RapidShare va licencier 75% de ses employés !

RapidShare

rapidshare - traficLe site de téléchargement direct RapidShare, qui a longtemps traversé une période difficile en termes d'image et par extension d'affluence, se voit dans la nécessité de licencier 75% de ses effectifs pour redresser la barre.

Longtemps parmi les sites les plus visités au monde, RapidShare a su se faire connaître grâce à son service de téléchargement direct très performant, lancé en 2004. Profitant même de la mort de Megaupload pour apparaître comme le premier outil de téléchargement direct durant une longue période, l’image que renvoyait RapidShare, celle d’une plate-forme favorisant le piratage, l’a vraisemblablement rattrapé. Et c’est aujourd’hui que l’entreprise, visiblement victime de son succès, en paie lourdement les conséquences, obligée de licencier 45 de ses 60 employés.

Cela n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de redorer son blason suite aux nombreuses critiques qu’elle a essuyées. Le service d’hébergement de fichiers avait notamment été qualifié de « site voyou » par le gouvernement américain et attaqué en justice par les différents acteurs majeurs de l’industrie culturelle. En 2010, la RIAA avait présenté sa liste des « marchés notoires étrangers » et comptait RapidShare parmi les sites pirates les plus importants.

Dans l’année qui a suivi la compagnie a ainsi dépensé d’énormes sommes d’argent – des rapports suggèrent environ 500.000 euros – de lobbying visant à changer l’image du site et à convaincre les entreprises concernées que la plate-forme était particulièrement attentive à la protection de leurs droits d’auteur.

À court terme, la stratégie semble avoir porté ses fruits. Depuis 2011, RapidShare a disparu de la liste de l’USTR, laissant supposer que les sociétés de divertissement avaient estimé que la plate-forme se dirigeait dans la bonne voie. Dans les mois qui ont suivi, et notamment à la suite de la fermeture de Megaupload, RapidShare a apporté d’autres modifications à son business plan, notamment la publication d’un « plan anti-piratage » très controversé, ceci afin de prendre des mesures plus sévères pour dissuader les personnes partageant des fichiers de favoriser le piratage. En conséquence, le trafic a lourdement chuté.

rapidshare - ranking
Parce qu’elle le pouvait, l’entreprise assurait à ses employés, l’année dernière, qu’ils ne seraient pas licenciés. Pire, elle était encore en mesure d’embaucher du monde… Aujourd’hui, on le constate, les conséquences sont catastrophiques. « Les salariés eux-mêmes ne croient pas à la survie de l’entreprise », a affirmé la source, à l’origine de l’information, au journal 20Minutes de Suisse.

« La situation est telle que nous devons réduire les coûts et malheureusement, nous devons nous séparer d’un certain nombre de nos employés », a annoncé Kurt Slider, actuel CEO de l’entreprise. Et celui-ci de terminer et conclure : « RapidShare est maintenu, et l’opération actuelle prévoit des plans concrets pour l’avenir ».

[torrentfreak]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Punaise, ils sont peut être lent pour down un fichier mais pour dégraisser le personnel, ils sont vraiment rapid (c’est volontaire si je n’ai pas mis le « e » final de Rapide)

  2. @hierobulle=pareil pour moi. Je l’utilisais depuis le début, j’avais même pris un abonnement jusqu’à ce qu’un jour, ils annoncent le fair use quotidien limité à 5Go, c’est à ce m moment là que csa commençait à sentir le charbon, et un jour, je lis qu’ils ont livré le nom du bonhomme qui a uploadé(en avant première) l’album de metallica je crois, c’est d’ailleurs à ce moment là qu’ils se sont greffés cette étiquette de donneuse.
    Après, direction méga(qui a commencé à prendre de l’essor à ce moment…il faut le savoir RS a longtemps été devant MU), puis compte à vie, puis FBI…:-)

  3. Ce qui va laisser la place a 1fichier.com et redhdd.com ( meilleur et surtout vraiment anonyme et crypter sur ordi et non en ligne )

  4. J’ai envie de dire bien fait … Ils veulent aller à contre-sens de l’intérêt des gens pour se ranger du côté des gouvernements, et bien qu’ils ferment !

  5. Les sites de partage en ligne fleurissent, il va être bien dur d’en faire la chasse comme le FBI l’a fait avec l’omniprésent MU d’alors.
    Un site de partage fermé, un autre réouvrira.
    Et dans ce contexte, RS devenu frileux s’est retrouvé submergé par une concurrence plus efficace.

  6. voilà ce que c’est de faire les vierges effarouchées et vouloir faire croire à des organismes qui n’en ont que faire, que vous êtes réglo ! ils auraient gardé leur rythme de croisière, ils n’en seraient pas là !
    R.I.P SlowShare..!

  7. bien fait !
    Question filou et faux-cul on ne fait pas mieux!
    Apres la fermeture de megaupload, les utilisateurs se sont tournés vers RS, incités par les points de fidelités offerts aux uploaders. RS en a profité pour forcer l’achat de premium : debit de m… a 30 ko/s pour les free user.
    une fois les poches bien remplies, RS a massivement detruits des milliers de fichiers, avant de bloquer les comptes des principaux uploadeurs. jamais en reste quand il s’agit de faire une c…ie, RS a ensuite, sans demander l’avis des titulaires des comptes, rendus TOUS les fichiers « privés » par défaut, donc non téléchargeables. Une derniere pour la route? 50 go max de stockage, et limitation de trafic pour les comptes gratuits, contrairement aux nouveaux hebergeurs.
    Apres il ne faut pas se plaindre !
    Profiteurs, faux culs, voyous…pas de cou…es, tout se paye un jour!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité