Test : Soul Sacrifice

Soul Sacrifice

Soul SacrificeLa PS Vita est loin d'être à la ramasse. Grosse logithèque PSP et PS One classique, de la puissance sous le capot, il ne lui manque plus que des gros titres qui mettent à contribution ses capacités pour pleinement convaincre.

C’est d’ailleurs dans cette optique que Soul Sacrifice débarque : garnir la logithèque PS Vita avec du bon gros titre exclusif. Grosse mission du coup pour ce soft, qui semble cependant remplir en grande partie le contrat.

Le petit dernier de Keiji Inafune vous entraîne dans un univers dark fantasy avec moult missions et un gameplay nerveux. De quoi relancer sa console pour de nombreuses heures seul ou entre amis ? On vous dit tout.

C’est quoi ?

Soul Sacrifice est un jeu de type action-aventure disponible sur la PlayStation Vita de Sony, jouable en solo ou en coop local/Internet. Il prend place dans un univers de type dark fantasy et vous met dans la peau d’un esclave en attente d’être sacrifié par un puissant sorcier. Ce dernier étant devenu fou à force de pratiquer la magie, son grimoire tente de vous faire revivre sa vie dans le but d’apprendre la magie et le vaincre pour mettre fin à son règne et regagner votre liberté. Soul Sacrifice propose donc au joueur d’enchaîner des missions afin de monter en niveau et acquérir de nouveaux sorts contre des monstres toujours plus puissants.

Pourquoi c’est bien ?

  • Si certains n’hésitent pas à qualifier Soul Sacrifice de Monster Hunter-like, c’est surtout pour son découpage en missions courtes et la pléthore de boss gigantesques à affronter. Le jeu est en effet exclusivement centré sur l’action dans des arènes fermées où il faudra combattre des monstres. Au menu, level up grâce à une mécanique simple : chaque ennemi vaincu pourra être sacrifié ou épargné. Le sacrifice permettra de gagner en puissance offensive, tandis que laisser en vie permettra de booster ses capacités défensives (barre de vie, résistance). Chaque mission permet également de récupérer des offrandes qu’on transformera en sorts mais aussi des runes à graver sur son bras pour ajouter des capacités supplémentaires à son personnage. La mécanique addictive du grind fait rapidement son effet et on se plonge dans la montée en niveau de son personnage pour pouvoir compléter de nombreux challenges de plus en plus difficiles.
  • Le sacrifice, au cœur du jeu, se manifestera par plusieurs biais. Par des sorts à double tranchant déjà, qui vous octroient un énorme bonus en échange d’une partie de votre corps, ce qui se manifeste sous la forme d’un effet négatif de vos statistiques. Bras, oeil, coeur, peau, c’est votre défense, votre vie, votre vision qui en prendra un coup de façon permanente. De même, la possibilité de sacrifier vos alliés permettra de créer une gigantesque explosion, mais empêchera de les ressusciter avant la fin du combat. Des mécaniques de comeback qui peuvent se retourner contre vous, augmentant un peu plus les enjeux pendant les combats. De même, les offrandes, qui permettent de lancer des sorts sur le champ de bataille, sont limités en nombre et il faudra bien les gérer pour pouvoir terminer le combat, sachant qu’on a 6 slots et qu’on ne peut pas les modifier pendant une mission.
  • Côté gameplay, le jeu est dynamique et offre des affrontements nerveux. Combinés avec une palette de sorts variés et des effets visuels réussis, le jeu propose donc des combats de qualité et on se prend très vite à chasser les monstres. Côtés fonctionnalités, l’écran tactile est discrètement mis à contribution et les personnages répondent bien aux commandes avec une configuration bien pensée. Les arènes fermées restent relativement grandes et proposent leur lots d’interactivité. Il est possible de récupérer des offrandes, de se faire une armure de pierre, une épée de glace, suivant les éléments qui traînent autour de vous. Enfin, les combats de boss, véritable moelle épinière du titre, sont un gros point fort avec des ennemis réussis et souvent à la hauteur du challenge. On rajoutera enfin l’excellente bande son, qui permet de se plonger pleinement dans la sombre ambiance du jeu.
  • L’aspect multijoueur du titre n’est pas à négliger, et plutôt que jouer avec des alliés dirigés par une IA pas bien finaude, il sera possible de faire appel à 3 amis et farmer les bosses à plusieurs dans la joie et la bonne humeur en online ou en local, en s’assignant des rôles de tank, caster, melee ou autre. Notez qu’il est possible de varier ses niveaux entre vie et magie en retranchant des points à l’un pour gonfler l’autre, pour mieux se préparer. On trouve également un système de proximité avec d’autres joueurs du jeu afin de gagner de nouveaux sorts offerts. On regrette cependant l’absence d’un mode PVP.

Pourquoi ça aurait pu être mieux ?

  • Le titre a du chien. La direction artistique est parfaitement à la hauteur. La technique en revanche laisse un peu à désirer. On note en effet des textures pixelisées qui ne rendent absolument pas hommage aux capacités de la Vita ainsi qu’un vilain aliasing, et c’est bien dommage. Heureusement, le tout reste fluide.
  • L’expérience va vite s’avérer répétitive avec un gros manque de variété pour les ennemis de base et des missions courtes où l’on se retrouve souvent à nettoyer un nombre donné. Si vous n’aimez pas le farming, passez votre chemin.
  • Le jeu vous poussera clairement vers la co-opération en ligne, tant l’IA de vos partenaire en solo est à la ramasse. Ils passent leur temps à mourir contre les bosses, et c’est presque tout..

Et alors, j’achète ?

Avec sa durée de vie gigantesque, ses affrontements nerveux et son multijoueur en coop bien ficelé, Soul Sacrifice est incontestablement la bonne surprise de la PS Vita en ce printemps pluvieux. On pourra peut-être lui reprocher d’être un peu répétitif, mais c’est le genre qui veut ça, et les fan de craft et de leveling y passeront de longues soirées.

Le jeu propose des missions courtes qui se prêteront également très bien à de courtes pauses, en faisant une très bonne expérience pour une console portable. Certes, graphiquement le titre ne fait pas cracher ses tripes à la console de Sony, mais la direction artistique, les musiques et la fluidité compenseront aisément ce petit défaut. Attention, si vous n’appréciez pas le genre, ce n’est pas Soul Sacrifice qui vous convertira, Pour les autres, vous pouvez foncer, le dernier titre de Keiji Inafune est un très bon investissement.

no images were found

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Loin d’être à la ramasse techniquement parlant je suis d’accord , mais niveau jeux non !! Il n’y a quasiment rien , et une fois qu’on a joué aux 4 ou 5 blockbusters de la console il ne reste plus rien a se mettre sous la dent ! Payer une console portable plein pot pour jouer aux jeux de psp….non merci ! Et c’est bien dommage que tout ce potentiel soit gâché par la pauvreté de sa logiteque . C’est un peu une console « morte » … C’est le triste constat que les ( futurs anciens ) posseseurs de cette console on pu faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité