mathématiques sont partout, se développent plus que jamais, silencieusement, mais il faut ouvrir le capot pour les voir.
      Exemple: l’outil informatique que j’utilise pour répondre et transmettre mon point de vue est gorgé de mathématiques. (interface graphique, polices de caractères vectorielles, …,logique de la programmation)

      Dernière remarque: De la perception des mathématiques dans notre société
      Les mathématiques sont d’autant plus mal perçues que l’on en a souffert.
      Le problème est que l’enseignant qui devrait les rendre attrayantes, enrichissantes, créatives, surprenantes et constructives, et au combien structurantes, peut se sentir lui-même frustré, pour x raisons, et transmettre tout autre chose. Aidons les mathématiques, elles nous le rendront.

      Cordialement,

  2. C’est bien d’apprendre les math à l’école, ça dévellope une certain sens de l’analyse…. c’est en rien inutile, méme si on ne se sert pas de toute les formule qu’on a appris dans la vie…

    1. Exactement! Ca développe une manière de penser, une logique. Et meme si certain dirons que maintenant il y a les ordinateur pour calculer a notre place, rien ne vaut une personne qui connait ces base dans ces moments ou un problème est tellement spécifique qu’un ordinateur ne devient plus d’une grande utilité…

  3. Relisez-vous, les mecs ! C’est pas parce qu’on parle d’un article consacré aux maths qu’il faut écrire comme des pieds !

  4. Même si rares sont ceux qui utilisent aujourd’hui des connaissances avancées en mathématiques, les compétences acquises au cours des exercices perdurent. Ainsi, les mathématiques permettent le développement de la capacité à prendre du recul, de la rigueur (traiter toutes les possibilités) et de la rapidité dans nos réflexions (chercher une solution parmi de nombreuses possibilités). Ce sont autant de qualités recherchées actuellement dans le monde du travail.

    1. Oui mais les maths n’est pas pas le seul moyen de développer un esprit apte à prendre du recul et analytique: Le Français, où l’on apprend aussi a développer un esprit critique (qui est assez important d’ailleurs) Et puis si l’on raisonne comme dans l’article, peut de ce que l’on apprend en cours n’est utile: j’veux dire au lieu de nous apprendre comment simplifier une fonction polinôme, on ferais bien de nous apprendre a planter des clous, ou faire a manger ou encore toutes ces choses utiles dans la vie!

    2. Oui mais les maths n’est pas pas le seul moyen de développer un esprit apte à prendre du recul et analytique: Le Français, où l’on apprend aussi a développer un esprit critique (qui est assez important d’ailleurs) sert aussi. Et puis si l’on raisonne comme dans l’article, peut de ce que l’on apprend en cours n’est utile: j’veux dire au lieu de nous apprendre comment simplifier une fonction polinôme, on ferais bien de nous apprendre à planter des clous, ou faire à manger ou encore toutes ces choses utiles dans la vie!

    3. C’est ridicule, ou alors une sorte de démonstration par l’absurde peut être? Tout ce que vous énuméré peut être acquis par d’autres activités intellectuelles de façon tout aussi efficace.

      1. je vais te présenter mon oncle et mon cousin ,ils sont dans le top 10 des meilleurs mathématiciens français ,on en reparle après ensemble d’accord ? :)

  5. Que ça ne serve pas au quotidien, je suis complètement d’accord. Cela dit, je crois que les maths m’ont apporté une logique pour résoudre des problèmes ou définir des ordres de grandeur. Pour le coup, cet aspect mon théorique est très intéressant et sert tous les jours.

  6. On parle souvent de maths à l’école, de leur utilité dans la vie, même l’éducation nationale avait parlé à un moment, il me semble, de mettre un peu plus l’accent dessus.
    Et apprendre sa langue correctement, non ? Qu’on soit Français, Américain ou autre, le niveau est tellement bas que c’en est affolant. Alors avant d’apprendre à faire des « maths avancées » (qui, je suis d’accord, aident à développer une certaine logique, et sont donc nécessaires dans une certaine mesure), ça serait pas mal qu’on parle de l’apprentissage de sa langue. On en parle beaucoup sur le web vu l’étalage d’illettrés mais au final, c’est toujours des maths dont on se préoccupe… Parce que les sciences, ça fait intelligent. Alors que bien écrire, ça fait juste « celui qui se la raconte à savoir écrire ». Euh… ok.

    1. Je sens une certaine frustration chez toi, prof de français en faillite
      Non sérieusement le langage mathématique est universel à défaut d’une langue qu’on peu aisément remplacé par une autre(disparition du latin) les maths perdurent eux et ceux à travers le temps s’améliore sans cesse et sont les fondements de bon nombre de raisonnement scientifique tirant l’humanité vers le haut
      Je ne dénigrerais pas la langue pour autant car bien savoir s’exprimé est aujourd’hui le minimum pour toute bonne personne qui se respecte.
      Et d’avance excuse moi si j’ai fais des fautes d’orthographe car non je n’estime pas être une bonne personne 😉

  7. De quoi parle t-on ? L’enseignement des maths est indispensable, certes 90 % de ceux qui recevront cet enseignement n’auront pas à se servir de ces ACQUIS, mais nous avons besoin d’ingénieurs, pour nos futurs avions, voitures, immeubles, ponts, ordinateurs, téléphones, etc…

  8. En lisant la première phrase on sait déjà que cet article est fait pour (et par) des personnes pour qui les mathématiques constituent une matière que très peu étudier et pour certains inaccessible. Bien évidemment les mathématiques etudiées après la 6ème ne serviront qu’à quelques 10% des personnes dans leur vie professionnelle mais cela aide grandement à la compréhension et la déduction à partir de plusieurs éléments. On peut donc dire que si les personnes qui ont écrit cet article avaient un peu plus réfléchie celui-ci n’aurai jamais vu le jour…

      1. Bonjour, observateur de notre pauvreté orthographique française.
        C’est gentil à vous de signaler ces affronts à notre belle langue, cependant, je vous signale que « bon-sang » ne prend pas de trait d’union. Faites attention la prochaine fois ! Parole de correcteur.
        Cordialement.
        Correctorman

    1. 10% des maths utile dès la sixième. On pourrait aussi dire la même chose des langues étrangères ou de la géographie. C’est vrai que cet article est bidon, pourquoi je commente ca moi ?

  9. Donc Florence nous avoue ne pas être douée en maths.
    Nous avons tous constaté sa faiblesse en orthographe grammaire.
    Son incompréhension des sujets techniques et/ou scientifiques est une référence en la matière.
    .
    Donc elle doit être bonne en cuisine, ou autre chose, parce qu’autrement je ne vois pas comment elle aurait pu être embauchée ici. 😉

  10. J’aimerai qu’on m’explique en quoi un médecin, à moins peut être d’être un chercheur ce qui ne représente qu’une infime fraction de cette population, a-t-il besoin d’être un cador niveau Math Sup pour bien faire son métier?
    Et pourtant ils en bouffent durant leur cursus !

    1. Mécanique, chimie, biologie, …
      Il faut savoir utiliser l’outil mathématiques dans chacun de ces domaines qui sont la base de la médecine. Je trouve l’article affligeant. En quoi se cultiver doit-il avoir un lien avec le scolaire ou le professionnel? On ne peut pas le faire pour le plaisir?

  11. Une Magnifique brochette de commentaires de personnes voulant se rassurer que le temps perdu et le stress engendré sur des problèmes de mathématiques inutiles ont pu leur servir dans la vie … 😀

    Bref, on sait depuis des années que l’enseignement n’est pas au point.

  12. Le problème de l’article est déjà un problème de logique mathématique quelque part…
    On part sur un titre disant que les mathématiques ne serviraient à rien alors que l’étude en question montre juste la part de l’utilisation des mathématiques en milieu professionnel. Donc on est hors sujet, la question n’est pas de savoir si les maths ne servent à rien en général, mais juste comment on s’en sert au boulot.
    Qui peut sérieusement nier l’utilité des mathématiques? Elles sont le fondement de beaucoup de nos connaissances et nous en bénéficions largement tous les jours dans notre style de vie aujourd’hui (ordinateurs, coordonnées gps, moyens de transports etc.).
    Le vrai problème (selon moi) c’est plutôt la pression qui peut être mise sur les élèves avec les mathématiques à l’école comme moyen de sélection. On connait tous des gens super intelligents nuls en maths et inversement, des débiles bons en maths qui sont justes bons à appliquer des modèles « bêtement » et incapables de pure réflexion. Et le système est fait de telle sorte que c’est souvent ces personnes qui intégreront les grandes écoles et auront les bons jobs.
    En conclusion, les mathématiques sont centrales et personnes ne peut le nier, mais faire reposer un système éducatif sur elles est une erreur. La preuve sur le graph de l’étude montrant qu’elles ne sont finalement pas très appliquées dans la vie de tous les jours par la majorité des gens. Mais je pense franchement que de bonnes notions sont indispensables par tout le monde.

  13. Quand je vois le nombre de gens qui ne savent pas faire la différence entre une équivalence et une implication, et confondent causalité et correlation, je pense qu’on ne fait assez de maths à l’école !!!

    Et en plus, on brouille les gens en confondant mathématique, qui un ensemble de méthodes d’analyse, d’axiomatisations, d’outils logiques, avec du calcul et de la géométrie !!!

  14. C’est vraiment navrant de lire des choses pareil… Le système scolaire est là pour enseigner et orienter les élèves vers des voies professionnelles. Comment les élèves peuvent deviner leur attrait pour tel ou tel domaine si on ne leurs fait pas découvrir un certain nombre de matière? Si on va dans ce sens, moi en tant que futur ingénieur, à quoi me sert au quotidien les cours d’histoire de lycée? Ou de SVT? Dans ce sens là on pourrait aussi supprimer la Physique/Chimie à partir du lycée puisque, on est d’accord, ça sera la même histoire que les maths, très peu de monde s’en servira. Franchement à quoi ça va servir de savoir établir l’équa-diff d’un circuit RC? Les applications en sont encore plus restreintes que celles des maths.
    Un tel raisonnement vient sans nul doute de personne très fermées d’esprit pour pouvoir oser avancer de tels choses. Les méthodes d’analyses, savoir résoudre un problème, avoir un avis critique sur ces mêmes problèmes vont de paire avec cet enseignement ou devraient tout du moins.

  15. Etant plus jeune, j’avais le même raisonnement puis, à la suite d’un licenciement et d’une ré orientation professionnelle, j’ai compris l’intérêt des mathématiques et ai même regretté de ne pas avoir été plus attentifs pendant le cours au lycée. Certes, elles ne sont pas indispensables (au delà des opérations de base) dans nombre de métiers mais elles apportent selon moi une capacité d’analyse et un esprit logique fort utile dans de nombreux domaines. Si on part du principe que seul ce qui nous est utile dans notre future profession devrait nous être enseigné, on pourrait également faire l’impasse sur un paquet d’autres matières. A quoi sert la géographie pour une caissière? Le sport pour un comptable? La musique pour un manutentionnaire? La philosophie pour un plombier? Je ne défends pas corps et âmes le système éducatif actuel qui devrait certainement offrir plus de pratique et de concret mais je trouve que l’enseignement des mathématiques au delà de l’addition et de la soustraction est un bienfait. D’autant qu’en france le niveau atteint à la fin de la partie commune à chaque élève (grosso modo jusqu’à la 3ème) n’est pas exceptionnel et trouve des applications pratiques dans des domaines très communs.

  16. Cette « étude » est basée sur des données américaines donc applicable en France. Pour avoir étudié la bas, leurs meilleurs niveau (ce qu’ils appellent calculus) et qui permet l’accès au grandes écoles est notre classe de math lambda.

    C’est à dire qu’au lycée un élève doit faire qq semestre sur 4 ans de math pour valider son « bac » (ya pas d’exams sauf pour les entrées en « classe prépa » type calculus faite au lycée en derniere année.) Ces niveaus il en existe 3 ou 4 en algèbre, 3 ou 4 en geometrie, et ya a encore d’autre alors que nous, nous n’avons qu’un seul programme national commun.

    Peut être que chaque état à son propre système, je ne sais pas. Toujours est il que si on admet qu’une grande partie en France et aux USA finissent leurs lycée, le niveau est LOIN d’être équivalent. Car les élèves ne choisissent que rarement de se spécilisé dans les math (sauf poussé par des parents qui ont les moyens de les faire rentrer dans une fac de prestiges)

    De plus leurs méthodes d’apprentissage sont bêtes. On a va faire 1 ou 2 mois intensif de dérivées par exemple, puis on enchaine sur des primitives et on passe a autre chose. On a juste oublié comment on faisait une dérivée 3 mois plus tard. En france on a une approche plus logique. On pose un « problème » et on résoud en utilisant des outils mathématiques. Certe on ne sait pas bien pourquoi on faite cela et c’est bien domage. Je n’ai trouvé utiles les mathématique avancée que lorsque j’ai eu à les utiliser en physique (Génie Electrotechnique) Tout ca pour faire des séries de fourrier utiles dans le traitements du signale… Ouais bon…

    Ceci dit aujourd’hui je serai incapable de faire une dérivée. J’ai compris les notions de point – déplacement – accélération grâce à cela, mais je ne m’en sers pas du tout.

    C’est dommage que les maths ne soient concrètes, ou que l’on trouve leurs utilités que trop tardivement dans le cursus scolaire. Mais les maths sont partout ! Sauf que l’ordinateur fait les calculs pour nous…et on s’en plaint pas !

  17. @lillymatters
    « Il faut vraiment que vous arrêtiez* »

    @yakuzayang
    S’il y a des ordinateurs qui permettent d’assister l’homme dans les calculs c’est bien par des physiciens/mathématiciens qu’ils ont été inventés, de même pour les programmes/algorithmes qui permettent ces calculs, il y a bien eu quelqu’un ayant des connaissances poussées en mathématiques pour les écrire, c’est bien beau de voir le produit fini et de l’utiliser

    @Al
    Tu ne dois sûrement pas être sur la même longueur d’onde que tes matheux bornés comme tu dis, ça doit sûrement être la rigueur dans leurs pensées et dans leurs propos qui ne t’a pas plu, ne serait-ce pas toi le plus borné dans l’histoire ?
    C’est vrai que troller sur la plus petite faute de français fait avancer beaucoup de chose !

  18. Dans notre monde aujourd’hui et avec la malheureuse vision matérialiste que nous en avons, les mathématiciens/physiciens/ingénieurs dans leur intégralité ont beaucoup plus de pouvoir que n’importe quel gouvernement, l’humain est autant à la merci des mathématiques qu’il ne l’est à l’argent..
    Ce n’est pas vous qui chouiner quand le prix de l’essence et les taux d’intérêts flambent, quand le pouvoir d’achat recule de plus en plus ?
    Essayez de prendre un peu de recul et d’analyser la question dans sa globalité plutôt que de ne regarder que le bout de votre nez et votre petit train train quotidien, « Les mathématiques dans ma vie de tous les jours ? Mis à part vérifier qu’on me rende bien la monnaie ça m’est totalement inutile, donc les mathématiques ne servent à rien ! »
    Quel magnifique raisonnement, digne des plus grandes démonstrations de l’histoire.

  19. Que celui qui a dit que les maths ne servaient à rien est un âne ! Les mathématiques ne se limitent pas uniquement à des calculs algébriques mais à des raisonnements philosophiques.
    La vie c’est les maths. Si les maths n’existeraient pas, nous n’existerions également pas ! Don’t forget it !

  20. la culture générale n’est pas ton fort?
    D’une part, coté logique et rigueur, rien ne vaut les maths!! D’autre part, tes remarques peuvent s’appliquer à toutes les matières (à quoi bon de l’histoire, de la géographie? du français? Des auteurs célèbres? ça me sert à quoi?)

    Pour finir, tu ne fais pas avancer le monde en apprenant que le « stricte nécessaire » sans avoir d’esprit critique et de méthode différentes d’analyse!! Tu peux très rien apprendre à planter des choux pour toi et vivre de choux toute ta vie (grand bien t’en fasse!). Maintenant, si derrière, tu arrives par un savant calcul à augmenter le rendement de tes choux, tu pourras aussi nourrir d’autre personne ! Quelque soit ton métier, et même si tu ne veux pas t’en servir, connaitre certaines choses en math sera toujours un bonus non négligeable!

  21. Ah? Tu me trouveras une activité qui n’a pas besoin des maths et qui est aussi efficaces que celle-ci pour apprendre la logique et la rigueur?

    Non, parce que visiblement, toi, tu as des carences à ce niveau là! La base, quand tu contredis, c’est de trouver un exemple qui contredis (il existe un …), pas de « supputer » !!

    Mais merci, tu m’as bien fais rire! Comme quoi, les maths sont vraiment utiles….

  22. Et toi, en tant que non matheux, tu viens ici avec tes gros sabot, tes raccourcis et tes généralisation nous dire que les mathématiciens sont pauvre d’esprit….je doute que tu arrives à voir les gens pauvre d’esprit étant donné que tu t’inclus directement dans cet ensemble

    Paille, poutre, hôpital, tout ça….

  23. Pour faire de la cuisine, faut des maths… Pour bricoler, faire de la mécanique, de la photo, du Scrabble, faut des maths… Pour acheter et vendre sans se faire arnaquer, pour voyager, pour couper un gâteau en 6 parts égales, faut des maths…
    Pour poser du carrelage, une charpente, faut des maths…

    Cet article me rappelle un diction bien connu : l

  24. L’authentique idiot ne sait pas qu’il est idiot… Cela vaut semble t’il aussi pour des rédacteurs sur des sites web à forte audience !!!

  25. Ce n’est pas tant l’utilisation de ces mathématiques avancées que l’ouverture de l’esprit au monde de la logique qui est important. L’apprentissage de la seule science exact permet en grandissant de former l’esprit à l’abstraction et aux logiques. C’est aussi l’outil indispensable à toutes les autres Sciences. Donc personne n’a menti, c’est utile à l’éducation, à la compréhension du monde.

    Ce genre de sondage statistique n’a pour seule valeur que la possibilité qu’a alors l’auteur (le commanditaire) de se faire voir. Pour montrer de quel bord il est. Manipuler l’opinion avec des amalgames. D’autant que la population à laquelle ils s’adressent n’a que trop peu d’intelligence pour en comprendre le contexte et le champ d’application.

  26. Et l’on se demande bien pourquoi l’on prend des cours de français si c’est pour que la moitié de la population écrive « voire même »…

  27. Je le savais ! Mais bon ce que l’étude ne dis pas c’est que l’accès a beaucoup de grandes écoles est conditionnée par des épreuves en maths… Du coup si ça sert, pour décrocher une école et un boulot… 😀

  28. On sort souvent l’argument des calculettes mais gaut comprendre que quand on cheche la longueur de l’hypothenuse d’un triangle rectangle si tu connais pas le theoreme de pythagore ta calculette elle te sert a rien ! J’aime les maths et faut savoir que sans les maths on vivrait encore comme il y a 5000 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité