Baccalauréat et technologies, beaucoup de bruit pour peu de mesures ?

Triche

TricheIl y en a toujours qui se font pincer pour fraude au Baccalauréat. Il faut bien dire que les smartphones et internet sont de plus en plus tentants, aussi le gouvernement fait état d'une mobilisation sans précédent pour lutter contre ce nouveau type de triche.

On se souvient du cru 2011 du baccalauréat, non pour ses brillants étudiants mais bien pour les fuites de sujets via le web. En toute logique, le gouvernement tente par tous les moyens d’endiguer la fraude. Seulement, si l’on s’attarde sur l’historique des mesures, il n’y a pas grand chose qui bouge…

2011 : L’ex ministre de l’éducation Luc Châtel décidait de prendre le taureau par les cornes, il déclarait l’état de ‘tolérance zéro’.

‘Deux mesures à destination du net vont être mises en place : une charte déontologique et une veille internet. En dehors de la Toile, les sanctions seront plus lourdes et plus rapidement applicables, les locaux plus sécurisés et le contenu des épreuves réformé.’

Nous écrivions à l’époque, ‘il y a effectivement des mesures à prendre, c’est certain, mais il serait plus judicieux d’empêcher les fuites à la source plutôt que de vouloir scruter l’ensemble du web. De même, intégrer la technologie au lieu de la proscrire pourrait entériner certains problèmes.

2012 : Les autorités ont nettement moins confiance en nos chères têtes blondes. En 2012, elles resserrent les mailles du filet avec des détecteurs de téléphones portables. 

‘Des détecteurs de téléphones portables ! Que n’y avons nous pas pensé plus tôt … Voilà donc la dernière trouvaille antifraude qui permettra de ne pas reproduire l’esclandre de l’an passé. Le ministère compte déjà implémenter ce système cette année, sans préciser où ni même combien d’établissements seront concernés. Une bêta en somme. Le gouvernement espère ainsi dissuader les élèves de tricher. Une cellule de veille sera mise en place afin de détecter les fuites’

Spoilers ! En deux ans, nous retrouvons la cellule de veille, l’application de sanctions plus importantes et des dispositifs de sécurité. Pas beaucoup de nouveautés… 

2013 : Vincent Peillon, actuel ministre de l’Education Nationale, a présenté ce jeudi un nouveau dispositif de sanctions renforcées.

Durant le bac, toute tentative de fraude sera portée au livret scolaire et si un cas de triche est avéré, le diplôme pourra être retiré même à posteriori. Sont évidemment interdits les smartphones, les tablettes, l’oreillette ou les lunettes équipées d’une caméra (notons que la fouille est illégale). 

Par ailleurs, les centres d’examen disposeront de détecteurs de téléphones portables circulant de façon aléatoire pour des raisons techniques et juridiques.

En somme, le gouvernement crie qu’il intensifie la lutte contre la fraude, mais le schéma se répète depuis trois ans (application de sanctions plus importantes (annotation sur le livret scolaire…) et des dispositifs de sécurité similaires comme les brouilleurs et détecteurs). Quel chambardement !

Espérons que les technologies de brouillage et de détection évoluent aussi vite que l’imagination des étudiants, car en 2012, l’utilisation des téléphones portables a représenté 40% des 298 fraudes avérées (419 en tout, certaines sont juste ‘suspectées’. Ha ha).

Selon vous, ces mesures sont-elles suffisantes et sinon, avez-vous des idées ? 

Tags :Sources :Les Echos
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Normalement c’est tout objet communiquant sans-fil qui est interdit. M’enfin en réalité la « triche » est déjà « autorisée » dans les épreuves avec calculatrice vu qu’on peut mettre ce que l’on veut dedans!

  1. @lustucru, ca depend des etudes, dans certaines, la caltos scientifique est interdite, seule celle niveau college est autorisee.

    sinon, le detecteur detecte les ondes non ?
    donc du coup : cours sur le telephone + mode avion = succes

  2. Il faudrait arrêter de croire qu’il suffit de mettre ses cours dans une calculette pour avoir son examen.

    On peut avoir son cahier à coté sans entraiment et pratique d’exercices au se tapera quand même une salle note.

  3. Ca sert à rien le détecteur de téléphone, testé et approuvé : un iPhone en mode avion ne sera pas détecté..donc gg 338e des impôts du contribuable bien violés!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité