Le Bourget 2013 : coup d’envoi de l’avion électrique

voltair EADS

Devenue réalité commerciale dans des automobiles telles que la Renault Zoé, la Bolloré Bluecar ou la future Exagon Furtive, la propulsion électrique est encore balbutiante dans l'aéronautique. Le Salon du Bourget, qui se tient près de Paris cette semaine, était toutefois l'occasion de donner le coup d'envoi de cette nouvelle technologie qui devrait s'imposer dans les aéronefs de demain.

 

Propulsion électrique… au sol !

green taxiingEn attendant de pouvoir faire décoller les avions dans les airs, les moteurs électriques sont déjà en mesure de les faire rouler… au sol. En association avec Honeywell, le groupe français Safran a présenté un système de roulage électrique baptisé « Electric Green Taxiing System », permettant par exemple d’assurer la liaison entre les pistes et les aérogares.

Selon ses concepteurs, cette propulsion permettait d’économiser jusqu’à 4% de carburant et pourrait dors et déjà équiper des avions tels que les Airbus A320 ou Boeing 737, plébiscités par les compagnies « low cost », toujours à la recherche de nouvelles sources d’économies.

 

 

Electravia électrise les avions thermiques

Electra BL1EEncore inaccessibles aux avions de ligne, la propulsion électrique dans les airs est toutefois déjà une réalité pour les ULM et l’aviation légère, notamment grâce à une entreprise française, baptisée Electravia, à l’origine d’une solution combinant batteries lithium-polymère, moteur électrique et hélices en carbones.

Testée dès 2007 sur un BL1 (illustration), cette solution équipe des avions jusqu’à présents équipés de motorisations thermiques tels que le CriCri (record de vitesse à 283 km/h), le moto planeur ElectroLight ou encore le paramoteur E-Spider.

 

 

E-Fan, un avion pensé pour être électrique

e-fanLes premiers succès d’Electravia n’ont d’ailleurs pas laissé les autres constructeurs indifférents.

Pendant cette édition 2013 du Bourget, la PME charentaise Aero Composite Saintonge (ACS) a par exemple dévoilé le E-Fan, un avion nativement électrique, introduisant des innovations telles que la présence des batteries dans les ailes, des trains d’atterrissage à propulsion électrique ou encore une finesse exceptionnelle de 17, permettant à l’appareil, dont le premier vol est prévu dans les prochains mois, de planer en économisant ses batteries.

 

 

Solar Impulse : un avion solaire ET électrique

solar impulseSi des moteurs électriques sont désormais capables de faire voler des avions légers, le point faible reste  leur autonomie, dépassant rarement l’heure de vol. Certains ingénieurs pensent toutefois pouvoir s’appuyer sur des panneaux solaires pour recharger les batteries et ainsi allonger la durée de vol.

Pionnier du genre avec Solar Impulse, le suisse Bertrand Picard tente par exemple de réaliser un tour du monde avec escale mais ne s’est pas encore attaqué à la traversée de l’Atlantique, océan survolé d’une traite pour la première fois en 1927 par un certain Charles Lindbergh et son Spirit of St Louis. L’avion a toutefois réussi à voler 24 heures d’affilé et notamment de nuit, validant ainsi la faisabilité d’un tel vol.

 

Des avions électriques pour transporter des passagers ?

Elektro E6Outre l’autonomie, le problème d’avions tels que le Cri-Cri électrique ou Solar Impulse c’est qu’ils ne peuvent embarquer qu’un seul passager.. le pilote. La société allemande PC-Aero semble toutefois démontrer que ces avions sont désormais aussi capables de transporter des passagers.

Après avoir commercialisé les Elekra One et Elektra Two, le constructeur a profité du salon du Bourget pour dévoiler le Elektro E6, un prototype d’avion électrique de 6 places soit deux de plus que le Pipistrel Taurus. Selon PC Aero, le Elektro E6 pourrait voler dès 2017 avec une autonomie de 500 kilomètres.

 

 

Des avions de ligne propulsés à l’électricité ?

 

voltair EADSDès lors que les problèmes d’autonomie ou de charges peuvent être surmontés, peut on rêver d’avions de ligne électriques ?  EADS y croit. La maison mère d’Airbus travaille pour le moment sur trois concepts : le e-Thrust, un avion hybride combinant moteur électrique et moteur thermique au kérosène (une sorte de Prius volante), le ZEHSt  (Zero Emission High Speed Transport), un avion supersonique abandonnent le kérosène au profit de l’hydrogène ou encore le Voltair, un avion 100% électrique mais qui ne devrait pas voir le jour avant… 2050.

 

Un horizon qui parait encore lointain pour la plupart d’entre nous mais qui est à replacer dans la longue conquête des air par les humains, évoquée dès l’antiquité avec le mythe d’Icare..

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Compte tenu des méthodes de production de l’électricité, les véhicules électriques sont d’une bêtise crasse. C’est du « bobo inside », ça présente bien, mais l’envers du décors est une calamité.
    On ne le répétera jamais assez.

    1. On peut peut-être imaginer qu’un jour, les technologies qui construise ces technologies vertes deviendront également vertes, mais il y a toujours un début à tout, on ne peut pas tout faire du premier coup, il faut commencer quelque part, malheureusement dans ce cas précis, on commence mal, mais on finit bien !

    2. Ta gue……..
      Tu nous gaves avec ta propagande. Suit ta logique, arrêtes d’utiliser ton smartphone, ton ordi portable, ta tablette, ton tel fixe, ton apn qui possèdent tous une batterie. Et arrêtes de poster sur se site qui se trouve dans un cloud ondulé par des batteries. La techno des batteries évolue énormément et les appareils consomment de moins en moins. Alors oui pour cette techno

  2. L’électrique c’est l’avenir bien au contraire!!!! Je rejoins GROS sur la situation actuelle. Ce sont les méthodes et technologies utilise de nos jours qui font que ça pollue autant. Le problème c’est qu’il y a des lobbies qui empêche que ça évolue dans le bon sens!!! Car ça signifierai la fin de grandes entreprises qui on besoin de notre dépendance pour vivre et avoir le pouvoir. Les technologies existent pour faire de l’électrique propre et accessible pour tous…

  3. Pour l’électricité cela semble étrange car la puissance massique est en principe meilleure dans un carburant chimique et le poids pour un avion est primordial mais d’autre part l’idée de mettre un unique gros propulseur à l’arrière du fuselage est séduisant au moins pour les avions court courrier.

  4. Salut Jérôme

    Bon au moins cet article est bien mieux construit que celui sur l’E-Fan mais néanmoins il y traîne quelques coquilles :

    E-Fan, le finesse de cet avion n’est pas faite pour le faire fonctionner comme un planeur (c’est d’ailleurs bien délicat d’avoir dans le ciel des avions qui auraient des trajectoires en permanence changeante dans le plan vertical). Un avion fin consomme moins mais de la à arrêter les moteurs ;o)
    Et comme j’ai pu l’écrire dans l’article sur cet avion, il n’a été conçu que comme démonstrateur technologique pour les avions de ligne, si l’on concevait un avion électrique, on ne ferait pas du tout pareil.

    Le taurus est un moto-planeur biplace (qui peut soit être commandé en version thermique soit électrique), vous faites certainement référence à l’avion de record développé pour le green challenge qui était composé de deux fuselage de taurus.

    Les elctraone et two ne sont pas commercialisés aujourd’hui !

    Quand à Airbus, même si je trouve que ce qu’ils font est formidable, on peut tout au plus parler de green washing en voyant les petites maquettes. Ou comment faire croire que l’on est écolo lorsque l’on construit des avion de ligne. En tout cas ça marche avec gizmodo.

    Pour finir ce n’est quand même pas avec deux avions fait pour établir des records, des avions qui sont plus proche de motoplaneur et quelques monoplace et trois maquettes d’airbus que l’on peut dire que ça décolle enfin. C’est un peu l’histoire de la « jamais contente », la première voiture a atteindre les 100km/h et ce n’est qu’aujourd’hui que la voiture électrique peut espérer un débouché commercial.

    Le vrai sujet et vous n’en parlez pas, c’est la batterie. Lorsque l’on saura obtenir une densité supérieure à 1000Wh/kg, on pourra réellement imaginer un aéronef qui n’ai pas une autonomie ridicule. Tout le reste c’est du blabla, il n’y a aucune innovation.

  5. La pollution dans la création des batteries et tout ça c’est une chose. Mais ce n’est pas tout.
    On a tendance à se dire « c’est électrique, donc c’est propre »… C’est un point de vue, mais il faut bien la produire.
    « Le charbon assure en effet 40 % de la production mondiale d’électricité, taux largement supérieur en Chine (80 %) et en Inde (68 %) » (source : ifpenergiesnouvelles.fr).
    Imaginons que la Chine fasse de gros progrès en véhicules électriques, on roulera/volera au charbon… ce qui n’est pas des plus propre.
    Je suis d’accord qu’il faut commencer quelque part, mais il faut aussi essayer d’avoir une vision globale du problème, et oui, ça n’est jamais facile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité