RSF réclame la création d’une commission d’enquête sur les programmes de surveillance généralisée

PRISM

PRISMLe scandale PRISM n'a pas fini de faire parler de lui. RSF annonce avoir réclamé au Congrès américain la création d’une commission d’enquête sur les programmes de surveillance généralisée.

Reporters sans frontières ne compte pas laisser passer le scandale PRISM (souriez, les Etats Unis épient tous vos faits et gestes !), et demande au Congrès américain la création d’une commission d’enquête sur les programmes de surveillance généralisée. La tâche de cette commission d’enquête ne sera pas aisée, puisqu’elle se résumera à devoir clarifier les liens entre le renseignement américain et les neuf sociétés considérées comme les « géants de l’Internet ». Quels pays, quelles organisations ont participé à ce marasme on le rappelle mis en place par les autorités américaines ?

Pour rappel, l’opérateur Verizon a livré chaque jour les détails des appels téléphoniques de millions de citoyens américains et étrangers à la National Security Agency (NSA). Pour en revenir sur l’implication des géants de l’Internet (dont Microsoft, Yahoo, Facebook, Google, Skype et Apple, bien que la plupart ait démenti avoir mis le doigt dans cet engrenage), ils auraient facilité l’accès aux données de leurs utilisateurs -emails, documents audio, vidéo, conversations instantanées et informations de connexion- au FBI et à la NSA.

Dos au mur, l’administration Obama a dû reconnaître l’existence de ces deux programmes de surveillance généralisée (on parle de la NSA et de la GCHQ -Governement Communication Headquarters-, l’équivalent britannique de cette dernière).

Fait intéressant, Reporters sans frontières a mis en exergue les réactions des Microsoft, Google, et consorts, suite à l’éclatement de ce scandale. Microsoft tout d’abord :

« Nous ne fournissons jamais volontairement des informations sur nos clients mais seulement lorsque nous recevons une injonction légale ou une assignation qui nous ordonne de le faire. De plus, nous ne répondons à ces demandes que lorsqu’elles concernent un compte ou un identifiant précis. Si le gouvernement a mis en place un programme de protection de la sécurité du territoire plus large, nous n‘en faisons pas partie. »

Google ensuite :

« Nous ne participons à aucun programme qui accorderait au gouvernement de Etats-Unis – ou à quelque autre gouvernement – un accès direct à nos serveurs. Le gouvernement américain ne possède aucune porte dérobée ou accès aux données stockées dans nos data centers. Nous n’avons pas entendu parler d’un programme appelé Prism avant hier. »

Ah, et on vous renvoie également vers la réaction de Zuckerberg. Sans doute, nous irons les semaines qui arrivent de surprises en surprises !

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité