Un professeur laisse ses étudiants tricher pour leur inculquer la théorie des jeux

test

testMalin, un professeur a décidé de laisser ses étudiants tricher à un examen afin de leur apprendre la théorie des jeux, consistant à mettre en place une stratégie optimale afin d'atteindre un but précis.

Largement développée et évoquée par Oskar Morgenstern et John von Neumann dans les années 1940, la théorie des jeux est de celles très régulièrement exploitées en économie ou en philosophie, par exemple. Regroupant différents outils, dans le but de mettre en place une stratégie optimale et anticipative permettant d’aboutir à un but optimal, elle a récemment été mise en exergue par un professeur de biologie à l’UCLA ne manquant pas d’imagination.

Ce professeur a averti ses élèves qu’il allait les soumettre, dans un délai d’une semaine, à une évaluation très difficile, mais qu’il les autoriserait à tricher, de n’importe quel moyen (aller chercher des réponses sur la toile, se concerter avec leurs camarades, etc.), avec une seule limite : celle de la loi, à ne pas franchir. Ca semblait évident.

Malgré cela, le professeur a poussé ses étudiants à être créatifs, et à utiliser malgré eux la théorie des jeux, les forçant à une obligation de résultat ! Conscient du fait que les tests mis en place au sein de l’éducation sont basiques, et sont utilisés pour évaluer les élèves ET les professeurs, ce prof a voulu inviter ses élèves à rédiger leurs propres règles.

La semaine passée, l’heure de l’examen arrivé, le test final pris la forme d’une question, à laquelle il a fallu répondre : « Si l’évolution au travers de la sélection naturelle est un jeu, quels sont les joueurs, les équipes, les règles, les objectifs et les résultats ? ».

La plupart des élèves ont décidé de travailler ensemble -25 au total, à l’exception de 3 élèves ayant décidé de faire jeu seul-, et leur professeur leur a ensuite proposé de leur donner une note pour ce travail étonnant, ou de déchirer les copies, et de faire comme s’il n’avait jamais eu lieu. C’est évidemment la première solution qui a été choisie, à l’unanimité, et les résultats de l’équipe composée des 25 élèves ont été supérieurs aux attentes du professeur, tandis que les 3 élèves ayant fait cavalier seul ont arboré des notes plus disparates.

De quoi conclure que la diversité des opinions réunie permet d’atteindre un degré de réflexion plus elevé ?

[kotaku]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Les laisser tricher a permis de voir comment ils envisage d’obtenir un résultat et de prouver que le « jeu coopératif » donne de meilleurs résultats que le « non coopératif ».

    2. La théorie des jeux implique dans la plupart des cas de jouer en équipe. car seul c’est trop difficile voire impossible d’améliorer ses chances de gagner … et il vient de le redémontrer avec cet examen. Si un examen était un jeu, t’aurais plus de chance de le réussir en équipe que seul, ce qui est assez évident, mais malheureusement jamais évalué par l’Education Nationale, tous les examens étant la plupart du temps des évaluations individuelles. Il n’y a pas d’examen par équipe (simplement des notes de lab à 2 ou 3), qui permettrait d’évaluer le comportement et la qualité des équipes formées par exemple, sauf que dans la vraie vie tu ne travailles jamais seul..

      1. J’ai l’impression que vous parlez plus du phénomène de « wisdom of crowds » que de théorie des jeux. Le principe de jeu coopératif en théorie des jeux part du principe que si les joueurs mettent leurs informations en commun, ils seront mieux équipés pour trouver la meilleure stratégie. Sauf que dans le cas présent, ils disposent déjà tous des mêmes informations (ils ont tous révisé le même cours, il n’y a pas un élève ayant eu un cours particulier avec le prof et qui aurait pu avoir des informations que d’autres joueurs n’avaient pas). Le fait de les mettre en commun n’a pas généré de « transparence » ou de « partage d’informations » à mon avis. Eventuellement, un élève plus intelligent se souvenait de plus de choses, mais dans ce cas ce n’est plus de la théorie des jeux, c’est juste que les gens intelligents peuvent aider les moins intelligents…

  1. Et puis je vois pas où est la triche, c’est juste des règles du jeux qui sont différentes et comme les étudiants les ont respecté, peut ont parler de triche??

  2. étant donné qu’en école d’ingénieur, tous les documents de cours sont admis à l’examen, on retrouve un peu le même état d’esprit (sauf qu’on a pas le droit de communiquer évidemment). En réalité ce qu’on teste n’est plus la capacité de l’élève à assimiler un cours magistral mais sa façon de traiter l’information pour savoir exploiter la connaissance et l’utiliser dans le bon cas de figure.
    Dans les problèmes soumis en examen, il faut généralement d’abord analyser le problème pour en comprendre la teneur, puis savoir quelles informations de cours vont nous aider à le résoudre. Ce n’est plus le bête cas pratique vu et revu, que tout le monde apprend par coeur pour le ressortir bêtement ensuite.

    1. Heu… Nous n’avons pas fais la même école d’ingénieur… J’ai eu un seul DS où les documents étaient admis, en rattrapage de maths du signal, ce qui a entraîné une forte hausse de la difficulté de l’examen. Donc tout le monde s’est planté. Parce que c’est bien beau d’avoir les théories, si on sais pas les appliquer dans des cas particulièrement tordus, eh bien elles ne servent à rien ! Et c’est là le but de l’ingénieur : connaître les théories ET savoir les appliquer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité