Test : Remember Me

Remember Me

Remember MeRemember Me a bien failli finir aux oubliette. Un temps boudé par les éditeur puis sauvé par Capcom, le projet du studio parisien de Dontnod est sorti en ce début de mois de juin.

Plus précisément, le jeu est sorti sur PC, Xbox 360 et PlayStation 3, un peu avant la déferlante The Last Of Us. L’occasion de faire une petite visite d’un Neo-Paris qu’on n’est en tout cas pas prêt d’oublier.

C’est quoi ?

Remember Me est un titre Beat-Them-All à tendance aventure, réalisé par DONTNOD et publié par Capcom. 2084, Paris est devenu un curieux mélange entre riches quartiers autour de quelques monuments célèbres et favelas peuplés de dangereux psychopathes lobotomisés. Un cadre parfait pour introduire l’héroïne. Nilin, dont la mémoire a été volée dans un monde ou les souvenirs sont devenus un business, était autrefois une chasseuse de souvenir, la meilleure même. Elle va du coup se lancer sur la trace de sa mémoire, avec l’aide de Edge, chef d’une résistance qui dénonce les inégalités sociales au sein de Neo-Paris. A mi-chemin entre lutte des classes et vengeance, Remember Me semble verser dans la SF d’anticipation, sorte de mise en garde envers le tout connecté et le côté intrusif des réseaux.

Pourquoi c’est bien ?

De Remember Me, c’est en premier la réalisation qui frappe. Le jeu (ici en version PC) s’avère magnifique. La direction artistique en met plein les yeux et c’est un plaisir pour qui connait un peu Paris de découvrir les différents quartiers réinventés pour l’occasion. Si level design s’avère très linéaire, on ne visite jamais deux fois le même endroit et il faut bien souligner le boulot effectué de ce côté la. Entre 10 et 15 heures de jeux étant nécessaires pour tout traverser, ça fait une bonne dose de level design à découvrir. Techniquement, le jeu tiens également parfaitement la route, s’accommode sur PC d’une config relativement modeste à base de Geforce 460ti et i7 8xx. Sur console, le jeu pâtira un peu de quelques textures faiblardes et d’une modélisation un peu simplifié, il reste malgré tout plein de charmes.

L’autre point fort de Remember Me, c’est son système de combos. Au fur et à mesure du jeu, vous serez amenés à débloquer différentes sortes d’attaque et des chaines à remplir pour constituer vos propres combos. Chaque coup aura des propriétés propres : casser la garde de l’adversaire, rajouter de la puissance, récupérer de la vie, etc. A vous ensuite de maximiser l’efficacité du tout pour obtenir le combo le plus puissant possible. Et si les combats s’avèrent un poil limité, ils prendront au fur et à mesure plus de consistance avec vos nouvelles possibilités de combo. Mine de rien, Remember Me offre un certain challenge lorsqu’il s’agit d’enchaîner ses coups en prenant entre certains la peine d’esquiver les mandales de ses adversaires qui n’attendent pas  leur tour pour vous attaquer. Le tout rappelle la série des Batman Arkham en un peu moins dynamique, mais plus varié. Bien évidemment, le système a ses failles, et il suffira à la fin de blinder un press en chain pour obtenir des combos qui one-shot à peu près n’importe qui, mais pour qui veut jouer le jeu, il y a de quoi s’amuser.

On appreciera enfin les séquences remix mémoire, durant lesquelles on altère le souvenir de quelqu’un, en modifiant des détails ça et là afin que la modification soit crédible. Mais hélas, ces petits puzzle à base de rembobinage/avance rapide sont trop peu nombreux malgré leur aspect intéressant basé sur l’observation de l’image.

Pourquoi ça aurait pu être mieux ?

Deux point viennent noircir le tableau de Remember Me. Tout d’abord, le dirigisme du jeu, le manque d’interactivité avec les différents PNJ et décors est regrettable : on avance dans des couloirs et chaque grande salle ne sera que l’occasion de passer au combat. Le rythme du jeu n’est pas mauvais, mais il aurait pu être encore meilleur sans cet sensation de vide constant. Et puis, le scénario du jeu souffre d’un manque de charisme, de même que les personnages principaux.

Le personnage de Nilin est sous-exploité, caricatural dans son combat contre son ancien employeur et tout les thèmes qu’on espérait voir abordés en profondeur sont au final complètement sous exploités dans une sorte de successions de catchphrases vaguement drôles lors des dialogues.

Ça nous a étonné

Difficile de ne pas grincer des dents devant le doublage français, ce qui d’autant plus dommage que le jeu nous vient de notre cher pays. On préfèrera à contre coeur la Version anglaise, bien plus réussie.

Et alors, j’achète ?

De Remember Me, on gardera le souvenir d’un jeu à la réalisation réussie, une mise en scène de qualité, aux combats pêchus, boostés par un système de combos sympathique (Semblable à God Hand de Platinum Games), malgré les quelques abus qui en découlent. Si le scénario et les personnages ne sont cependant pas à la hauteur de ce qu’on attendait, le jeu de Dontnod se laisse néanmoins apprécier au fil de l’aventure, qui offre une bonne durée de vie pour le genre et l’exploration d’un Neo-Paris envoûtant.

no images were found

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Hum … « caricatural dans son combat contre son ancien employeur » ???? On a pas du jouer au même jeu, vu que Nilin n’a jamais travaillé pour la société qu’elle combat … « Les thèmes qu’on espérait voir abordés en profondeur sont au final complètement sous exploités »… De nouveau je ne retrouve pas ce que j’ai ressentit en jeu, le thème des abus d’une société omniprésente controlant la population a son grès est plutot exploité a mon avis, vu que tout tourne autour de ça . Bref, l’impression que me donne ce test, même si il a raison sur pas mal de point, est qu’il a été fait par quelqu’un qui, si il y a vraiment joué, n’a fait que survoler l’histoire voire même n’a pas fini le jeu … Cela dit, ce n’est que mon avis 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité