Les Suisses annoncent la fin de l’aviation moderne

soar s3 swiss space systems

Alors que se tient actuellement le salon du Bourget, une petite société suisse a son idée pour mettre un terme à l’aviation moderne. Swiss Space Systems, ou S3 pour les intimes, a vu le jour le 13 mars de cette année et malgré son jeune âge, l’ambition de cette nouvelle société spatiale n’a aucune limite. Jugez plutôt.

S3 n’a que quelques mois d’existence et pourtant leurs projets semblent déjà bien avancés. Ici, on ne parle pas de sortir un site web ou de réaliser un film, mais bien de développer, fabriquer, certifier et opérer des navettes suborbitales non habitées capables de lancer des petits satellites allant jusqu’à 250 kg d’ici 2018.

S3 a annoncé le 16 juin, un nouveau partenariat avec Thales Alenia Space. Ce sont eux qui ont fabriqué Columbus, le laboratoire pressurisé européen qui se trouve actuellement sur la Station spatiale internationale. Pour S3, ce partenariat est l’occasion de bénéficier d’une expérience réussie pour développer une version habitée de leur navette suborbitale.

Cette dernière avancée leur permettra de transporter des passagers à l’autre bout du monde à très grande vitesse. Pascal Jaussi, le directeur de S3, déclare : « de la même manière que l’aviation a remplacé les bateaux de continent à continent, les vols suborbitaux remplaceront l’aviation. » Franchement, c’est tout le mal que nous leur souhaitons.

soar s3 swiss space systems

s3 swiss space systems

Tags :Sources :Swiss Space Systems
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Oui enfin faut toujours un gros porteur pour amener l’engin au bord de l’atmosphère. Donc faut toujours un avion… On reparlera du remplacement quand il décollera tout seul.

  2. Les effets d’annonce sont toujours très faciles et impressionnants, mais on attend de voir ce qu’il en sera réellement dans les faits dans quelques années.
    Nombreuses sont les compagnies qui annonçaient de nouveaux engins super-performants. Par exemple, on attend encore de voir le moindre prototype de l’avion spatial d’Astrium …
    De plus, rare sont les compagnies privées qui ont réussi ces dernières années et même des compagnies expérimentées peuvent se casser les dents. Il suffit de voir les déboires actuels de Scaled Composite concernant le moteur-fusée du SpaceShipTwo pour comprendre …

  3. Donc au lieu de payer 1000€ un Paris – Tokyo en 12h, on payera 100000€ (ou plus) pour un vol de peut-être 1h.
    Si ce projet ce concrétise, il restera réservé pour une petite minorité de gens.

  4. Il n’y a qu’une petite ligne qui le cite. Mais avant de critiquer, sachez que la fonction première de cette navette n’est pas un transport, mais bien d’envoyer des petits satellites ( < 250kg ) dans l'espace.

    C'est en second temps et dans une date encore complètement inconnue de ladite société, qu'ils envisagent de les utiliser comme éventuel transport du futur.

  5. vivement le Genève – Nice en vol sub-orbital !!
    annoncer la fin de l’aviation (qui d’ailleurs ne se résume pas qu’à la ligne long courrier) c’est un peu excessif, mais en tout cas ca va dans un sens intéressant je trouve, voir aussi l’étude ZHEST d’EADS.

    Rien n’empêchera l’Homme de continuer à voler, de même que l’aviation n’a pas empêcher l’Homme de continuer à naviguer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité