Il est possible de tenir 1204 degrés Celsius à mains nues

shutterstock_130076777

shutterstock_130076777Il y a la science, et il y a de la magie. Et le plus incroyable... est évidemment la première. Voici les tuiles thermiques de la NASA, utilisées pour protéger les navettes en les empêchant de se désintégrer totalement sur ​​le chemin du retour vers la Terre. Impressionnant.

Ces dalles sont fabriquées à partir d’un matériau appelé LI-900 ou plutôt du sable de quartz hautement raffiné. Même si elles contiennent des éléments portés à 1204 degrés, elles restent froides au toucher.

Sorcellerie ? Non, science ! Chaque carreau contient de 94% d’air en volume et de 99,9% de verre de silice pur en composition. Et alors, répondrez-vous ? Ce combo conduit incroyablement mal la chaleur, CQFD.

Certes, ce n’est pas une nouvelle technologie, mais c’est incroyable de le voir en action.

Reddit ]

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Ca serait une expérience intéressante à faire !

      Enfin je ferais faire ces expériences avec un robot dehors, de loin, dans un espace dégagé et après de fortes pluies, parce que si la chaleur de la tuile se transmet trop vite à l’eau, ça pourrait être violent !

      Par exemple, quand de l’eau entre en contact avec le corium d’un réacteur nucléaire endommagé (cas à Fukushima), elle se décompose immédiatement en oxygène et en hydrogène, l’oxygène est un formidable activateur d’incendie, plus ou moins gérable, mais pire, l’hydrogène se faufile partout et se recombine très facilement à l’oxygène de l’air, de façon explosive. C’est pour ça que les toits des centrales atomiques sautent souvent quand il y a accident nucléaire…

      Ce qui veut dire que si on jette de l’eau sur quelque chose de trop chaud, ça peut mal tourner. Les pompiers n’emploient pas d’eau contre les feux électriques pour la même raison.

  1. Hey! Je l’aurais jamais touché même si tout le monde le prenais autour!! Sympa comme démo tout de même, j’imagine juste pas la première personne qui l’a tester..

    1. Je ne suis pas sûr de comprendre.

      A la pression atmosphérique, la vapeur d’eau surchauffée n’est pas encore suffisamment chaude pour se décomposer immédiatement en atomes d’hydrogène et d’oxygène. Mais cette notion de surchauffe est liée à la pression environnante, peut-être que sous de très fortes pressions, la vapeur d’eau surchauffée pourrait être à une température où la molécule d’eau se casse… A demander à des gens qualifiés pour ce genre de calcul, pour l’amour de la science !
      http://www.systhermique.com/vapeur-condensat/services/resolution-problemes/vapeur-surchauffee/.

      Dans le cas de l’expérience proposée, à la pression atmosphérique normale, 1250°C sont suffisants pour aller au delà de la vapeur surchauffée, au delà de l’eau transformée en gaz, et commencer le craquage de l’eau : http://fr.wikipedia.org/wiki/Craquage_de_l'eau . Mais ce je ne sais pas non plus, c’est : est-ce que l’eau mouillerait suffisamment bien la tuile isolante pour capter ces 1250°C. Je serais curieux de faire l’expérience !

      Possible que si le transfert de chaleur est mauvais, ça ne fasse que la vapeur surchauffée, du gaz chaud donc, ce qui est assez dangereux en soi.

    2. Non, c’est au delà de la température de la vapeur surchauffée (à pression atmosphérique normale), voir l’article de Wikipédia sur le « craquage de l’eau » qui commence à 800/900°C. Je n’ose pas donner des liens car j’ai déjà tenté de répondre et mon commentaire a disparu, pris pour du spam sans doute !

  2. Question bête: Comment peut-ton dire que ça chauffe à 1204 °C? En toute logique, si je colle un thermomètre ou une main c’est pareil. Et le dit thermomètre ne doit donc en conséquence pas afficher bien plus que 30 °C, non? Après, si vous me dites que c’est parce que seule une infime partie à cette température, je vous direz que moi j’arrive à toucher mon four à 300 °C… en la gardant là où l’air est globalement à 20 °C. D’ailleurs là où je ne suis pas tout, c’est que mon four justement n’est composé que d’air à l’intérieur, 100 % tout rond, et franchement je n’y mettrais pas ma main.

    1. Si tu regardes la vidéo, tu verras qu’ils ne manipulent l’intérieur du four qu’avec précautions, une sorte de fourche et des gants très épais.
      Quand on met la main dans un endroit trop chaud sans protection, l’épiderme évapore l’eau qu’il contient encore avant de cramer. Un chouia plus profond, le derme, innervé et vivant, averti le cerveau de la surchauffe.
      Le thermomètre, lui, n’a pas d’épiderme. Tu peux reproduire le phénomène en emballant une lingette humide sur le thermomètre avant de l’introduire dans le four : la montée en température du themomètre sera plus lente, jusqu’à que la lingette perde tout son eau.

    2. c’est une question de conductivité thermique, regarde ton four tu le chauffe a 200° , l’air à l’intérieur est donc à 200°, mais l’air aillant une faible conductivité thermique tu peux mettre ta main sans te brûler (mais laisse la trop longtemps tu auras mal) par contre touche le métal (grosse conductivité thermique) et là la sentence sera immédiate http://fr.wikipedia.org/wiki/Conductivit%C3%A9_thermique .
      L’expérience marche aussi avec le froid genre touche du métal tu le trouveras tout de suite froid alors que si tu touches du bois a la même température tu n’auras pas la même sensation de froid.

  3. @khskdf

    Système métrique pour des températures???? Tu voulais dire système international peut être? En l’occurrence
    L’unité est le degré Kelvin.

  4. Mettez du polystyrène au congélateur et sortez le après plusieurs heures à -18. Il ne vous paraitra absolument pas froid car il a une très mauvaise conductivité thermique. Pire que le bois. C’est d’ailleurs pour ça qu’il est utilisé comme isolant dans le bâtiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité