La Porsche 918 Spyder en détails !

La Porsche 918 Spyder

La Porsche 918 SpyderPorsche avait fait parler de lui, une fois n'est pas coutume, en dévoilant son prototype de 918 Spyder, une super sport hybride des plus racées. Aujourd'hui, les caractéristiques sont enfin dévoilées, de quoi saliver plus que de raison !

Avec un V8 de 4,6L et 608 chevaux, deux moteurs électriques et un châssis monocoque en fibre de carbone, cette Porsche 918 Spyder semble parfaitement équipée pour assurer un maximum de plaisir à son conducteur tout en réduisant sa consommation de carburant, la bête peut même parcourir une trentaine de kilomètres sur ses seules réserves électriques.

Ses savants mélanges de noir et rouge sont un vrai régal pour nos yeux, yeux qui pleureront assurément en constatant le prix du monstre: il se murmurerait une note avoisinant le million de dollars. Sa date de disponibilité reste, elle, toujours inconnue !

[luxurylaunches]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. De source sure (Je suis propriétaire de quelques Porsche et ami d’un directeur de concession)
      Le prix : Entre 700 et 800.000 €
      La puissance : 700 chevaux environs
      La conso : 3L/100
      918 exemplaires seront construits, tous sont déjà précommandés.

  1. vont ‘ils l’équiper d’un ipad ??? ca relèverai le niveau de cette grosse merde, pfff porche c’est rien, mes parents ont une cacia duster, c’est bien mieux, vous etes rien qu’une bande de gros nazes coincés du trou du cul, su cez vous les bites ca vous soulagerai

    1. L’avant fait un peu f430 en effet mais bon… Pas plus que ça mon plus. C’est les ouvertures du pare choc qui rappellent un peu ces lignes

  2. Non c’est plutôt un faux air de 360 Modena. C’est quoi cette merde qu’il faille retaper à chaque post son pseudo/adresse !?

  3. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !
    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.
    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.
    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).
    Le moteur à explosion n’est pas une meilleure option, compte tenu des nuisances bien connues qu’il engendre (particules, CO2, bruit, etc.)
    Il n’y a pas meilleure et plus durable consommation d’énergie que celle qui est à la hauteur des capacités du corps humain. En occurrence, pour le moment la meilleure des solutions, c’est clairement le vélo.
    En effet, dans l’environnement actuel où l’énergie est abondante et pas chère, la distance ne constitue pas un problème, les véhicules à moteur transportent tout et partout, et l’option du vélo peut encore se discuter (quoi que, déjà…). Mais dans l’environnement de demain, très bientôt, l’énergie fera défaut, et des priorités devront être établies dans la consommation : le chauffage et l’alimentation seront priorisés, et le transport deviendra clairement secondaire (et un luxe). La proximité deviendra un atout : Exit la mondialisation, et le vélo sera véritablement au top.
    Oui, le vélo. C’est une solution d’avenir, ce n’est pas une élucubration ! Équipez-vous dès maintenant d’un vélo et apprenez à le maintenir. Vous me remercierez.

    1. Oui, sûrement, mais pour partir en vacances ou aller faire ses courses, le problème du vélo c’est que le coffre est un peu petit… il qu’il va pas très vite… et donc pas très loin…
      Très écolo-poil-au-dos cette réflexion : regarder TOUJOURS le verre à moitié vide pour râler et jamais le verre à moitié plein pour se réjouir que les choses avancent.

    2. Tes arguments sont nuls. Les batteries ne pollueront pas car comme elles valent très cher, pas grand monde sera assez idiot pour les laisser traîner une fois usagées. La pollution engendrée par le tout pétrole et les pertes d’énergie sur toute la chaîne de l’extraction à la livraison sont affolantes.
      Les transports en commun et le vélo, ça ne convient pas à tout le monde : les jeunes familles habitent de plus en plus loin de leur travail.
      Ton discours copié collé suppose une planification étatique de la gestion d’une pénurie à venir – si on ne s’adapte pas entretemps – c’est dictatorial d’autant plus que des solutions techniques, comme l’hybride, émergent. La répétition de ce discours sans fin en copié-collé est signifiante en soi.
      Rêver d’un « exit la mondialisation » est aussi rétrograde ; les pays émergents ont besoin de continuer à se développer : ils sont bien capables d’inventer des solutions pour continuer à commercer, même sans pétrole. Va faire ta décroissance au fond de ton jardin si tu veux mais sans moi.

    3. Maladies dues à la pollution automobile : Résistance à l’insuline entraînant des diabètes de type 2, hypertension artérielle pouvant provoquer des maladies cardiaques ou encore asthme chronique : les méfaits de la pollution automobile sont nombreux et dramatiques : http://www.atlantico.fr/decryptage/alerte-noire-toutes-ces-maladies-insoupconnees-causees-pollution-automobile-docteur-pierre-souvet-729779.html
      Alors, on continue ? On reste au moteur à explosion ? Ou on tente d’évoluer ?

    1. pas pour jouer les lèche-culs mais je trouve que GROS a raison. Après cela n’empêche pas de rechercher les moyens de produire de l’électricité proprement ou le moins salement possible. Alors lui dire de fermer sa gueule c’est malvenu.

  4. Merci Gros,
    A partir de maintenant je me taperai 6h de vélo allée / retour pour mon travail.
    Et je vais ressortir ma machine à écrire pour te répondre ( pas sûr que le tel passe dedans 😉 )
    L’industrie essaye de trouver des solutions aux problèmes d’énergies
    Demande à Thomas Edison combien d’essai il a réalisé avant d’inventer l’ampoule!
    Le jour où on inventera une solution viable en un seul essai tu m’appelles!

  5. Dingue la capacité trollesque de ce tas de saindoux!
    Et les gentils neuneus qui démarrent au quart de tour…, ça doit en faire de la pollution!

    Pour en revenir à ce spyder pour garçons manucurés, il vaut pas mon H2 préparé par Geiger.

    1. Mouammar K

      c’est bon tu l’as eu ton érection. T’en as une plus grosse. Tant mieux pour toi, bonne branlette. Si au moins ça peut te détendre alors cool.

  6. Cher Gros,

    Je suis d’accord avec toi pour dire que la voiture électrique a un bilan écologique négatif d’un point de vue CO2. Comme tu l’as très bien expliqué, le CO2 émis lord de la fabrication+utilisation+recyclage est supérieur à un véhicule thermique.

    Concernant le bilan énergétique je ne suis pas tout à fait d’accord. Si je me rappelle bien mes cours de méca. le rendement d’un moteur thermique est de 20 à 25% à pleine charge. Le rendement moyen (personne n’utilise son moteur à 6 000 tr.min-1, imagine la durée de vie!!!) est plutôt de 7 à 10%.

    Hors avec des centrales thermiques récentes qui ont des rendements supérieurs à 40% (avec la co et la trigénération), un rendement des lignes HT à 95% et des moteurs électriques qui ont un rendement (avec les nouvelles technologies d’aimants permanents) supérieur à 95% le bilan énergétique est plus favorable à l’électrique.

    Après y’a pleins de monde qui ont dû faire des calculs plus complets, je ne suis qu’un commercial en moteur électrique et pas un ingé mais j’ai l’habitude des calculs de rendements sur de grosses installations et je pense que celui est assez proche de la réalité.

    Bisous et surtout peace à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité